Et si on expliquait l’histoire du Front populaire Ivoirien et de son créateur, Laurent Gbagbo aux Ivoiriens et au reste du monde? ‘(Liadé G)

Jeudi 8 Décembre 2016 - 10:56


Pour ceux et celles qui ne le savent pas encore, le FPI est un parti de combat et non seulement d’élections. Son créateur, Laurent Gbagbo s’est toujours invité volontairement là où la dictature commence à devenir menaçante pour la république et les citoyens ivoiriens. Le FPI n’est ni une philosophie, ni un dogme, encore moins une religion, mais un mouvement qui aspire à un monde meilleur et à une transformation de la société. C’est pourquoi , Pour les Ivoiriens, le FPI doit continuer d’être volontariste dans l’action , tout en restant fidèle à ses valeurs fondatrices: Liberté, justice, paix, solidarité et démocratie.  

 
 

Première partie de l'histoire du FPI racontée par Yacoly Koré Désiré.

 
 

Si pour le grand public l’histoire du FPI commence en avril 1990, pour les initiés elle commence bien longtemps dans les années 1967-68. Pour la tranche historique, l’approche synchronique donne trois (3) périodes :

DE 1969 à 1982

• 1969 : Grève des étudiants contre la crétion du MEECI. Arrestation de 400 étudiants dont Laurent Gbagbo.

• 1969-1970 : Création d’une cellule à Strasbourg composée de quatre personnes : Laurent Gbagbo, Traoré Amadou (le Puissant), Zadi Zaourou, Assoa Adou.

• 1970 : Retour de Laurent Gbagbo et de Zadi Zaourou au pays, le premier enseigne au Lycée Classique d’Abidjan, le second est recruté à la Faculté des Lettres.

- recrutement de Simone Ehivet et Louis-André Dacoury-Tabley.

• Mars 1971 : Arrestation de Laurent Gbagbo. Interpellé à l’Assemblée

Nationale, il est conduit au camp militaire d’Akouédo, puis à celui de Séguéla où il rencontre Djéni Kobina, Secrétaire Général du SYNESCI, Sangaré Abou Drahamane, Laurent Akoun ...

• 9 Janvier 1973 : Libération de Laurent Gbagbo, Djéni Kobina, Hoba Albert

• 1977 : Retour définitif de Assoa Adou au pays ;

• 1980 : Exil de Kouassi André en Haute-Volta ;

1982 : Année du "complot contre les enseignants".

- Cinq militants créent un parti socialiste sans nom, dans un appartement de Cocody.

Ce sont : Pascal Kokora, Sangaré Abou Drahamane, Simone Ehivet, Boga Doudou et Laurent Gbagbo.

DE 1982 à 1990

• 25 Mars 1982 : Départ de Laurent Gbagbo en exil, en passant par la Haute-

Volta, actuel Burkina-Faso ;

• 28 Mars 1982 : Arrivée de Laurent Gbagbo à Paris (France) ;

• 5 juillet 1982 : Les autorités françaises rejettent la requête de Laurent Gbagbo pour son statut de "réfugié politique " ;

• Fin mars 1983 : Laurent Gbagbo et Ouraga Obou Boniface dénomment la structure " Front Populaire Ivoirien " (FPI) ;

• 22, 23, 24 décembre 1984 : En l’espace de six mois, le MIDD (Mouvement d’Initiatives pour les Droits Démocratiques) tient deux Congrès à Paris, rue de

Nanteuil. Election de Maurice Lohourignon au poste de Président, qui nomine Don Mello Ahoua au poste de Secrétaire Général ;

• 26 septembre 1988 : Retour d’exil de Laurent Gbagbo ;

• 19-20 Novembre 1988 : Congrès constitutif du FPI dans une " bananeraie " de Dabou ;

• 20 Novembre 1988 : Au sortir du Congrès, Anaky Kobena, PDG d’Inter-Transit est arrêté, soupçonné d’être le financier du FPI naissant ;

• 3 avril 1990 : Enregistrement officiel des Statuts du FPI à la Préfecture d’Abidjan sous le n° 128 ;

• 30 avril 1990 : Annonce du multipartisme.

LISTE DES PARTICIPANTS AU CONGRES CONSTITUTIF DU FPI 19-20 NOVEMBRE 1988

NOM & PRENOMS :

1. Gbagbo Laurent

2. Boga Doudou Emile

3. Sangaré Abou Drahamane

4. Anaky Kobinan Innocent

5. Ehivet Simone

6. Mingni Mathurin

7. Koudou Jeannette

8. Ouraga Obou Boniface

9. Kouassi Raphaël

10. Guiriou Emile

11. Zahui Zokou Zéphin

12. Ahibo Coffy

13. Tapé Kipré

14. Bamba Maurice

15. Gbalou Lida

16. Bouihi Kalo Bi Thierry

17. Kra Félix

18. Oula Lucien

19. Kouassi André

20. Boni Mel Emmanuel

BUREAU DE SEANCE :

• Président : Sangaré Abou Drahamane

• Secrétaire : Ouraga Obou Boniface

Rapporteur : Koudou Jeannette

DE 1990 à 2000

• 31 août 1990 : 1ère marche pacifique du FPI ;

• 6 septembre 1990 : 2è marche pacifique du FPI ;

• 12 octobre 1990 : Versement de 20 millions de caution pour le candidat Laurent Gbagbo aux élections présidentielles ;

• 28 octobre 1990 : Election présidentielle avec 18% des suffrages pour Laurent Gbagbo, candidat du FPI ;

• juin 1991 : Descente policière suivie de répression à la cité universitaire de Yopougon. Le FPI demande la mise en place d’une commission d’enquête

nationale ;

• 5, 6, 7 décembre 1991 : Congrès constitutif de l'OFFPI à l'AITACI (Abidjan-

Treichville) avec l'élection de Guéi Valère au poste de secrétaire nationale ;

• 18 février 1992 : Grande marche de protestation. Répression et arrestation

des démocrates dont Laurent Gbagbo ;

• 1er août 1992 : Libération des démocrates ;

• 27, 28 Novembre 1992 : Symposium à Dabou en hommage au Professeur Harris Mémel Fotê ;

• 7 novembre 1993 : Meeting de Rentrée Politique du FPI (à Marcory) ;

• 19 Février 1994 : Cérémonie du lancement officiel du CENAT (Comité

Electoral National) ; 17-19 février 1995 : Premier Congrès ordinaire de la JFPI ;

• 5 avril 1995 : Officialisation du Front Républicain. Un accord-cadre est signé par le FPI, le Rassemblement Des Républicains (RDR)et l’Union des Forces

Démocratiques (UFD) ;

• 8 juillet 1995 : Première marche de protestation du Front Républicain pour exiger un code électoral consensuel, des élections justes et transparentes ;

• 28 août 1995 : Marche de protestation du FPI pour exiger des élections justes et transparentes ;

• 3 septembre 1995 : Cérémonie de lancement du GFC/LG (Groupe Féminin pour la campagne de Laurent Gbagbo) à l’hôtel Assanvon. Groupe ad’hoc créé pour le seul temps de l’élection présidentielle ;

• 7 octobre 1995 : Convention extraordinaire du FPI à Yopougon pour lancer le mot d’ordre du boycott actif des élections présidentielles ;

• lundi 2 et 16 octobre 1995 et dimanche 22 octobre 1995 : Le pouvoir fait tirer à balles réelles sur des manifestants (morts d’hommes) boycott actif ;

• 14-15 octobre 1995 : Mission de la Direction du Parti dans les fédérations pour informer et expliquer la position du FPI sur le mot d’ordre du " boycott actif" de l’élection présidentielle. ......
.





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact




 

Les Filles de Saïoua au Palais de Congrès de Montreuil (France) le samedi 16 décembre 2017