Jeudi 10 Mai 2018 -A la surprise générale, Kouassi Kouamé Patrice dit KKP, a battu le RHDP à Yamoussoukro lors des élections législatives en 2016.

Jeudi 10 Mai 2018 - 17:46


 

Le cadre du PDCI qui n’avait pas été retenu par son parti s’est présenté en indépendant et a remporté le siège.

Dans un entretien accordé à KOACI ainsi que d’autres confrères, il revient sur les raisons de sa candidature.

Mais actualité oblige, la question surtout du parti unifié qui fait débat au sein de la coalition au pouvoir, ainsi que celles relatives, à la CEI, Senat et le processus électoral ont été abordées lors de nos échanges.

Ci-dessous l’intégralité de l’interview…

KOACI. COM : Qui est Kouassi Kouamé Patrice pour réussir l’exploit de battre le candidat du Rhdp aux législatives dernières ?

Kouassi Kouamé Patrice : Je suis un inconnu indépendant et je pense que c’est ce qui plait aux populations. Parce qu’à un moment donné, vous savez, la démocratie aussi c’est l’alternance. C’est le changement ! Ce n’est pas que ça remet en cause vos compétences, vos qualités. Mais à un moment donné, la population a besoin de changement en fait. Quand en plus de cela et pas seulement à Yamoussoukro, les élus avaient l’habitude de surfer sur leur adoubement par les politiques et estimaient qu’ils avaient la garantie, entre guillemets d’être élus. Donc, ils se souciaient très peu de la population. Il y avait des moments où ils ne voyaient les populations que seulement au moment des élections. Donc ce sont les seuls moments véritablement où il y avait l’interaction avec la population. Aujourd’hui, celle-ci a atteint une maturité. Parce qu’également il y a des jeunes majeurs de plus en plus, des intellectuels qui arrivent à comprendre la nuance des choses et qui ne considèrent plus aujourd’hui la consigne de vote des partis politiques. Ils se font eux-mêmes leurs propres convictions et en fonction de leurs convictions, ils choisissent qui ils élisent ou pas.

KOACI.COM : Pourquoi vous vous êtes présenté en indépendant ?

KKP : Parce que pour moi, c’est une aberration qu’on parle de Rhdp à Yamoussoukro. Et c’est une question de cohérence pour moi et qui doit s’étendre à tous les partis politiques sur toute l’étendue du territoire national. Il n’est pas normal qu’on me parle du Rhdp à Yamoussoukro avec des mixtes de partis politiques et qu’ailleurs, il n’y ait pas de mixtes de partis politiques, même si l’habillage est Rhdp.

Qu’ailleurs, il n’y ait pas de mixtes de partis politiques, même si l’habillage est Rhdp.

KOACI.COM : Vous avez été élu en tant qu’indépendant et vous avez battu le candidat du Rhdp. il y a également le fait que la liste Rhdp a été battue par une liste de candidats indépendants aux sénatoriales. Comment expliquez-vous ces différentes défaites ?

KKP : Je pense qu’il faut tirer les conséquences de cette défaite du Rhdp à Yamoussoukro lors des sénatoriales. Le Rhdp ne marche pas à Yamoussoukro. À chaque fois qu’il y a une liste Rhdp, la liste a été battue par les indépendants. Je fais le constat, il est factuel. Mais, la liste Rhdp perd à Yamoussoukro parce que le Rhdp est rejeté.

KOACI.COM : Pourquoi le Rhdp est rejeté à Yamoussoukro?

KKP : Le principe même du Rhdp à Yamoussoukro créé une frustration au niveau des militants. Comment pouvez expliquer que dans les bastions du Rdr, ce sont des listes Rdr habillée en Rhdp et dans les bastions du Pdci, ce soit des listes Rhdp. C’est cela la problématique. Vous allez prendre tous les bastions du Rdr, vous n’allez pas voir un seul Pdci dans la liste. Ils sont tous Rdr et on nous demande à Yamoussoukro sous le prétexte du Rhdp, d’avoir une liste composée du Rdr, du Pdci et de tout le monde. Il faut être cohérent. Si dans les bastions du Rdr, il n’y a pas de mixtes Pdci-Rdr pourquoi vouloir avoir des mixtes Rdr-Pdci à Yamoussoukro.

KOACI.COM : Mais à qui la faute ? Est-ce que le Pdci n’a pas à se faire des reproches sur ce chapitre ?

KKP : Je ne cherche pas les fautes. Je cherche les réponses qu’on apporte à ce genre de situations et la réponse qui est apportée à chaque fois, c’est que les listes Rhdp sont battues. Voilà la réponse qu’apportent les populations. On oublie parfois la position des populations en regardant seulement les leaders. Mais la position des leaders peut être en déphasage avec celle des populations. Et quand il y a déphasage, la réponse qui est donné c’est celle que nous voyons.

KOACI.COM : Au Rhdp, ils prétendent la philosophie d’Houphouët. Mais comment se fait-il que le Rhdp perde dans le village natal d’Houphouët Boigny ?

KKP : Je ne sais pas si c’est la philosophie d’Houphouët qui est défendue effectivement, mais je fais des constats. Pourquoi cette philosophie d’Houphouët serait-elle à géométrie variable ? Elle est valable seulement à Yamoussoukro et elle n’est pas valable ailleurs. Je suis désolé. Il faudrait l’appliquer de façon uniforme partout. Au sein de tous les partis du Rassemblement.

KOACI.COM : Dites-nous un peu vous qui êtes député, quelle est la configuration à l’assemblée nationale au niveau des groupes parlementaires. Y a –t- il un groupe parlementaire Rhdp ?

KKP : Au niveau de l’assemblée nationale il n’y a pas de groupe parlementaire Rhdp. il y a un groupe parlementaire Pdci, un autre Rdr et d’autres groupes parlementaires et je pense que cette configuration va évoluer avec l’ouverture de la deuxième session parce qu’on ne sait pas encore s’il y a une recomposition des groupes parlementaires. Mais ce que je note après les débats que nous avons eu sur la question du groupe parlementaire Rhdp à l’assemblée nationale, la position du Pdci est claire et non-équivoque. Il y aura un groupe parlementaire Pdci au Sénat. Donc la question ne prête plus à débat. Il y a un groupe parlementaire Pdci à l’assemblée nationale et un groupe parlementaire Pdci au Sénat. Je pense que c’est conforme à l’idée qu’on se fait du groupement politique dans lequel nous sommes. Chacun garde son entité, son autonomie.

KOACI.COM : Honorable est-ce que le parti unifié sera possible si déjà même au niveau des députés, la fusion n’est pas facile à se mettre en place ?

KKP : Je pense que la question du parti unifié a déjà donné la première réponse à 94% à bulletin secret. Parce que c’est de cela qu’il s’agit également. Nous sommes dans un système où les gens ont peur. Ils ont peur d’exprimer leur opinion. Quand vous mettez le cadre pour que leur opinion soit exprimée, ça donne 94% de non au parti unifié sans crainte de représailles. Et je pense que la base n’est pas favorable au parti unifié. C’est ça la réalité.

KOACI.COM : Donc vous êtes en train de demander au Pdci de suivre la voie de l’Upci à son prochain congrès ?

KKP : Nécessairement, un congrès doit entériner, l’accord de principe qui a été signé. D’ailleurs je crois que le Rdr va à un congrès le 5 mai. On verra la réponse qui sera donnée. Si c’est un vote à mains levées, déjà, on sait la réponse qui sera donnée. Mais si c’est un vote à bulletin secret, je peux vous dire qu’on n’est pas à labri d’une surprise.

KOACI.COM : Honorable comment expliquez-vous cette cacophonie au Rhdp. le président Bédié qui signe cet accord dont il dit que ce n’est pas un manifeste et que le candidat du Rhdp sera issu du Pdci en 2020. Adama Bictogo sort pour dire qu’en 2020, le candidat du Rhdp sera issu du Rdr. aujourd’hui, vous dites que l’Upci dit non au Rhdp ?

KKP : Moi je n’écoute pas ce que disent les autres partis. Ce qui m’intéresse c’est ce qui se dit au Pdci. Dans notre parti, il y a un président qui décide de la direction à prendre. Et quand il a pris la direction, c’est de savoir est-ce que les troupes suivent ou pas. Donc les troupes donneront une réponse au congrès. Donc pour moi, l’accord de principe ne prête pas à conséquence juridiquement. Par contre, la décision de signer un accord politique, prête à conséquence politiquement par rapport à la base. Parce que quand j’ai vu comment les cadres avaient du mal à cerner la subtilité entre manifeste et principe ne prête pas à conséquence juridiquement. Par contre, la décision de signer un accord politique, prête à conséquence politiquement par rapport à la base. Parce que quand j’ai vu comment les cadres avaient du mal à cerner la subtilité entre manifeste et accord politique, je me suis dis encore moins, la base pourrait comprendre cette subtilité. Donc d’un point de vue politique, ça prêtait à confusion au niveau de la base. Moi, en tant qu’avocat, quand j’ai regardé l’accord qui a été signé, ça ne prêtait pas à conséquence au niveau du parti.

KOACI.COM : Comment ça ?

KKP : Mais parce que ce n’est qu’un accord politique. Ce n’est qu’un accord politique de principe! Même si on est président de parti et qu’on le signe, cela doit être ratifié par le congrès.

KOACI.COM : Vous faites allusion à la base. Quelle image veut-on donner à la Côte d’Ivoire quand le président Bédié signe sans consulter la base, le président de l’Upci signe sans consulter également sa base ?

KKP : Ce qu’il faut savoir c’est que les présidents de partis politiques, ont quand même l’obligation d’indiquer la direction dans laquelle ils veulent partir et envoyer leurs militants. Mais ce n’est qu’une indication. Parce que la décision finale appartient à la base et au congrès. Donc pour moi, c’est cohérent.

KOACI.COM : Est-ce que le Pdci se sent trahi par l’allié qu’il a soutenu depuis 2010?

KKP : Mais il n’y a pas de trahison ! C’est comme dans une association, un mariage, quand vous n’êtes pas satisfait, mais vous partez ! Il n’y a pas de trahison là.

KOACI.COM : Mais le Pdci soutient que c’est son tour parce qu’en 2010 et 2015 il a soutenu Ouattara. Et que c’est son tour d’être soutenu par le Rdr en 2020 ?

KKP : Pas de trahison là. Savoir jusqu’à quel point ou moment, on va constater ce désaccord-là et dire qu’il y a rupture des négociations.

KOACI.COM : ll y a débat qui a cours sur la réforme de la Commission électorale indépendante. Quelle est votre position sur cette sur la réforme de la Commission électorale indépendante.

KKP : Avant de donner mon point de vue sur la question, je vais revenir sur la position de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples. Je pense que cette cour a donné une position en droit au recours introduit par l’APDH. C’est une décision qui me semble être assez claire sur la composition de la Cei, pour qu’elle soit une commission électorale véritablement indépendante. Sur les points qui ont été soulevés par la commission africaine des droits de l’homme, celui qui me semble le plus important est la représentation des partis politiques et des ministères de tutelle au sein de la commission. En substance, la Cour a dit que lors qu’il y a des représentants au sein de la Cei, ces derniers ne sauraient être indépendants par rapport à leurs mandants. Donc, il est évident que la question de la représentation au sein de la commission électorale pose problème. J’adhère totalement à cette position parce qu’un mandataire ne peut pas être indépendant de son mandant. Cette position la commission africaine est donc pertinente c’est pourquoi nous allons déposer une proposition de loi sur le bureau de l’Assemblée nationale pour la réforme de la Cei.

KOACI.COM : Allez-vous déposé cette proposition de loi à titre individuel ou dans le cadre du groupe parlementaire ?

KKP : La Constitution dit que le Président de la République fait un projet de loi et ledéputé fait une proposition de loi. C’est donc une proposition qui a été déposée par ledéputé de Yamoussoukro commune, Kouassi Kouamé Patrice.

KOACI.COM : Vous avez parlé de la décision qui a été rendue par la Commission africaine des droits de l’homme. Mais cette décision ne semble pas intéressée l’Etat de Côte d’Ivoire. Comment expliquez-vous cette situation ?

KKP : C’est le problème que nous avons en droit international, au sujet de l’application des décisions et des conventions internationales qui sont ratifiées par nos États. Donc c’est une exécution qui est volontaire et on ne peut pas obliger un Etat à exécuter une décision si toutefois il conventions internationales qui sont ratifiées par nos États. Donc c’est une exécution qui est volontaire et on ne peut pas obliger un Etat à exécuter une décision si toutefois il n’en a pas la volonté. Mais ce que je pense, c’est que l’exécutif estime qu’il n’est pas opportun politiquement d’exécuter cette décision immédiatement. Je crois que l’exécutif doit être confortable avec l’actuelle Cei et ne n’entend pas la changer tant que les échéances électorales locales ne sont pas passées.

.COM : Toute cette situation amène à douter du processus électoral en Côte d’Ivoire. Quelle est votre appréciation ?

KKP : Je pense qu’on devrait également demander à la haute autorité pour la bonne gouvernance de s’impliquer dans le processus électoral. Il y a aussi la Société civile. Je pense qu’ils sont les mieux placés pour voir effectivement ce qui se passe en termes d’irrégularités du processus électoral. Je pense que la haute autorité pour bonne gouvernance devrait s’impliquer pour soit, prévenir la corruption, soit sanctionner la corruption. Mais il est clair que la corruption gangrène le autorité pour bonne gouvernance devrait s’impliquer pour soit, prévenir la corruption, soit sanctionner la corruption. Mais il est clair que la corruption gangrène le processus électoral en Côte d’Ivoire. Tout le monde sait que l’argent circule pour corrompre les électeurs. Et rien n’est fait. C’est inscrit dans le jeu politique en Côte d’Ivoire.

Tout le monde sait que l’argent circule pour corrompre les électeurs. Et rien n’est fait. C’est inscrit dans le jeu politique en Côte d’Ivoire.

: Vous êtes député de Yamoussoukro Commune mais vous étiez absent à la cérémonie d’installation du Sénat à Yamoussoukro. Avez-vous des explications à donner à cette absence?

KKP : Le Sénat, tel qu’il a été installé, est inconstitutionnel et je m’inscris dans la légalité. Le tiers des membres du Sénat qui doit être nommé, n’est toujours pas nommé. Dans ces conditions-là, j’ai estimé que le Sénat n’était pas représentatif du Sénat tel que prévu par la Constitution. De surcroît, constitutionnellement, le Sénat devrait être installé une semaine après l’ouverture de la session parlementaire. Cela n’a pas été le cas, il a été installé postérieurement à cette date-là. Voici les deux raisons pour lesquelles je n’ai pas pris part à cette cérémonie.

Interview réalisée par Donatien Kautcha, Abidjan

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site . Ivoire times n’est pas l’auteur de cet article.

 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact