Problème entre le Pdci et le Rdr: Billon se déchaîne et charge

Mardi 6 Février 2018 - 15:48


« Aimer Houphouët Boigny, c’est aussi prendre soin de son héritage »

Il n’a, manifestement, pas changé de ton. Jean-Louis Eugène Billon se montre particulièrement incisif depuis un moment. Sur les réseaux sociaux comme dans la presse, le président évincé du Conseil régional du Hambol envoie des piques et des philippiques au régime Ouattara.

Le Secrétaire exécutif chargé des études, de la prospective et de la propagande et Porte-parole du Parti démocratique de Côte d’Ivoire-Rassemblement démocratique africain (Pdci-Rda) a encore posté, mercredi 24 janvier 2018, sur sa page facebook, un message allusif, qui ne va pas forcément plaire au Rassemblement des républicains (Rdr, au pouvoir). « Aimer le président Félix Houphouët Boigny, c’est aussi prendre soin de son héritage. #Yamoussoukro se meurt, il faut mettre sur pied un plan d’assainissement qui permettra au réseau routier de cette ville emblématique d’être mieux entretenu », a balancé Jean-Louis Billon.

 

Si l’ancien ministre du Commerce, de l’artisanat et de la promotion des Petites et moyennes entreprises (Pme) voulait critiquer le pouvoir pour avoir délaissé la capitale politique ivoirienne, c’est sûr, il n’y serait pas pris autrement. Et, ce n’est pas inédit.

Lire aussi: Politique nationale : Billon défie Ouattara : « Je regarde et je souris »

Dans une interview qu’il a accordée, à Le Nouveau Réveil, lundi 22 janvier 2018, il avait martelé qu’il demeurait, le président du Conseil régional du Hambol. C’était avant que Khalil Konaté du Rdr ne prenne, le lendemain mardi, la tête de cette entité décentralisée. « Tout d’abord, je tiens à préciser que je reste le président du Conseil régional du Hambol. J’ai été élu légalement et sans contestation. Donc je reste le président du Conseil régional du Hambol. La décision qui a été prise depuis le départ est une décision illégale. Elle n’est donc opposable ni à moi ni au tiers. Elle a été prise au mépris des textes qui régissent les Conseils régionaux », avait-il asséné.

« Le Pdci a pris position sur cette question. Dès le départ, le président Bédié a parlé de décision prise sans exposé de motif convaincant. Les textes sont publics et connus de tous. C’est une décision qui est grave parce qu’elle pose des précédents. De quel droit le ministre se permet-il de désigner un conseiller pour assurer la présidence d’un Conseil régional ? De quel droit se permet le ministre ? », avait pesté l’ex-président de la Chambre de commerce et d’industrie de Côte d’Ivoire (Ccici), soulignant qu’« il faut faire attention à ne pas de fragiliser l’État de droit alors que nous parlons d’une institution d’élus ». « Aujourd’hui, même un président de quartier est élu. Le conseiller nommé (Khalil Konaté, Ndlr) a été admis au Conseil régional par la proportionnelle, donc même pas issu d’une liste victorieuse, car il était candidat indépendant à ces élections », avait indiqué Jean-Louis Billon.

Selon lui, sur les 16 sessions tenues de 2013 à ce jour, il a totalisé 15 absences. « Il devrait donc, selon les règles en la matière, être démis de sa fonction de conseiller après trois absences injustifiées. Ce sont là des décisions administratives sans fondement légal et qui s’engouffrent dans l’illégalité », avait-il cogné, émettant des réserves sur l’idée de parti unifié chère au Rdr avant les municipales et régionales prochaines. « On ne peut pas parler de Rhdp et vouloir exclure certains membres en disant qu’ils ne nous conviennent pas. Soit le Rhdp est une vraie famille politique, soit c’est un choix arbitraire. En ce moment-là, la cohésion réelle n’existe pas, elle est de façade…Pour l’instant, nous nous concentrons sur les prochaines élections, c’est la priorité et non pas le parti unifié. Nous souhaitons partir aux prochaines élections en Rhdp. Mais clairement, la situation dans le Hambol nous permet d’avoir des réserves. Ce sont des questions qu’il va falloir éclaircir avant d’aller aux élections », avait signifié l’ancien maire de Dabakala, dans l’interview.

SYLLA Arouna

linfodrome

 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact