FPI : De la résistance à leur libération : Et si on rendait hommage à Dahi Nestor et Koua Justin ? Liade Gnazegbo

Vendredi 12 Janvier 2018 - 16:48


D''abord, saluons  la détermination, le courage et la persévérance de ces  jeunes du FPI qui, par leurs capacités d'adaptation , leur aptitude  ,   ont définitivement pris leur place dans  ce long combat, mené de génération en génération par des femmes et des hommes qui ne se sont jamais résignés à l'injustice, à la déraison et à la barbarie de ce monde".
 

Comme le disait , François Mitterrand: << La liberté n'existe pas à l' état naturel... Elle naît quand on l'organise... La liberté est une conquête>>.
 

Dahi Nestor et Koua Justin  sont des militants aguerris qui ne plient pas dans la tempête. Ils ont du tempérament. Ils ont repris le combat pour la dignité humaine et la démocratie,  là où Houphouet et Gbagbo l'ont laissé. Ce combat, qu'ils mènent est avant tout un combat générationnel , car l'avenir leur appartient .N'oublions pas que  "chaque génération est un nouveau monde". Ces jeunes n'ont aucun lien historique avec la colonisation qu'ont connue  leurs parents ou grands- parents, car ils n'ont jamais  manifesté aucun complexe d'infériorité vis à vis du colon blanc. C'est pourquoi, ils n'ont pas intérêt à se plier ou à abdiquer aux exigences d'une dictature éphémère qui ne contrôle plus ses propres guerriers d'hier. Cette dictature cherche à exterminer  l' intelligentsia du FPI , mais elle ne réussira pas, comme Hitler n'avait pas réussi face à la jeunesse Française.  Par exemple, après la libération de la France de l'occupant Allemand, les historiens Français ont retenu et salué le courage et la détermination du  jeune résistant communiste , Guy Môquet, mort à 17 ans pour la France. Voici ce qu'il avait écrit: << Je laisserai mon souvenir dans l'histoire car je suis le plus jeune des condamnés >>  
 

Les camarades, Dahi Nestor et Koua Justin  sont entrés dans l’histoire pour avoir défendu une cause juste et humaniste..Ils ont  dit tout haut ce que les Ivoiriens pensent tout bas.
 

Voici ce que disait Bertolt Brecht  pendant la montée du Nazisme en Allemagne d’Hitler,  en 1935: << Celui qui ne sait pas est un ignorant, mais celui qui sait et qui ne fait rien est un criminel >>.
 

Dahi Nestor et Koua Justin refusent d'être complices du drame Ivoirien.
 

La jeunesse Ivoirienne doit suivre leur exemple, car nous sommes dans un processus de monopolisation progressive de la vie politique  par un régime oligarchique et de marginalisation (voire d’élimination pure et simple des opposants ou des partis d’opposition).
 

Comme disait , Alain Mabankou: <<.La durée de vie d’une dictature dépend de l’ampleur de notre  silence>>. Cette dictature est en train d’occuper les 322000 kilomètres carrés de notre territoire
 

Restons vigilants et mobilisés !

Tous nos remerciements aux camarades : Koua Justin et Dahi Nestor.
 

Liade Gnazegbo









 

.

 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact