La Côte d'Ivoire a fêté ses 57 ans dans la peur et le désespoir. Et si on parlait vraiment de réconciliation nationale? Par Joel Ettien

Mercredi 9 Août 2017 - 08:32


M. Alassane Ouattara a coupé l'herbe sous le pied de tout le monde. Même dans son ancien camp du RHPD en passant par ses anciens alliés de l'ex rébellion, tout le monde pensait qu'à la faveur de la commémoration  des 57 ans de l'anniversaire de l'indépendance, le président ivoirien, allait gracier tous ces prisonniers politiques injustement incarcérés dans les prisons ivoiriennes et il n'a rien fait pour apaiser la situation déjà trop délétère.

Le seul qui ne prend pas la mesure de la situation socio-politique à bout de bras, c'est bien le président ivoirien et pourtant garant de l'unité et la stabilité de son pays. Les ivoiriens ne retrouvent plus le sommeil depuis un certain temps à cause des mutineries et les attaques sporadiques dans le pays. Il fait la sourde oreille et les ivoiriens vivent sous la peur.

Mais en même temps, beaucoup d'ivoiriens se posent la question sur les raisons pour lesquelles, leur président s'est barricadé et ne prend jamais de bain de foule, ne reçoit personne et ils ne le voient pas pour lui exprimer certaines doléances. La réponse qui revient constamment reste la même, c’est à dire un chef d’Etat qui est totalement désinvolte au bien être de ses populations et ignore le poids de la misère qui les menace.

Pour beaucoup de militants du PDCI , l’appel de Daoukro qui a reconduit monsieur Ouattara au poste de président de la République a visiblement  aggravé la situation sociale des Ivoiriens, car  plus de 60 % d’Ivoiriens vivent avec moins d’un dollar par jour, les hôpitaux sont vides, l’école est dans la rue, l’insécurité est omniprésente sur tout le territoire etc…

Le discours de Ouattara à ce 57ème anniversaire de notre indépendance a créé le désespoir, la désunion et  entretenu l’angoisse au détriment de l’espoir ou de l’apaisement dans les esprits des Ivoiriens.

Sur le plan politique , monsieur Ouattara a annoncé un message clair à tous les responsables politiques Ivoiriens: “Pour la prochaine présidentielle  de 2020, tous pourront  se porter candidat”,a -t-il laissé entendre. Avec ce discours de clarification,  monsieur Ouattara met fin à l’existence du RHDP  et déchire ainsi  l’appel de Daoukro du président Henri Konan Bédié. L'éclatement de cette alliance, donne déjà, de l'appétit politique à ceux qui doutaient par peur de se faire taper sur les doigts, de prendre leurs dispositions et leurs responsabilités.

Le PDCI RDA de M. Konan Bédié affûte ses armes et la pression est intenable. Le président Henri Kona Bédié sait très bien que c'est son dernier sacrifice, plus jamais de faveur surprise à M. Ouattara. Pour le contraindre de respecter la ligne de son parti, il y a des courants qui se créent pour le pousser à respecter ses promesses et ses engagements. Il leur faut un candidat, qui plus est, être un candidat actif et les cadres remplissant ces critères sélectifs pour le choix de leur présidentiable. Alors, comme me dit un cadre du PDCI RDA à Paris, jamais il n'a été aussi heureux quand il a entendu  de la bouche de M. ouattara que tous les partis politiques pourrontt-être candidats.

Mais, il y a un gros hic à tout ce cinéma. M. Ouattara a fait candidater la Côte d'Ivoire à l'organisation de la coupe d'Afrique des nations de 2021. C'est quel président qui ne souhaiterait pas bénéficier de ce bain de foule où tous les regards du monde entier seront dressés et les caméras braqués sur le pays? Ouattara sera candidat et son parti RDR prépare les esprits à cet effet. Alors, si Ouattara est candidat, est ce qu'il ne va pas encore soudoyer au demeurant réveiller leur fameuse alliance RHDP en sa faveur?

Les ivoiriens ne sont pas sortis de leurs surprises. Si Ouattara est candidat, c'est à dire président sortant, en Afrique, les résultats seront sus d'avance. Mais il y a des préalables à tout. Le préalable à cette craintive et délicate élection de 2020 qui se prépare dès maintenant, ce sont les conditions de transparence. La refonte de la commission électorale indépendante, la CEI, le découpage électoral, la remise du listing électoral et le problème qui fâche, la libération de tous les prisonniers politiques, le retour sécurisé de tous les exilés, le dégel des avoirs, la restitution des biens expropriés à leurs propriétaires. En lieu et place des discours, il faut que les partis politiques abordent ces sujets .

Et si M. Soro faisait partie de la compétition? Ah, là, les choses changeront, mais nous y reviendrons plus tard.

Si les ivoiriens veulent la paix et la réconciliation venant de leur président, qu'ils tournent la page et le futur qui les inquiète, ils ne sont pas prêts à cette sorte d'union. Ils sont avertis. L'occasion de la fête de l'indépendance, était belle et propice pour le jet de l'union, et la cohésion sociale, le virage est raté.

La sécurité nationale n'est pas garantie, est ce que les ivoiriens arriveront à cette période de 2020?

                                                                                                      Joël ETTIEN   

 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact




 

Les Filles de Saïoua au Palais de Congrès de Montreuil (France) le samedi 16 décembre 2017