Côte d’Ivoire-CNC : Pourquoi Dombia Major ?

Vendredi 14 Août 2015 - 09:03


Le FPI est le premier parti de la Côte d’Ivoire. Il doit de ce fait jouer un rôle substantiel dans cette nouvelle coalition (CNC) pour que les intérêts de la majorité des ivoiriens soient défendus avec détermination. Il ne serait donc pas contre-indiqué que ce parti récupère le guidon de cette CNC et joue franchement la partition attendue. On a du mal à comprendre que des nominations se fassent tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays qui subrepticement agressent notre histoire récente. Nous avons du mal à comprendre qu’un homme comme Doumbia Major soit vice-président d’une structure dont l’objectif est de mener l’ultime combat, celui de la définitive libération de la Côte d’Ivoire. Nous n’avons rien contre les hommes, mais tenons à ce qu’on tienne un peu compte de leur trajectoire et historicité avant de les imposer à une diaspora qui a clairement déstabilisé les prédateurs polychromes. Que gagne-t-on à brouiller en permanence la mémoire des ivoiriens. Dans la période de braise, de quel côté était ce nouveau vice président ? Il se peut qu’il ait joué un rôle dans la mise sur pied de la CNC, mais est-ce une raison suffisante pour qu’on fasse fi de ses antécédents dont la nocivité fait chorus avec ceux de nombreux partisans de Dramane Ouattara. Que peut apporter à la Côte d’Ivoire quelqu’un qui très tôt a brillé par son absence dans la défense des intérêts vitaux de la Nation. Certes, il n’est jamais trop tard pour bien faire, mais Mr Doumbia Major n’a jamais dit qu’il voulait bien faire. Pourquoi cet empressement à vouloir en faire un élément incontournable alors qu’il y a des hommes de calibres supérieurs plus indiqués. Au nom de nos disparus et de ceux actuellement en difficulté du fait de leur engagement patriotique, nous ne pouvons accepter qu’on intègre facilement dans la bergerie des intrigants négativement maculés. Nous attendons que ceux qui hier étaient contre nous, continuent à l’être pour une meilleure lisibilité des perspectives. Leur intégration doit se faire après une clarification des responsabilités. La situation est trop confuse pour ouvrir les vannes et recycler des individus à moralité douteuse. Si la CNC est véritablement un panier de crabes et non le fer de lance de la libération de la Côte d’Ivoire, qu’on nous le dise ici et maintenant. La lutte menée tambour battant par les patriotes de l’extérieur mérite respect, elle ne peut être neutralisée par des nominations fantaisistes. Mr Doumbia Major n’est pas obligé de faire de la politique ; il a très tôt raté l’essentiel, qu’il assume ses faiblesses matinales et récentes. Ses récurrentes invectives ne doivent effrayer ceux qui au sein de la CNC régentent les articulations. Il faut que le FPI mette de l’ordre dans la baraque. Il n’est certes pas question d’exclure, mais aucun mandat n’a été donné d’inclure hâtivement, sans prévention et refaire le lit de la chienlit. Mr Doumbia Major doit apprendre, son patriotisme est encore balbutiant et peu rassurant. En faire l’étendard de la diaspora est curieux à plus d’un titre. Qui nomme et selon quels critères ? L’élan patriotique doit se départir des comportements et actes qui en toute arrogance affichent un mépris des balises morales, et qui à coups de coudes s’incrustent dans les dispositifs sérieux pour exister politiquement. Doumbia Major doit se taire et faire place nette aux dignes fils de la Côte d’Ivoire. Cela d’autant plus qu’en occident, il n’y a pas pénurie de ressources humaines au sein de la galaxie patriotique. Il appartient à la CNC qui est un outil délicat de se prémunir des indélicats en faisant sans tarder le tri des compétences, son efficacité et crédibilité le commandent.
 

 
 

Dr Oyissé, Suisse





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact