Côte d’Ivoire /Etablissement de faux documents administratifs : Un agent d'état civil et son gang de bradeurs de la nationalité ivoirienne, arrêtés

Jeudi 18 Janvier 2018 - 09:58


 

Plusieurs faussaires ont été arrêtés dans le département de Daloa. Ces individus, peu recommandables, évoluant dans un sombre réseau, s'étaient spécialisés dans la production et la délivrance de faux documents administratifs.

Notamment, les attestations d’identité, les extraits de naissance, les certificats de nationalité et autres. Et ce gang se faisait beaucoup de sous, au détriment de l’administration régulière, qui est l’Office national de l’identification (Oni).

En effet, selon nos sources, dans le courant du mois de novembre 2017, un demandeur de certificat de nationalité, répondant au nom Diomandé Coulibaly, se présente au Tribunal de 1ère instance de Daloa, en vue de se faire établir cet important document. Mais l'agent à qui il s'adresse remarque que, l’extrait de naissance en sa possession comporte des anomalies. En fait, un faux.

Interrogé, l'homme cite un certain Lorougnon Fallet Jérémie, comme étant celui qui lui a établi le faux extrait de naissance. Ce dernier est en service à l’état civil de la sous-préfecture de Grégbeu. Interpellé et entendu par les éléments des forces de l'ordre, il se met à table, avant de dénoncer ses présumés complices. Ce sont Lago Bailly Jean, Gueï Monso Sylvain, Guéya William, Yahity Lago Jean-Marc Roger, Gnaoré Digbeu Célestin, Zagbaï Fernand. Eux aussi, sont neutralisés.

A leur tour, ils se montrent « bavards », en balançant Djédjé Jonas, qu'ils sont unanimes à présenter comme le véritable cerveau de leur obscure congrégation. Ce dernier, en service à la sous-préfecture de Guéssabo, est chopé en pleines funérailles, à Bangolo, ville située à l'ouest ivoirien. Au cours de la perquisition de son domicile, à Guéssabo, des éléments compromettants, constitués de son matériel à produire du faux, sont découverts. Notamment, un ordinateur, une imprimante, une photocopieuse et de nombreux paquets vides de cigarettes.

A lire aussi: Un cybercriminel pris avec plusieurs faux documents administratifs

Auditionné, Djédjé Jonas revendique effectivement, la tête du gang avant de tout balancer aux enquêteurs. « Quand nous recevons des demandeurs de documents administratifs qui sont pressés, nous leur exigeons de payer la somme de 7 000F Cfa, pour leur établir leurs documents. Nous avons à cet effet, des copies déjà signées du sous-préfet. Des copies que nous scannons et remplissons à la convenance des pétitionnaires.

Et quand on doit les authentifier, on utilise simplement le papier gris, qui se trouve dans le fond des paquets de cigarettes. Nous les découpons en morceaux et les collons sur les documents, en guise de stickers. Et le tour est joué. On le fait surtout avec les attestations d'identité, les certificats de nationalité... ». Et Djédjé Jonas de préciser que la majorité des clients de sa bande, sont des personnes qui veulent effectuer des voyages à l’extérieur du pays. Ou, qui veulent établir des documents de leurs progénitures, désirant se rendre en Occident.

Dans la même veine, le chef présumé des faussaires, fait une révélation de taille. « Quelques fois, nous établissons de faux documents à des frères burkinabè, qui ont besoin de la nationalité ivoirienne, sans avoir recours à la voie légale. Franchement, nous avons établi beaucoup de faux documents administratifs à des non Ivoiriens, et je demande pardon à toute la nation, pour cela », plaide-t-il, après s'être confessé. N'empêche, Djédjé Jonas et tous ses comparses, sont mis sous les verrous.

 

Julien LENOIR (Correspondant régional)

http://www.linfodrome.com/faits-et-mefaits/36011-etablissement-de-faux-documents-administratifs-un-agent-d-etat-civil-et-son-gang-de-bradeurs-de-la-nationalite-ivoirienne-arrete

 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact