Yamoussoukro- Bruno Koné houspillé par les militants RDR, des « gbê » entre Républicains, Bacongo pour des débats à la RTI

Lundi 26 Février 2018 - 09:53


Des vérités dans le bon ton et la discipline pour un parti conquérant en vue des joutes électorales futures, voici le défi que veulent relever les militants du RDR en séminaire ce samedi 24 février à Yamoussoukro.

 

Pas de place pour le dilatoire, droit au but sans fioritures ! Le cadre du RDR de la Bagoué, Bruno Nabagné Koné aura cerné l’esprit des militants RDR post-opposition ce samedi 24 février matin dans une salle archicomble de la fondation Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix. Il a voulu faire comme d’habitude, accuser l’opposition et les autres des malheurs du RDR et le gouvernement issu de ce parti. C’était mal connaître les militants qui l’ont arrêté net par une houle contestataire. Bruno Koné était l’un des participants au panel qui a suivi la cérémonie d’ouverture du séminaire sur la communication qu’organise ce parti. En présence de la présidente du Pr Henriette Dagri Diabaté, le porte-parole du gouvernement n’a pu prospérer dans le déni de culpabilité.

« Ce séminaire est le bienvenu car au gouvernement nous sommes demandeurs d’une plateforme de communication sur l’action du Président de la République, le gouvernement et la population au niveau du parti. Heureusement, le RDR agit par action » défend-il avant de reconnaître que « le RDR est confronté à la maladie de tous les partis qui accèdent au pouvoir. » Pour Bruno Koné, « la communication du gouvernement n’est pas portée par les cadres du parti. »

Les autres panélistes, Joël N’guessan, Cissé Ibrahim Bacongo, Jean Philippe Kaboré et le journaliste Alafé Wakili ont admis la faiblesse de la communication de ce parti et le mécontentement des militants.

Cissé Ibrahim Bacongo a invité le RDR à s’ouvrir à des débats sur les antennes des télévisions publiques du groupe RTI car, estime-t-il, « notre communication a toujours pêché. Je suis de ceux qui veulent des débats à la télévision, instituer des débats pour battre en brèche la désinformation des opposants » est-il convaincu.

Adama Bictogo a lui soutenu qu’il faut « définir les objectifs » de cette communication souhaitée par tout le monde quand Jean Philippe Kaboré, autre panéliste, a mis le doigt sur le déficit de moyens pour la mise en œuvre des plans de communication. « Il faut que nous ayons les moyens de notre politique, de notre communication, sans moyens on ne réussira jamais » a-t-il confié.

Le ministre Cissé Ibrahima Bacongo a proposé une « passerelle » entre le parti et le gouvernement tandis que Adama Bictogo estime qu’il faut « répondre aux attentes des militants en menant une bonne autocritique » qui découle des résolutions des pré-congrès. Toutefois, il soutient que cette « communication doit reposer sur une action de la direction vers les militants, beaucoup de proximité. »

Jean Philippe Kaboré a dénoncé la perte de beaucoup de militants par le déficit de communication interne au parti et à l’endroit du grand public. La clôture des « gbê », pour 17h à Yamoussoukro.

 

Adam’s Régis SOUAGA

Source : Rédaction PôleAfrique.info

 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact