Quelques mots pour saluer un grand homme : Boutros Boutros-Ghali

Lundi 22 Février 2016 - 15:28


 Il était de la race des plus grands ! Dans le sens le plus positif. Comme le monde en a connu. Cet Africain d’Egypte que le destin nous enlève maintenant était véritablement un grand homme: Boutros Boutros-Ghali ! Il était comme ces autres grands Africains, Gamal Abdel Nasser d’Egypte, Houari Boumédiène d’Algérie, Hailé Sélassié d’Ethiopie, Samora Machel de Mozambique, Thomas Sankara du Burkina-Faso, Mouammar Kadhafi de Lybie, pour ne pas les citer tous. Boutros Boutros-Ghali a vécu pour un monde plus juste. Ce fut un homme d’Etat de haute dimension. Professeur de Droit, Il s’est fait remarquer par ses thèses éminemment pertinentes sur les relations internationales. Après avoir dirigé de main de maÏtre la diplomatie de son pays, il atterrit à l’ONU et devint le premier Africain à occuper le poste très surveillé de Secrétaire Général de l’ONU. Alors on a voulu faire de lui la marionnette de ceux qui se croient les propriétaires de ce monde. Les manœuvres du diable se heurtèrent à l’intégrité du grand Africain, et on n’eut pas d’autre choix que de le débarquer à la fin d’un seul mandat, pour mettre à sa place, un Africain comme on les veut, un Africain apte à la reptation, comme on les aime. Cet Africain-là, choisi par ceux qui font de ce monde la chose de leurs seuls intérêts, a été capable de couvrir, pour le compte des dominateurs, le sadique génocide rwandais de 1994. Celui-là a fait deux mandats au service de ses maitres, au lieu d’agir pour le bien de toute l’humanité. Ces maîtres, propriétaires autoproclamés de l’humanité, s’arrangent toujours pour trouver des gens prêts à ramper sous leur diktat, contre les autres peuples, souvent contre les Africains. Au mieux pour la forme, contre les Africains, ils choisissent des Africains, comme on le voit présentement dans le montage honteux organisé à La Haye, contre le président ivoirien, Laurent Gbagbo : une Africaine de Gambie, ancien pilier de la dictature dans son pays, s’échine aujourd’hui à travestir l’histoire de la Côte d’Ivoire, juste pour faire plaisir à ses maîtres et empocher le prix de la traitrise. L’histoire du monde et de l’Afrique s’écrit au quotidien. Et les hommes et femmes se distinguent d’une manière et d’une autre. Les plus corrompus parlent de pressions, pour justifier leur félonie aux yeux du monde. Ils ignorent volontairement qu’il existe une justice en dehors de celle des hommes : la justice immanente, ou la justice divine pour les croyants ! Boutros-Ghali, lui, n’a cédé à aucune pression ! Heureusement, des Africains dignes, qui choisissent d’agir pour la vérité et la justice, comme Boutros Boutros-Ghali, il en existe. Des Africains qui relèveront la tête et feront toujours la fierté du continent, berceau de l’humanité, il y en a et il y en aura toujours. Des Boutros Boutros-Ghali, dont le monde ne saura faire autrement que de reconnaitre la grandeur, il y en aura toujours. Leur héritage à l’humanité, composé de discours, mais aussi d’écrits, comme « Agenda pour la paix » ou « Emanciper la francophonie », lorsqu’on le nomma dans cette institution, sont un legs dont les générations actuelles et futures sauront faite bon usage. Bienvenu au panthéon de l’histoire Boutros Boutros-Ghali !

 

 

BEDI HOLY





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact