Port-Bouët : Un jeune homme tué d'un coup de couteau en plein cou

Mercredi 14 Mars 2018 - 06:29


Une bagarre qui se termine dans le sang et surtout, dans la mort. C'est la terrible scène vécue par des populations du quartier « Jean-Folly », à Port-Bouët.

 
 

En effet, à en croire nos sources, le dimanche 4 mars 2018,  une dispute éclate là-bas, dans leur quartier de « Jean-Folly », entre Niza Assouan Gédéon, âgé de 25 ans, et un autre jeune homme, connu sous le sobriquet de J.C.

Quel est donc le mobile des éclats de voix et des dérives langagières entre les deux antagonistes ? On n'a pas cette réponse, quand les deux s'empoignent. Et c'est la bagarre. Violente. Des coups de tête, de poing... ça part dans tous les sens. Mais vraisemblablement, dans ce combat, J.C. n'a pas les choses en main, face à un Niza Gédéon déchaîné, qui le malmène avec des crochets et autres uppercuts.

A lire aussi: Abobo : Pour un homme, deux jeunes filles se blessent avec des couteaux

Devant toute cette foule qui éprouve un mal fou à calmer les ardeurs des deux bagarreurs, J.C. opte pour une solution lâche, en vue de se débarrasser de cet adversaire coriace. Un adversaire qui est en train de lui refaire le portait. Il est en train de perdre son honneur, devant tout le quartier qui le prenait jusque-là, pour un dur à cuire. Ainsi, il s'empare d'un couteau certainement dissimulé sous ses vêtements, et le plante violemment dans le cou de son adversaire. Grièvement blessé, le pauvre Niza Gédéon lâche prise et s'écroule. Stupeur dans la foule.

Le malheureux Gédéon qui se tient le cou, d'où gicle du sang en abondance, a du mal à respirer. De toute évidence, les choses se trouvent très mal embarquées pour lui. Il faut le sauver. Les instants qui suivent, il est transporté en direction de l'Hôpital général de la commune. Malheureusement, au cours de son évacuation, Gédéon, déjà très mal en point, meurt. Le médecin de garde ne peut que constater l'irréparable.

Alors, le pauvre ne prend plus la direction d'une chambre d'hospitalisation. Ce n’est plus nécessaire. C'est plutôt à la morgue qu'il est transféré et où il est déposé dans un casier à très basse température.

Les éléments de la police, saisis, viennent constater les faits. C'est un cas de meurtre, et l'auteur présumé devra en assumer les conséquences pénales. En l’occurrence ici, J.C. Mais, on apprend que ce dernier, profitant de la confusion créée autour de la bagarre, a depuis longtemps pris la clé des champs. Pour les besoins de l'enquête, il est activement recherché par les agents des forces de l'ordre.

 

KIKIE Ahou Nazaire   





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact