Côte d'Ivoire / Des bruits de fraudes sur les Cartes nationales d’identité (Cni) circulent depuis quelque semaine en Côte d’Ivoire.

Jeudi 21 Décembre 2017 - 09:51


L'ancien préfet, Djakaridja Konaté, actuel Directeur général de l'Oni, a accédé au statut revendiqué par ses agents

Des bruits de fraudes sur les Cartes nationales d’identité (Cni) circulent depuis quelque semaine en Côte d’Ivoire. Ces informations sont parvenue aux responsables de de l’Office nationale de l’identification (Oni), organe en charge de la confection de ces documents administratifs sensibles. Dans un entretien de copie nous est parvenue, le secrétaire général du Syndicat national des agents de l’Oni (Synaoni) ne fait aucun mystère sur le sujet. « Nous aussi l’avons appris sur les réseaux sociaux, mais ce que je puis vous dire, c’est que comme tout document administratif, la Cni est l’objet de beaucoup de convoitise des fraudeurs. Donc, des personnes véreuses s’adonnent à essayer de reproduire de fausses Cni qui sont reconnaissables même par quelqu’un qui n’est pas un professionnel », explique M. Koné Kinatiori Maurice, responsable du Synaoni.

Le leader syndical tente de minimiser l’idée d’une probable fraude sur les Cni, en rassurant l’opinion sur les dispositions rehaussant le niveau de sécurité de la pièce d’identité des Ivoirien. « Elle est infalsifiable. Voilà pourquoi elle met assez de temps pour être produite ».

Comment expliquez, par contre, l’arrêt de la production de ces pièces ? Sur la question, Maurice Koné n’a aucun embarras. « Cet arrêt répond à un besoin purement technique. Chaque année, l’Oni procède à une maintenance de l’outil de production qui coûte excessivement cher. Ainsi, chaque deux ans, l’Oni marque un arrêt pour faire la maintenance. C’est dans cette période que nous nous retrouvons », explique-t-il avant d’aborder les questions purement syndicalesA savoir, la principale revendication de ses camarades et lui. Cette revendication, a souligné le secrétaire général du Synaoni, porte sur la prise d’un statut par les pouvoirs publics pour garantir les emplois des agents.  Il se réjouit de la prise en compte de ce dossier par la nouvelle direction de l’Oni. Celle-ci ayant inscrit la question dans des réformes en cours d’adoption, qui répondent aux préoccupations posées. Ce qui, pour Maurice Koné est une victoire importante, voire une satisfaction à mi-mandat dans sa gestion. Aussi, ses camarades et lui ont dû suspendre leur mot d’ordre de grève portant essentiellement sur le statut réclamé. Qu’en est-il alors des licenciements qui ont cours à l’Oni depuis 2016 ? « Ce ne sont pas des licenciements, mais plutôt des fins de contrat liés aux textes qui régissent l’Oni et appliqués par la nouvelle direction », réagit le syndicalistes, qui ses camarades à continuer 

 
 
 
 
 

HTTP://WWW.LINFODROME.COM/VIE-POLITIQUE/35502-FRAUDE-SUR-LES-CNI-ARRET-DE-LA-PRODUCTION-KONE-MAURICE-SECRETAIRE-GENERAL-DU-SYNDICAT-NATIONAL-DES-AGENTS-DE-L-ONI-EXPLIQUE





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact