Côte d’Ivoire – Sangaré aux chefs traditionnels « Notre rôle n’est pas de demander clémence… Parlez à celui qui est là !

Lundi 1 Janvier 2018 - 00:51


L’organisation des femmes du Fpi (Offpi), structure spécialisée d’activité dirigée par Odette Lorougnon a eu sa traditionnelle journée de retrouvailles, de réflexion et de partage le samedi 30 décembre 2017 à Locodjoro dans la commune d’Attécoubé.

Invité à dire un mot, Sangaré Abou Drahamane, président par intérim de la tendance fidèle à Gbagbo a félicité les femmes de son parti pour leur initiative et manifesté sa gratitude aux personnalités non Fpi venues soutenir l’événement. Il a brièvement magnifié Laurent Gbagbo toujours détenu à La Haye. « Comme un saumon, il sait remonter les courants contraires. Comme un phénix il renait toujours de ses cendres. (…) Son nom traverse les fuseaux horaires », dit-il au passage en appelant à un rassemblement plus fort des forces démocratiques et politiques ‘’pour que la Côte d’Ivoire soit sauvée’’. Justement, à propos de la paix et de la réconciliation en Côte d’Ivoire, Sangaré a tenu à répondre aux recommandations que venaient de lui faire des chefs traditionnels lors de la réception de sa délégation. Ceux-ci, sans doute, ont demandé à Sangaré de faire un geste pour favoriser la décrispation et la libération des prisonniers. Sans rejeter du revers de la main la demande insistante des têtes couronnées, le premier responsable du parti gbagboïste a eu ces propos :

« Seul celui qui est au pouvoir peut donner beaucoup. Depuis 2011, la seule parole de Ouattara est celle qui emprisonne. (…) Il faut que les chefs puissent aller parler à celui qui est là pour lui dire que, Gbagbo a sa place en Côte d’Ivoire, comme eux ils avaient leur place ici quand il était au pouvoir. Notre rôle n’est pas de demander clémence, notre rôle n’est pas de pleurer mais de combattre. Faisons tout pour que la liberté revienne dans notre pays. Chacun a sa partition à jouer. Les Ivoiriens méritent mieux que ce que l’on voit. Les Ivoiriens, c’est le peuple du pardon et de la tolérance, c’est le peuple des bras ouverts. Aujourd’hui les communautés vivent côte à côte. »

Avant lui, Madame Lorougnon a invité les femmes à un ‘’combat sans faille pour la reconquête du pouvoir en 2020’’. « Nous n’allons pas nous décourager, nous allons poursuivre notre chemin », a-t-elle ajouté.

Cet événement destiné à maintenir en éveil les femmes de ce parti sur leur idéal politique, a vu la participation de plusieurs cadres du Fpi, des organisations et personnalités idéologiquement proches de Laurent Gbagbo. Au nombre de ces personnalités, figuraient en bonne place, Anaky Kobénan qui ne cache plus sa nouvelle proximité avec ses camarades qu’il avait quittés au profit du Rhdp. Il revient d’une visite à La Haye. Les députés indépendants Sidonie Asseu et Philibert Koudougnon respectivement d’Akoupé et de Cocody étaient également présents.

Au nom des détenus d’opinion, Désirée Douati a aussi répondu à l’invitation de l’Offpi. Dans une déclaration qu’elle a remise à la presse, elle a dit reconnaître le soutien qu’apporte madame Lorougnon aux détenus d’opinion et la lutte qu’elle mène en vue de leur libération, notamment celle de Simone Gbagbo et Gossé Sylvie.

SD à Abidjan

sdebailly@yahoo.fr

 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact