Côte d'Ivoire : Le bal des violents et des cyniques. Quand des opportunistes accomplis se bousculent, sur le fond de la fin proche d'une tragi-comédie

Vendredi 16 Mars 2018 - 11:25


 
 

L'imposture est la case qui abrite des opportunistes et des égotiques. Sans conviction aucune, des gens sont venus dans le champ politique pour se servir, en faisant croire qu'ils allaient servir le peuple. Cette tendance qui compte aussi des gens qui ont une inclination narcissique, a entraîné dans son imposture une partie de la population souvent naïve. Parfois obnubilés par l'ignorance ou un fanatisme simplement suiviste, des gens ont servi la cause sombre de gourous qui, sans foi, n'obéissent à aucune loi. Ceux-là, soutenus par des puissants de ce monde, n'ont jamais cru en la réversibilité de la situation qu'ils ont créée.
 

Mais après la terreur imposée par une violence du type que le pays a connu, un peuple digne comme celui de l'Eburnie finit toujours par s'en remettre et identifier définitivement ce qui est bon pour son avenir. Car la puissance des canons, en tonnant, peut ponctuellement ébranler. Mais elle ne peut jamais arrêter la détermination d'un peuple. Le temps a donc dû faire son temps. Le temps a fait son œuvre. Sinon, qu'ont-ils au bout du compte apporté à ce pays - ces imposteurs - si ce n'est de le renvoyer en arrière de plusieurs décennies ? En fait, il faut retenir que les imposteurs sont des individus dangereux.
 

Une personne a parcouru tout un pays, des années durant, au point de faire près de dix mille villes et villages. Il y en a qui espèrent ôter son image et ses empreintes de la mémoire collective de tous ces gens qui savent ce que ce grand homme a fait pour la quête de la liberté, pour le multipartisme pour que la démocratie s'enracine dans le pays. Laquelle démocratie est remise en question depuis le 11 avril 2011 par Alassane Dramane Ouattara et son clan.
 

Ceux qui voulaient la tutelle de l'ONU sur la Côte d'Ivoire l'ont eue. Mais pour combien de temps ? Car tout processus a des limites. Voilà en effet qu'avec la bravoure des Ivoiriens, le temps de la clarification arrive. N'ayons pas peur. Ceux qui croient en ce pays, y compris ceux qui ont connu des errements et des égarements hier, au point de soutenir un temps l'imposture - s'ils ont réellement compris leurs erreurs - doivent utilement et en toute responsabilité, aider à éradiquer le poison de la prédation.
 

Il faut dire que la Côte d'Ivoire n'est pas un amas de camps. La Côte d'Ivoire doit plutôt exister comme un seul camp. Aussi, la Côte d'Ivoire de demain ne saurait-elle se nourrir de slogans. Et on ne peut pas changer d'attitude parce qu'on veut seulement être toujours du bon côté. Les élites supposées ou réelles doivent faire attention et veiller à revisiter des pratiques dont le peuple qui les regarde, ne veut plus.
 

Au total, quelle que soit la majorité qui viendra demain au pouvoir, les feintes, la duplicité, la vente d'illusions et l'absence de solidarité devront absolument être contenues. Car non seulement, aujourd'hui, chaque Ivoirien sait l'importance d'un pays mais aussi, chacun a laissé se dérouler à travers différentes occasions, la substance de ce qu'il est réellement.
 

Claude Koudou

 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact