Côte d’Ivoire: Tia Koné après son départ de l’UDPCI, «C’est des postes qu’on recherche dans ce parti»

Jeudi 26 Avril 2018 - 16:55


 

– Jeudi 26 Avril 2018 -L’ancien président de la cour suprême, Tia Koné  a quitté l’Union pour la Démocratie et la Paix en côte d’Ivoire (UDPCI), pour créer son mouvement politique dénommé, UDR  (Union pour la Défense Républicaine).

Dans un entretien accordé à la radio  de la Paix, ex Onuci FM mercredi, il revient sur les raisons de son départ et situe les raisons de la création de son parti.

« Depuis 2011, je suis rentré à l’UDPCI. Malgré toutes les propositions, tous les efforts personnels, financiers que j’ai eu à mettre à la disposition du parti, le parti n’a jusqu’à présent tenu compte de tout cela, ils sont toujours au même niveau. Donc je me suis dit, c’est là ma phrase : « Quand dans la maison laissée par votre père en héritage, vous ne pouvez pas vous entendre pour travailler, fraterniser, si vous êtes intelligents, vous vous séparez pour ne pas détruire votre fraternité », a-t-il expliqué.

Il a ensuite marqué sa déception quant à la gestion des hommes dans son ex parti.

« Vous savez dans l’Udpci, ce qu’on recherche à mon gout, c’est des postes. Et ces postes sont donnés à un seul. A un moment donné, le président du parti était président du parti, il était ministre, il était député, il était président du conseil régional. Comme si il n’y avait pas un autre militant qui pouvait avoir l’un des postes. Alors ce sont ces choses qui m’ont quelque peu déçu. Je dis, ça ne va pas, c’est pourquoi je suis sorti. »

Pour revenir à la création de l’UDR qui se veut un parti centriste, Tia Koné  a justifié que, sa création s’imposait puis d’ajouter.

« Vous savez, Il y a d’énormes problèmes qui se posent à la Côte d’Ivoire. Nous passons aujourd’hui notre temps à faire de la philosophie politique plutôt qu’à nous intéresser aux choses d’actualité(…). Moi je suis venu en pragmatique, tenter de réfléchir sur le terrain à tous ses problèmes pour leur trouver des solutions(…). Je vais réfléchir avec le peuple. Et comme je suis nécessairement un parti centriste, nous allons aller à gauche comme à droite, dire aux uns et aux autres, notre formulation des problèmes et les solutions que ça impose. Voilà pourquoi nous sommes venus en politique. »

En moins d’une semaine après sa création, l’UDR revendique dans ses coordinations au moins 20.000 militants.

Donatien Kautcha, Abidjan

Vous êtes abonnés Orange en Côte d’Ivoire, recevez les infos 
exclusives de en souscrivant au #124*154# (103fcfa la semaine)

Source : Koaci

 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact