Le coq chante le lever du jour, où êtes-vous ? Reveillez-vous, chère mamadame Aïchatou Mindou !

Vendredi 15 Mai 2015 - 02:16


mamadame Aïchatou Mindou , représentante du Secrétaire général de l'ONU en Côte d'Ivoire
mamadame Aïchatou Mindou , représentante du Secrétaire général de l'ONU en Côte d'Ivoire

La proximité des Ivoiriens souffreteux de la Dramanocratie, tant sur leurs lieux de travail que dans leurs cités d’habitation, dans les villes, villages ou régions est un mal social que je vous invite à dénoncer et à aider à enrayer. Désormais devenue un souffre-douleur, une alliance aux entournures de solidarité naturelle amène les populations ivoiriennes à acquérir rapidement une nouvelle identité de masse : celle de la ‘’classe des refusés,’’ des ‘’prolétarisés, et des opprimés.’’ Aïchatou Mindaoudou la Représentante Spéciale de l’ONU en Côte d’Ivoire, allez-vous pouvoir vous réveiller de votre sommeil jouissif et dénoncer cette situation déplorable que vivent les populations ivoiriennes ?

 

Que veut le pouvoir Ouattara de la condition misérable des plus grandes masses ?

 

Même si des progrès économiques ( ?) criés à tue-tête sous les bois et à tout vent seraient réalisés, ils ne profitent qu’à la classe des élus du prince et de son collabo-Bédié. Sinon dans l’ensemble, la condition de vie de la grande masse n'est guère enviable et c'est là, l’une des premières revendications des démocrates (candidats déclarés, opposition, militants significatifs du PDCI-RDA, de Lider, du PIT, du FPI de Laurent Gbagbo, du MFA de Kobena Anaky, du RDR, de l’UDPCI,… en vue de changer la société. Car, les Ivoiriens veulent tout simplement « vivre mieux ». Madame Aïchatou Mindaoudou où êtes-vous ? Réveillez-vous donc et dénoncez cette démagogie du régime Ouattara-Bédié !

 

Campagne présidentielle au mépris de la normalité !

 

Si des promesses instantanées de déblocage du salaire nominal visant à mettre les travailleurs en progrès de vie, par-delà les inégalités de toutes sortes, le pouvoir d'achat restera très minable. Dans l'ensemble, on peut parler de stagnation, d'autant plus qu'aux fluctuations salariales, il faut juxtaposer celles des emplois or au demeurant, la sécrétion du chômage total est non seulement fréquente, mais elle est l’âme principale de la gouvernance de Alassane Dramane Ouattara. A ce point, en ne comptant ni le repas quotidien, ni les vêtements, ni la maladie, ni l'achat d'un journal ou le paiement d'une cotisation ou d’une quittance, on arrive à un total de dépenses qui écrasent les Ivoiriens. Au lieu de faire droit aux revendications salariales des Enseignants, des Médecins, des Fournisseurs de l’Etat, des autres Travailleurs du corps social et pour un mieux-être des Etudiants, Dramane Ouattara utilise outrancièrement les moyens de l’Etat et les fonds publics pour se pavaner à travers le pays. Dans ses flonflons exubérants, le seul discours qu’il a sur les lèvres (parce que ce n’est pas d’une vérité solide), ce sont des promesses fabuleuses et tonitruantes qu’il crache aux populations dont il retient l’image d’idiotes. Dramane a atteint ses limites mais il viole les lois de la République pour s’imposer en tyran. Madame Aïchatou Mindaoudou la diplomate partisane, réveillez-vous et dénoncez cette paupérisation dégradante et cette tyrannie asphyxiante du régime Ouattara imposées aux populations ivoiriennes qui ne demandent qu’à vivre mieux !
 

Ouattara-Bédié, le duo cauchemardesque de la pauvre Côte d’Ivoire

 

En Côte d’Ivoire chez nous, deux familles sur cinq familles, du fait de l’égocentrisme de ce duo, ne possèdent d'autres ressources que le travail du père. En se basant donc sur le revenu, il faut estimer à au moins 87 % la population des pauvres et très pauvres – ouvriers, marchands, artisans et paysans – sous ce régime vampire Ouattara-Bédié. Madame Aïchatou Mindaoudou, la diplomate aux allures d’une biche du sahel, le coq a chanté le réveil du jour, mais vous vous rangez du côté de la ruche et du miel de ce pouvoir sanguinaire, réveillez-vous et dénoncez ce duo infernal qui ne fait que torturer, arrêter, affamer, emprisonner, assassiner, insécuriser les pauvres populations ivoiriennes !

 

Ouattara-Bédié, des ennemis d’hier réconciliés aujourd’hui pour porter le coup de boutoir aux populations

 

Les paysans, ouvriers et les couches anonymes souffrent des dures conditions d'existence : quasiment pour eux, il n’y a aucune protection sociale contre la maladie et la misère. A cela s’ajoutent, la répression des grèves et mécontentements, les lois instrumentalisées contre les citoyens limitant les libertés individuelles et collectives. L’usage excessif de la force, des tueries, des menaces, des bastonnades et emprisonnements des populations pour leur choix politique ; le Prof Hubert Oulaï, le Prof Sébastien Dano et monsieur Justin Koua sont les derniers faits de tyrannie de ce régime sans qualificatifs aux abois. Toute chose qui discrédite ce régime sanguinaire Ouattara-Bédié et met à nu son incapacité à réconcilier les Ivoiriens dans un climat apaisé pour des élections crédibles en cette année 2015. C'est donc une période encore plus dure d’angoisses et de meurtrissures affreuses qui s’ouvre pour les populations laborieuses ivoiriennes. Madame Aïchatou Mindaoudou la douce diplomate, réveillez-vous et dénoncez cette dictature rampante du pouvoir Ouattara-Bédié !

 

Aïchatou Mindaoudou la douce diplomate refuse de recevoir qui que ce soit

 

Comment le contraire pourrait-être la règle ? Madame Aïchatou Mindaoudou la douce diplomate s’est enfermée dans son choix d’être partie à la lutte politique en Côte d’Ivoire en faveur du régime. Parce qu’elles ne sont pas du camp du pouvoir, Aïchatou Mindaoudou la douce diplomate aux allures racées d’une biche du sahel refuse d’ouvrir les portes de ses bureaux onuciens à la société civile, aux organisations de protection des droits de l’homme qui en font la demande. Immergée dans les chaudrons hyper viandés du régime, peut-elle avoir d’yeux, oreilles et sentiments réceptifs pour les réalités de notre pauvre Côte d’Ivoire ? En réplique à son encerclement dans ces mondanités jouissives, accordons-lui notre compréhension. Car, selon les anciens, quand un chien veut perdre son maître, il n’entend plus ses sifflements ; de même que la tête de la fourmi-magnan reste dans ce qui lui plait. Madame Aïchatou Mindaoudou, la fleur du sahel, a entamé le processus d’effeuillage de ses pétales. Elle est consciente d’être étouffée par sa mission qui est un costume trop grand que sa force de caractère et de personnalité. Ainsi va le destin des morales qui ne résistent pas longtemps aux dorures de l’éphémère.

 

Ouattara-Bédié, un duo diviseur

 

La rupture sociale imposée par la paire nuisible Ouattara-Bédié que vivent toutes les populations qui refusent leur imposture doit vous interpeler madame la patronne de l’ONUCI Aïchatou Mindaoudou. Ayant fait vos études universitaires dans ce beau pays et dans la chaleur accueillante de ses paisibles populations, vous devez vous rendre compte que celles-ci sont déracinées, par Ouattara-Bédié, de leurs anciennes valeurs de vie en communautés (sociales, familiales, ethniques, urbaines, rurales, scolaires et estudiantines) et ont émigré dans l’inimitié, la haine, l’adversité, la division et la méfiance. Somme toute, ces vilains sentiments sont les meilleurs recettes que Ouattara-Bédié, ce régime sanguinaire, sait leur offrir. À la main-d'œuvre des vieux métiers à forte intensité dans lesquels ce régime les fait croupir, s’ajoutent désormais, celles des nouvelles pratiques à grande échelle, telles que les nominations des membres de leurs familles et leurs obligés, la mise à la touche de cadres compétents du fait de leur choix politiques contraires à leur régime-Etat, PDCI-RDR, les promotions sans concours : (des Instituteurs, Professeurs de Cafop et d’autres agents de l’Etat qui y ressemblent viennent d’être élevés dans le corps des Inspecteurs d’Enseignement Primaire et maternel) ceux-ci sont tous des membres de la tribu de Alassane Dramane Ouattara. Non, Bédié et Ouattara ne sont pas les modèles de dirigeants qu’il faut pour une Côte d’Ivoire qui a besoin d’être réconciliée afin de prendre son réel envol de développement.
 

Aïchatou Mindaoudou Souleymane et la soulerie licencieuse des pouvoirs bananiers

 

Elle n'a d'autre force dans sa mission de bons offices en Côte d’Ivoire que de s’engluer dans les valses mondaines et les étreintes chaleureuses le long des couloirs du palais présidentiel d’Abidjan. Exploitant sa séduisante allure de roseau, la diplomate nigérienne, représentant Son Excellence Monsieur Ban Ki-Moon, ne sait pas faire mieux que ses acrobaties en-dessous de la décence quand on se souvient de son passé honteusement malheureux dans son propre pays le Niger ! Comme un ornement, de triste souvenance, du fauteuil présidentiel du dictateur Tandja Mamadou, la chère Mindaoudou Aïchatou se coulerait des nuits chaudes avec ce tyran ; alors qu’il tuait les nigériens au nom d’un 3ème mandat arraché aux forceps. Comme quoi, la réglementation du travail de femme de paix, représentante spéciale des Nations Unies en Côte d’Ivoire pour la diplomate Aïchatou Mindaoudou, se résume à encourager à mettre le fer, la verge, la brutalité policière, la torture, la mort, le viol des lois républicaines et la prison dans le jeu politique. Ces entraves inutiles, trop étroites, nuisibles et surtout intéressés qu’elle laisse introduire dans les populations qu'elle a pourtant mission de défendre expose la laideur de son état d’esprit.

 

Plaisirs pour les choses de la nuit

 

L'entassement des populations dans des quartiers à forte densité , à la merci de l'alcoolisme , la violence, la dislocation des familles, le travail des enfants , la résignation et l'opposition aux classes dominantes peut expliquer le climat qui prévaut sous le régime ouattara. Pour moi la vérité, Madame Aïchatou Mindaoudou, c'est que vous vous êtes rendue coauteur et co-actrice du régime scélérate Ouattara-Bédié. Mieux, vous avez votre entière responsabilité dans la calamité que ce régime fait vivre aux populations ivoiriennes. Malgré votre revenu enviable et ses accessoires liés à vos fonctions qui vous sont servis par l’ONU, charmante tige du sahel, et entrainant certains de vos collaborateurs pour vous couvrir, madame Aïchatou Mindaoudou, vous avez choisi de vous faire entretenir par des proches du palais présidentiel d’Abidjan ainsi pour assouvir vos plaisirs démesurés des choses de la nuit ! Quel déshonneur, quel erreur de casting pour une si haute Institution mondiale qu’est l’ONU de porter son choix sur la moins exemplaire des femmes africaines aux têtes bien faites ! Par ce fait, vous vous êtes laissée prendre dans l’engrenage des assoiffés des choses de la chair et de l’envoutement des liasses du CFA illicites. Vous avez sabordé votre mission, vous n’êtes plus crédible, vous ne pouvez plus être une régulatrice lucide de notre processus électoral. Allez-vous-en madame Aïchatou Mindaoudou Souleymane dans votre Niger natal. Une fois là-bas, loin d’ici, faire la grillade de viande sur barbecue vous siérait mieux. S’il vous reste encore un peu de sagesse, pliez vos valises avant qu’on vous démette. Les démocrates de Côte d’Ivoire ne veulent plus de vous sur leur sol. Mais vous répondrez de votre complicité passive devant l’histoire tôt ou tard.

 

Émergence des personnalités politiques pour une gouvernance ivoirienne du changement

Même si cette honteuse parenthèse de ce régime affabulateur semble marquée par le sceau de la misère et du mal-vivre des Ivoiriens, je note également l'évolution au mieux des choses. Certes des personnalités politiques croupissent au fond des prisons du pouvoir Ouattara-Bédié pour leur choix du changement. Mais devenues plus démocrates par la diversité qu’elles ont rencontrée, par le monde qu’elles ont parcouru et plus soucieux du respect du bon vivre des populations que ne le sont les dirigeants monarchiques actuels, de nouvelles personnalités ont commencé à se faire l’écho des revendications des populations. Très bientôt, dans une coalition, elles battront le pavé à travers monts et vaux, villes et villages, campements et hameaux pour diffuser le message d’espoir et par leur gouvernance d’après octobre 2015, ils vont délivrer les populations de la misère car, Ouattara, Bédié et Aïchatou Mindaoudou partiront sine die.

KPAO Kpaï Apossê





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact