Réhabilitation du pont Houphouët-Boigny : Un expert fait de graves révélations

Jeudi 12 Avril 2018 - 15:08


 
 

« Sur ces fondations, nous avons des écrits des constructeurs qui nous donnent les difficultés avec lesquelles ils ont réalisé le pont Houphouët-Boigny. J'ai même un historique où les constructeurs se sont désengagés. Ils ne voudraient pas être interpellés sur cet ouvrage, si d’aventure, il y avait une catastrophe », a souligné Hervé Bado Koudou, chef de service Ouvrage, à la Direction de l'Agence de gestion des routes (Ageroute).

 
 

Il a fait cette révélation, le lundi 9 avril 2018, à ses bureaux, au Plateau, pour montrer l'urgence de la réhabilitation de cette œuvre d'art vieille de 60 ans. «Ce qui veut dire qu'à un moment donné, on était obligé de prendre nos responsabilités. Soit on le réhabilite, soit on le laisse en ruine. On ne peut pas le laisser en ruine. C'est un ouvrage emblématique pour nous. Aujourd'hui, c'est de le remettre en état pour un fonctionnement structurel. C'est-à-dire, on le remet aux normes, au standard internationaux », a-t-il souligné. M.Koudou a indiqué que ce projet de renovation remonte à plusieurs décennies. Les alertes de la réhabilitation du pont Houphouët-Boigny ont été lancées depuis 1996.

 

A relire: Pont Félix Houphouët Boigny : Les travaux de réhabilitation lancés

« Nous avons fait l'étude avec un groupement d'étude français, financé par l'Agence française de développement (Afd) qui nous a fait des propositions. Ce sont ces études qui ont été actualisées en 2013/2014, qui nous ont donné les coûts. Mais, c'est toujours avec des solutions. Dans ces solutions, on avait une partie des anciennes fondations qui ont été maintenues. Les montants variaient de 21 à 30 milliards de francs Cfa. C'étaient des valeurs hors taxes. Aujourd'hui, la solution qui est proposée, qui est la meilleure, nous permet d'abandonner toutes les fondations », a fait savoir l'expert. Il a expliqué que les travaux, en eux-mêmes, consistent à abandonner les fondations existantes de l'ouvrage. Donc, à réaliser de nouvelles fondations, de nouveaux pieux par appuis. Il s'agit, a-t-il insisté, de remettre le pont Houphouët aux internationales. « Les normes ont évolué depuis 1954. Les règlements de calcul des bétons ont évolué », a-t-il fait remarquer.

Il s'agira d'un renforcement des fondations des appuis, à l’aide de pieux complémentaires réalisés de part et d’autre des appuis, à l’aide de moyens fluviaux et/ou à partir du tablier. De même, les travaux consisteront à un renforcement des appuis auxquels seront apportées des structures permettant de transférer, partiellement, les réactions d’appuis sur les pieux complémentaires. Quant au tablier, il sera également consolidé par le renforcement des caissons, pour les insuffisances de résistance constatées par un rajout de précontrainte extérieure et/ou par rajout de tissu à fibres de carbone. Le spécialiste a ajouté que les équipements et superstructures sont concernés. Une réhabilitation des bossages d’appuis, de l’étanchéité, de la couche de roulement, des bordures et des dispositifs de retenue, sera faite en plus du remplacement des appareils d’appuis en cas de besoin, des gardes corps, des dispositifs d’évacuation des eaux. Pour ce qui est des équipements ferroviaires, il a souligné la rénovation des rails, des traverses et du ballast. Enfin, une réhabilitation générale. Il sera question d'un nettoyage général de l’ouvrage, le repiquage des parements béton, la passivation des aciers et ragréage, ainsi que la reconstitution des parties d’ouvrages ayant subi de choc ou de dégradation.

Appel d'offres international

Sur les coûts, Hervé Koudou a fait observer que ceux-ci n'ont pas varié depuis l'attribution du marché, en 2017. « Au cours du lancement des travaux de réhabilitation du pont Houphouët, le 6 avril 2018, les coûts ont été annoncés à hauteur de 41,7 milliards de francs Cfa. Or, un article d'une agence de presse, qui date du 21 novembre 2017, annonçait que le groupement Eiffage génie civil/SPIE fondations avait décroché un marché de 34,4 milliards de francs Cfa. La question que se posent les populations, est de savoir pourquoi on est passé de 34,4 milliards à 41,7 milliards ? Il n' y a pas eu de variation de coûts entre la publication de cet article et l'annonce faite par le Premier ministre. Ce qu'il faut comprendre, c'est que les 34,4 milliards de Fcfa, c'est le montant hors taxe. C'est le coût des travaux. Toutes taxes comprises (Ttc), ce montant donne 40,25 milliards de F Cfa. A cela s'ajoute le coût de la maîtrise d’œuvre :1,286 milliard de FCfa hors taxe ; soit 1,518 milliard Ttc. Donc, les 41,7 milliards de francs Cfa, c'est la somme des coûts des travaux (40,25 milliards de F Cfa Ttc) et de la maîtrise d’œuvre ( 1,518 milliards Ttc) », a-t-il fait savoir.

A lire aussi: Construction du 4ème pont/ Voici où en sont les travaux

Notre interlocuteur a alors expliqué le processus de désignation du groupement qui doit réaliser ces travaux. « Il y a une étude qui a proposé des solutions. Vu la complexité de l'ouvrage, il y a eu un appel d'offres de pré-qualification. C'est-à-dire qu'on lance un avis de manifestation d'intérêt, pour que les entreprises capables, qui ont des références dans le secteur concerné viennent exposer leurs expériences dans le domaine. On retient un certain nombre d'entreprises. Après cette étape, on lance un appel d'offres. C'est le moins disant, qui est techniquement bon et qui a le moindre coût, qui a été retenu. Avec une proposition de solutions meilleures », a-t-il indiqué. M. Koudou a soutenu que cette infrastructure sera remise à neuf pour un siècle. Notons que la mission de contrôle sera assurée par le groupement de Bureaux d’études et de contrôle Sgi international, Setec tpi, setec ci, ietf.

Jonas BAIKEH

 

http://www.linfodrome.com/economie/37939-rehabilitation-du-pont-houphouet-boigny-un-expert-fait-de-graves-revelations





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact