Côte d'Ivoire : Les dessous du ballet chez Bédié

Vendredi 2 Mars 2018 - 08:58


Une coalition anti-Rdr est en gestation autour du président du Pdci, Henri Konan Bédié.

Le centre de gravité du triangle politique ivoirien s'est quasiment déplacé autour du président du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (Pdci), Henri Konan Bédié.

 
 

Depuis quelques mois, en effet, les observateurs de la politique en Côte d'Ivoire assistent à un intense ballet politico-diplomatique chez le «  Sphinx », aussi bien à Daoukro qu'à sa résidence de Cocody-Les Ambassades à Abidjan.

De jour comme de nuit, les parkings de l'ancien chef de l’État ivoirien (1993-1999) ne désemplissent pas acteurs politiques de premier plan, diplomates, cadres, responsables d'associations et organisations non gouvernementales se jouent les coudes pour arracher une audience au « Bouddha de Daoukro ». Une opération de charme qui masque mal les intentions voilées de ces personnalités qui accourent aux domiciles de Bédié.  

C'est Pascal Affi N'Guessan, président du Front populaire ivoirien (Fpi) qui, à la surprise générale, pousse la porte de la résidence de Bédié, le 24 janvier 2018. Selon des sources diplomatiques, « c’était une rencontre qui avait été préparée dans le plus grand secret, par le cabinet des deux hommes ». Sous le cache-sexe bien trouvé de la présentation de (ses) vœux (de nouvel an) à l’ex-président pour lequel il n’a pas tari d’éloges, Pascal Affi N'Guessan a assuré Bédié de sa disponibilité « à travailler ensemble ». Cette rencontre faisait suite à une série de tête-à-tête que les deux hommes ont eue. « Nous sommes venus manifester notre disponibilité à travailler ensemble pour la Côte d’Ivoire… Le président Bédié, compte tenu de sa place, est un acteur incontournable avec lequel tous les partis politiques doivent composer », avait argué l'ancien Premier ministre de Laurent Gbagbo.

Les bases d'un rapprochement entre le Pdci et le Fpi, à deux ans de la prochaine élection présidentielle, venaient d'être lancées. Surtout que cette rencontre est intervenue six jours après un tête-à-tête similaire entre les responsables de jeunesse des deux formations politiques.

Dans la même dynamique de rapprochement avec le Pdci, Henriette Lagou, patronne du Renouveau pour la paix et la Concorde (Rpc), un parti vassal de la défunte La majorité présidentielle (Lmp, proche de Laurent Gbagbo), débarque au domicile de Bédié, «  notre papa à tous, qui représente le père de la nation », le 1er février 2018. En dehors des vœux, en tant que responsable de parti politique, elle a dit avoir «  écouté les conseils sages, qui nous inspire ».

Le «  monument » politique que représente Henri Konan Bédié a également échangé, avec un autre monument du droit en Côte d'Ivoire, Romain-Françis Wanga Wodié. L'ancien président du Conseil Constitutionnel a échangé, ce lundi 26 février 2018, avec le leader du « vieux » parti. A travers allégories et symboles, Francis Wodié a donné le sens de sa démarche qui pourrait être également l'état d'esprit de toutes ces personnalités qui rencontrent HKB. « Le président Bédié m’apparaît comme le pont que nous devons construire, qu’il doit contribuer à construire pour que les Ivoiriens puissent effectuer la traversée ensemble d’un rivage vers l’autre, au lieu que chacun reste sur son bord politique. Quand on aura fait cette traversée, nous pourrons marcher ensemble vers l’avenir partagé de la Côte d’Ivoire », s’est-il convaincu.

Une coalition anti-Rdr ? Wodié a indiqué que Bédié occupe, aujourd'hui, en Côte d'Ivoire «  une position qui lui permet de pousser dans un sens ou dans l'autre », ajoutant qu'il peut peser de tout son poids sur l'évolution de la situation.

Professeur Bamba Moriferé, président du Rassemblement du peuple de Côte d’Ivoire (Rpci), une des figures emblématiques de l'opposition radicale voire révolutionnaire en Côte d'Ivoire, a aussi pris langue avec Henri Konan Bédié.

Le «  sphinx de Daoukro », après son entrevue avec Pr Francis Wodié, a reçu Mohamed Farouk Hamzawi et Julie Sholdice, respectivement ambassadeurs d’Égypte et du Canada en Côte d'Ivoire. Les deux diplomates ont confié être venus lui rendre une visite de courtoisie.

Qu'est-ce qui peut bien expliquer ce ballet politico-diplomatique dans un contexte de crise larvée entre, notamment le Pdci et le Rassemblement des républicains (Rdr). Le symbole politique de ce chassé-croisé politico-diplomatique est d'autant plus fort et parlant, que ces rencontres interviennent dans un environnement politique pour le moins trouble.

De fait, le « vivre ensemble » au sein de la coalition du Rassemblement des houphouetistes pour la démocratie et la paix (Rhdp) a pris du plomb dans l'aile, sur la question préjudicielle du parti unifié. Le Pdci et son allié ne rame plus dans le même sens bloquant, du coup, l'avancement de la machine Rhdp. Chaque jour, la tension, déjà perceptible, monte un peu plus d'un cran, à travers des déclarations contradictoires entres les alliés.

Hier mercredi 28 février 2018, en manchette du journal le « Nouveau Réveil », proche des thèses politiques du Pdci, Maurice Kakou Guikahué, Secrétaire exécutif en chef de ce parti, semble avoir ruiné les espoirs des « unionistes ». « Allez dire à Ouattara et à Bédié que le Rhdp ne marche pas dans nos bases », a-t-il fait valoir, jetant, du coup, dans la lagune Ebrié, le projet…

L'opposition ivoirienne, qui voue au Rdr une violente répulsion, et qui cherche par tous les moyens de lui régler ses vieux comptes de la crise post-électorale de 2010-2011, voit, dans cette crise, une aubaine dont elle veut profiter pour se positionner auprès du Pdci. En toile de fond, tirer avantage de cette situation pour elle-même. Pascal Affi N'Guessan, Bamba Moriferé, Henriette Lagou et autres Sangaré Abou Drahamane, Ouattara Gnonzié, Gnamien Konan ne chercheraient pas tirer les marrons du feu de cette situation trouble entre le Pdci et son allié, le Rdr, qu'ils s'y prendraient autrement. Se servir du «  bâton Pdci » pour atteindre leur objectif qui est de neutraliser le Rdr en 2020. Et tous s'inscrivent dans la dynamique d'une future collaboration avec le Pdci. C'est la finalité de ce vaste mouvement des opposants autour de Bédié…

« Même si Bédié ne laisse pas transparaître ses intentions, encore moins sa stratégie, il semble qu’au Pdci, de nombreuses personnes commencent à être sensibles à la cour assidue de la tendance du Fpi conduite par Pascal Affi N’Guessan », glisse l'hebdomadaire panafricain Jeune Afrique dans sa livraison de cette semaine. « Nous avons compté avec lui hier, avait indiqué Pascal Affi N'Guessan. Nous allons compter avec lui aujourd’hui, et nous devons compter avec lui demain », parlant de Bédié au sortir de son tête-à-tête avec le patron du Pdci. Le Fpi, incarné par Pascal Affi N'Guisan, ne cache pas son ambition de voir le Pdci prendre la tête d’une coalition anti-Ouattara, à plus deux ans de la présidentielle de 2020. « La Côte d’Ivoire se porte mal, à en croire Konaté Navigué, président de la Jeunesse du Fpi. Il faut que le Pdci sauve la Côte d’Ivoire ».

Et comme, selon Affi, Bédié « représente pour chacun d’entre nous, une référence, un acteur avec lequel il faut compter », ils espèrent que cette coalition est un gage fondamental pour venir à bout au Rdr en 2020.

 

Armand B. DEPEYLA

 

http://www.linfodrome.com/vie-politique/36949-cote-d-ivoire-les-dessous-du-ballet-chez-bedie

 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact