Côte d'Ivoire: Pour exiger la réforme de la CEI, EDS appelle toute l'opposition au rassemblement

Vendredi 25 Mai 2018 - 19:44


© koaci.com – Vendredi 25 Mai 2018 -Le dossier CEI qui cristallise de plus en plus les débats politiques, à l’approche des élections municipales et régionales, unilatéralement décidées par le gouvernement, a été au centre d’un point de presse ce vendredi de la Plateforme de l’Opposition, Ensemble pour la Souveraineté et la Démocratie (EDS).

 

La coalition proche de Laurent Gbagbo a rappelé d’entrée que, les élections justes et transparentes sont la clé de voûte de l’enracinement de la démocratie et de la paix dans les jeunes Etats comme le nôtre. Lorsqu’elles sont inclusives et transparentes, les élections permettent de doter nos Etats, d’institutions fortes, crédibles et légitimes.

 

En revanche, lorsqu’elles sont entachées d’irrégularités et organisées dans un contexte de suspicion généralisée, ces élections deviennent porteuses de conflits de tous ordres et hypothèquent dangereusement l’avenir de toute une nation.

 

EDS constate que, le délai imparti à l’Etat pour s'exécuter est « a violé son obligation de protéger le droit des citoyens de participer librement à la direction des affaires publiques de leurs pays, garanti par l’article 13(1) et (2) de la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples ».

 

Pour son président Georges Armand Ouégnin, l'actueller CEI est plus que jamais illégale et illégitime.

 

« Il s’en suit qu’elle n’est plus habilitée et qualifiée pour conduire quelque opération électorale que ce soit dans notre pays. LaCEI Rechercher CEI actuelle est disqualifiée et tous les actes qu’elle pose et posera sont entachés de suspicion légitime et susceptible, à juste titre de contestation », a-t-il martelé.

 

La franche partie de l’opposition dit comprendre difficilement que le gouvernement rejette avec autant de suffisance et de dédain l'appel de l'opposition, de la société civile et de la Cour africaine des peuples et des droits de l’homme à la mise en place d'un organe électoral et consensuel.

 

« Uneréforme Rechercher réforme qui tombe sous le coup du bon sens et dont la mise en œuvre garantirait à notre pays des élections justes, transparentes et crédibles, gage d’une alternance démocratique et pacifique »,soutient-elle, avant de prendre à témoin la communauté internationale, notamment l'Union Africaine, dont la haute juridiction chargée des droits de l'homme a rendu un arrêt sans équivoque, appelle à nouveau les tenants actuels du pouvoir à se ressaisir et à sortir de la logique de la prise en otage de la démocratie et du passage en force pour s'inscrire avec courage et responsabilité dans un vrai dialogue politique, dans l’intérêt supérieur de la Côte d'ivoire.

 

Pour finir,Armand Ouégnin Rechercher Armand Ouégnin a lancé un appel solennel à toute la classe politique, aux organisations de la société civile et à toutes les forces vives de la Nation, au rassemblement et à la mobilisation pour, « mener avec nous et gagner avec nous, la bataille de la réforme en profondeur, et consensuelle de la CEI et de tout le processus électoral, pour des élections , facteur de réconciliation et de Paix véritable et durable dans notre pays. »

 

Donatien Kautcha, Abidjan





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact