Côte d'Ivoire : Le paradoxe Soro et l’affaire Bceao en Côte-d’Ivoire : Viktor Bout impliqué dans les casses des agences Bceao ?

Samedi 20 Janvier 2018 - 21:02


Le paradoxe Soro et l’affaire Bceao

L’un de nos amis, en l’occurrence Lamine Coulibaly alias Sarkozy a pondu un récit [lire plus bas, Casse de la BCEAO en zone CNO, qui est derrière ?] digne des films hollywoodiens sur la casse des agences de la Bceao dans la zone Cno du temps de la rébellion. Le posteur croit déculpabiliser son mentor, passé maître dans l’art de la duplicité, du double langage et de metteur en scène. Le posteur prétend qu’il n’y a pas eu de casse et qu’un personnage imaginaire aurait approché Viktor Bout pour lui proposer de dévaliser la Bceao et de créer une économie parallèle en vue de faire fonctionner la zone sous contrôle de la rébellion. Quel scénario !

Petite piqûre de rappel

La Bceao de Bouaké a bel et bien été cambriolée. Le premier à être sur les lieux est un com-zone populaire très proche du chef du Parlement ivoirien. Ce n’est pas tous les chefs de guerre à l’époque qui en était informés. D’ailleurs cette situation a provoqué le courroux d’autres chefs de guerre qui pensaient être lésés, d’où les casses des agences de Man par un certain AB et Korhogo, dirigé par Kouakou Martin Fofié. Des chefs de guerre se sont même attaqués à l’époque, à l’instar d’une bataille qui a eu lieu une nuit à Korhogo entre Adams et les éléments d’un chef de guerre basé à Bouaké. Adams voulait sa part du gâteau parce que pour lui ces opérations ne lui avaient pas profité. Souvenons-nous des affrontements autour de l’agence de la Bceao de Bouaké et des morts qu’il y a eu. Une opération bien planifiée ne crée pas autant de désordre et de morts.

D’où vient-il qu’aujourd’hui, alors que le débat sur ces vols organisés par celui qui dirigeait la rébellion (c’est su de tous) fait rage, on veuille se décharger sur les autres. En psychologie, cela s’appelle diluer sa culpabilité dans une responsabilité collective. Une tactique qui consiste à rejeter sur les autres ses propres turpitudes. Une attitude paradoxale dans le camp de Soro.

Quand l’homme est acculé au plan politique, ces partisans brandissent la thèse de l’ingratitude. Soro est présenté comme l’homme qui a assumé la rébellion, qui a envoyé Ouattara au pouvoir et tutti quanti.

Quand il est accusé d’un méfait, on lui trouve une porte de sortie soigneusement aménagée, parfois au prix de mille contorsions et falsifications de l’histoire contemporaine. En vérité, la Sorosphère assume la rébellion sans son passif. Tout ce qui a été mauvais est renvoyé aux autres. Souvenons-nous de l’affaire Soul to Soul. Ils avaient tous crié au complot, faisant croire que les caisses d’armes avaient été transportées à son domicile par des proches du ministre Hambak, jusqu’à ce qu’on découvre la vérité dans toute son horreur.

Personne n’est dupe. Tout ce qui a été dit par l’avocat de Victor n’est que pure affabulation. La preuve, aucune activité économique n’a été boostée au nord après la casse de la Bceao. On a plutôt assisté à l’émergence d’une bourgeoisie compradore à la tête de laquelle trônait le chef de la rébellion.

Pendant qu’on y est, à combien a-t-il acheté sa résidence de Marcory après la rébellion ? Pourquoi et à combien voulait-il acheter la célèbre clinique à proximité de cette résidence ? Et l’immeuble en face du Felicia, dont le chantier a été fatal pour ceux qui étaient au Plateau dans la nuit d’un 31 décembre pour la fête de la lumière ? Nous y reviendrons en temps opportun.

 

Mais pour le moment, restons lucides. Toute autre invention n’est que pure spéculation et diversion. Les Ivoiriens sont matures.

Flan Joseph

 

Arms Dealer Viktor Bout arrive at Bangkok Supreme Court on July 28, 2008, in Bangkok, Thailand. A Thai court delayed reputed Russian arms smuggler Viktor Bout’s extradition hearing to the U.S. for a second time after his new defense attorney failed to show up for the high-profile case Monday. (July 28, 2008 – Source: Chumsak Kanoknan/Getty Images AsiaPac)

Casse de la BCEAO en zone CNO, qui est derrière ?

Ma réponse à ce frère amnésique et névrosé du clan +454. Frère tu m’as tagué sous un post évoquant la casse des agences BCEAO de Bouaké et Man avec intitulé : viens défendre ton leader . Je n’ai pas voulu te répondre la-bas,en commentaire parce que la réponse serait passée inaperçue .je suis là maintenant pour te répondre.

Prétendue casse de la BCEAO en zone CNO, qu’est ce qui s’est réellement passé ?

Contrairement à ce que l’on dit,les agences BCEAO de Bouaké et Man n’ont jamais été cassé, mais ouvertes .Comment des militaires qui ne savent rien des systèmes informatiques et des rouages économiques auraient-ils réussi à ouvrir des coffres hermétiquement protégés avec des codes chiffrés ?
A la vérité l’on a ouvert volontairement les coffres pour qu’ils partent prendre le blé.

Pour éviter que les zones CNO s’asphyxient davantage au plan économique, Monsieur X dont je vais taire volontairement le nom ( les intelligents comprendront ) va demander à Guillaume SORO et à ses amis de créer une économie parallèle dans leur zone en donnant les moyens à certains opérateurs économiques pour créer des activités.
Mais où trouver de l’argent pour éjecter dans une économie parallèle ? T-elle est la grande question que se pose Guillaume SORO .
Monsieur X ( je dis pas son nom mais les doués d’intelligence savent) qui a beaucoup d’amis dans le milieu des finances rassure les responsables des FN qu’à leur arrivée les coffres leur ouvriront les bras .
C’est ainsi que Monsieur X ( que vous avez déjà deviné ) va toucher ses amis du monde des finances et la grande France pour que les coffres des agences soient ouverts .

Ainsi les militaires iront ramasser l’argent pour que ces opérateurs économiques déjà ciblés conformément au schéma de X ( dont je vous dirais pas le nom ) créent l’économie parallèle en réponse aux mesures récessives de Laurent Gbagbo.
L’on verra juste après la floraison des activités comme le commerce des moto de marque jakarta,kTM, dragon …et la cigarette venue de certains pays voisins.

Une bonne partie de l’argent a même servi au financement de la campagne de Monsieur X ( vous m’avez certainement compris ).

Bien entendu après avoir servi le schéma de Monsieur X , les militaires ne sont pas maudit ils vont se servir .
Donc pour revenir à toi petit ecrivaillon à l’esprit sous-alimenté saches que le commanditaire de la prétendue casse de la BCEAO en zone CNO c’est Monsieur que tu divinise.

Lamine Coulibaly





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact