Métro d’Abidjan : Des révélations sur le financement du projet

Mercredi 21 Février 2018 - 09:21


Lancés en novembre dernier, les travaux préparatoires du métro d’Abidjan sont dans leur phase préparatoire. C’est l’assurance qu’a donnée le ministre des Transports, Amadou Koné, lors de la visite qu’il a rendue à la rédaction de Fraternité Matin le 16 février 2018.

 
 

Le confrère a rapporté plusieurs révélations faites par le ministre en charge des Transports lors de cette visite sur le financement du projet du métro abidjanais. En effet, a expliqué le ministre, la mobilisation du financement de la ligne 1 du projet était initialement prévu du côté du secteur privé qui devait également concevoir, construire et exploité l’ouvrage. L’Etat n’y intervenant qu’à titre de signataire pour une concession sur un certain nombre d’années.

« En ce qui concerne les coûts, il faut savoir d'emblée que la ligne 1 de métro était un projet conçu, financé, construit et exploité par le privé. L’État n'avait rien à voir là-dedans, sauf qu'on signait une concession sur un certain nombre d'années. Après l’État récupérerait l'entreprise quand celui qui a investi dans le projet aura retiré le fruit de son investissement. », a appris le ministre qui a relevé qu’un montant de 1,4 milliards d’euros soit plus de 983 milliards de F Cfa avait alors été présenté par le consortium en charge du projet. Un montant qui n’a, à l’en croire pas posé de difficultés contrairement à celui du prix du ticket que le gouvernement a voulu en dessous d’un certain niveau. « Le consortium s'est retrouvé incapable de mobiliser les ressources sous les conditions que nous avions fixées. Le projet était donc quasiment bloqué », a révélé M. Koné.

 

Aussi, a-t-il indiqué, le gouvernement à travers le ministère des Transports a décidé de mobiliser lui-même les ressources pour les mettre à disposition des entreprises, récupérant ainsi le projet. Ainsi, il s’est agi pour les autorités ivoiriennes de s’assurer de l’optimisation des ressources nécessaires à la réalisation de l’infrastructure. Les discussions ouvertes à cet effet, avec le trésor français de même que les mouvements au sein du consortium d’entreprises en charge des travaux ont justifié le déroulement actuel de ces travaux préparatoires.

« On est encore en discussion. Nous sommes contents, nous avons l'enveloppe, mais nous continuons de travailler avec un certain nombre d'experts que nous avons recruté (juriste, ingénieur, ...). Parallèlement aux travaux de libération de l'emprise, les discussions continuent surtout qu'il y a de nouveaux opérateurs -qui entrent dans le projet (Alstom qui n'était pas dans le projet et Colas rail). Ces discussions sont en cours pour, si nécessaire, réduire les coûts parce que ce sont des entreprises qui sont sérieuses », a fait savoir le ministre. Qui a cependant annoncé la réalisation d’une bonne partie des travaux d’ici la fin de l’année en l’occurrence le déplacement des réseaux souterrains. « Nous entendons commencer cette année et finir en neuf mois la libération des emprises sur les parties les moins compliquées. C'est-à-dire d'Anyama jusqu'à Adjamé ou au Plateau. D'ici la fin de l'année, on aura fini le déplacement des réseaux souterrains, à savoir d'eau, d'électricité et de téléphone. Vous verrez donc le chantier en train de s'installer. Le projet de métro est un projet de lignes de métro. (…).Mais l'engagement est de réaliser la première ligne d'ici deux ou trois ans », a fait savoir l’invité de l’organe gouvernemental.

 

Deuxième ligne

Outre cette première ligne, le ministre a évoqué la deuxième ligne du projet. A ce sujet, il a laissé entendre que des discussions sont actuellement en cours relativement à cette tranche. En effet, a-t-il informé, ce sont 5 lignes de métro qui sont prévues dans le schéma du développement de la ligne d’Abidjan. Si la réalisation des trois autres pourraient intervenir plus tard, les travaux de la seconde ligne du métro devraient eux, être lancés d’ici à 2020. « Ce qui est prévu dans le schéma du développement de la ville d'Abidjan, c'est cinq lignes de métro. On fera peut-être d'autres plus tard. Mais l'engagement est de réaliser la première ligne d'ici deux ou trois ans. Mais, en même temps, de commencer, tous les travaux et toutes les réflexions devant nous permettre d'ici la fin de cette année de conclure un accord en Ppp (Partenariat public privé), pour la réalisation de la seconde ligne. Cette année, on doit engager fortement cela et achever les discussions pour pouvoir lancer également les travaux de la deuxième ligne avant 2020. », a espéré le représentant du gouvernement.

Sur le sujet: Métro d’Abidjan : Ce qui est prévu pour les populations touchées

Concernant le coût du projet qui avait suscité de vives critiques de la part des populations du fait de la différence avec celui d’ouvrages similaires construits dans la région. Le ministre a en effet relevé que le coût du projet peut varier d’un pays à un autre en fonction des différents paramètres proposés en option à savoir la capacité de personnes transportées, le nombre de quais, la fréquence de passage des trains. « C'est comme un véhicule qui implique des coûts en fonction des options. Ainsi, en s'appuyant sur la même base, en terme de type de projet et en prenant en considération Ie ratio (nombre de passaqers/distance parcourue/l'heure), il vous permet de connaître le coût auquel le train devra vous revenir. Au regard du ratio appliqué à la Côte d'Ivoire, on constate qu'il est deux fois moins élevé que celui du Qatar, du Canada et moins cher que celui du Sénégal", a-til apprécié. Expliquant que pour le cas spécifique de la Côte d’Ivoire, 20 gares et 40 quais pour le transport de 500 000 passagers journaliers avec un train qui passe toutes les 5 minutes.

Aussi, a t-il noté la grande différence entre un tel projet et ceux auxquels il est comparé et pour lesquels les initiateurs ont fait le choix d’avoir moins d’options.

 

Alassane SANOU

 

http://www.linf

odrome.com/economie/36733-metro-d-abidjan-des-revelations-sur-le-financement-du-projet





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact