La  Côte  d'Ivoire, ce pays de fraternité, d'espérance et d'hospitalité peut-elle laisser  faire  des  extrémistes  ?

Samedi 20 Juin 2015 - 08:29


Ils ont tué ; ils ont violé ; ils ont torturé ; ils ont pourchassé des Ivoiriens pour les contraindre à l'exil ; ils interdisent à certains d'aller dans notre propre pays ; ils emprisonnent arbitrairement sans scrupule ; ils ont été soutenus dans le mensonge parce qu'ils ont menti eux aussi et continuent de mentir avec un cynisme à la fois éhonté et insolent. Ils sont allés trop loin dans la commission des horreurs parce qu'ils croyaient leurs soutiens irréversibles. Ils ont découpé des êtres humains à la machette pour panser une haine indicible. Et ils espéraient ainsi être tranquilles. "On emmène Gbagbo à La Haye pour gouverner tranquillement". Quelle méprise sur un pays qu'on veut gouverner. Ces gens-là ne connaissent pas la Côte d'Ivoire. Or Gbagbo est déporté mais son âme est là. Nous constatons qu'à la lumière du cours des évènements, ils ne savent pas où mettre la tête. Ils ont peur quand ils se souviennent de tout ce qu'ils ont fait. Mais nous ne sommes pas dans la haine, nous ne sommes pas dans la vengeance. Nous voulons notre pays. Nous y voulons la liberté, la justice et la démocratie. Parce que nous avons pris - avant leur gouvernance - l'habitude de penser et de nous exprimer librement. Ils tentent de museler, de brimer et d'intimider parce qu'ils ont peur aujourd'hui. Chez nous, dans notre mental, après le temps de la reconstruction au niveau traumatique, il n'y a plus de peur. Ivoiriens et Ivoiriennes, sortons, sortez, mobilisons-nous, exprimons notre ras-le-bol devant cette dictature féroce pour mettre hors d'état de nuire, tous ceux qui n'ont pas compris que le monde a changé et que la Côte d'Ivoire ne peut plus revivre un autre âge. Demain, mobilisons-nous, sortons, sortez massivement pour notre liberté et pour l'avenir de nos enfants !
 
Claude Koudou
 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact