Affaire , Pdci Rda proteste contre l’arrestation du député, Yah Touré. Qui avait dit que ça n’arrivait seulement qu’aux autres ? . (Joël ETTIEN)

Mercredi 31 Janvier 2018 - 09:54


 

Depuis l’éclatement de la crise post-électorale à ce jour, quel cadre du PDCI RDA a-t-il condamné un seul instant, les atrocités infligées à nos frères du FPI par Ouattara ?

J’aimerais bien le savoir, pour ne pas tomber dans l’erreur. Je dis bien depuis la crise post-électorale à ce jour et depuis 2010, Ouattara continue sa besogneuse forfaiture sans crainte, parce qu’il a le soutien du plus vieux parti politique du pays.

Je suis militant du PDCI DRA, et je m’insurge contre la violation qui a été perpétrée au député Yah, et à nous, jeunes présidents de la jeunesse, mais quand la maison de ton voisin, prend feu, la logique voudrait bien que tu l’aides à l’éteindre, même si vous avez des différends. Ça n’a pas été le cas chez nous au PDCI RDA quand le système a commencé à jeter tous nos frères ivoiriens dans les prisons et contraindre certains à quitter le pays, geler leurs avoirs et qu’ils meurent sous nos yeux alors que dans notre constitution, il est écrit qu’aucun ivoirien, n’est contraint à l’exil pour son opinion. Du temps de Ouattara, tout est foulé au pied.

Revenons un peu en arrière. Quand le président Bédié avait été contraint à l’exil par le coup d’état de 1999, c’est bien le président Gbagbo Laurent, qui lui avait permis de rentrer au pays avec, garantie, sécurité et faste à sa réception. C’est le même Gbagbo Laurent qui avait signé l’article 38 pour permettre à Ouattara de se candidater. Même si on n’aime pas le lièvre, il faut reconnaître ses qualités de bon coureur. Les exemples sont légion et je ne pourrai pas les citer tous, ces deux me suffisent pour étayer et éclairer la lanterne de nos lecteurs.

En fricotant avec Ouattara, à quoi s’attendait-on ? En complicité avec lui, il a détruit la résidence du président Houphouët Boigny, le PDCI RDA est resté bouche cousue. Il y a eu des morts, le PDCI RDA est resté sous un silence de mort. Aujourd’hui pour peu, qu’on s’exprime, c’est des arrestations suivies d’emprisonnement. Quand même! Dans l’alliance RHDP qui tue plus que le sida, il y avait eu des députés FPI qui ont été jetés en prison, madame Gbagbo députée d’Abobo, en est l’illustre exemple qui se trouve jusqu’à présent en prison, sans compter son mari et le jeune Blé Goudé incarcérés à la Haye. Les quelques rares cadres du PDCI RDA qui sont allés leur rendre visite, ils y sont allés pour des buts électoralistes.

Ce n’est pas parce qu’on est dans une alliance qu’il faut fermer la bouche sur les méfaits qui divisent et détruisent la cohésion nationale. Ça n’arrive pas qu’aux autres et nous voilà aujourd’hui, sous la furia de ce même Ouattara qui a tout bâillonné. Le serpent mord sa propre queue.

En fait, la route du cimetière, des hôpitaux, de la prison, n’est pas faite que pour une seule tribu. Nous voilà, face au retour du bâton du régime qui a réussi à mettre la justice, dans sa poche, les médias d’état sous son couvert et rien d’autre ne compte à ses yeux. Qui a bu, boira. Qui a dit dans la constitution ivoirienne que seuls les militants et cadres du FPI doivent mériter barbarie, injustice, atrocité ? C’est écrit où ?

Hier, quand nos frères souffraient, nous sommes restés spectateurs au demeurant jubilant parce que c’est Gbagbo Laurent et ses militants qui, eux, sont habitués à la prison et à la souffrance. Aujourd’hui, nous voilà le dos au mur et nous avons besoin d’eux. Quelle compassion, nous leur avions portés pour qu’on leur tende la main ? Heureusement que ce sont des ivoiriens et que ce même Gbagbo qui leur a ouvert toutes les écluses des cieux, n’est pas haineux, rancunier comme certains et serait prêt à tout pardonner pour que le pays s’en sorte.

Dans la situation actuelle de la Côte d’Ivoire, s’il n’y a pas cette union entre le PDCI RDA et le FPI, les Ouattara s’attacheront et s’agripperont toujours à ce pouvoir, non pas pour vouloir du bien des ivoiriens, mais anéantir toutes les ressources du pays, qu’ils se partagent entre eux.

Il y a trop de flou dans le camp du PDCI RDA. Dernièrement, les jeunes ont fait blocage pour empêcher le comité des experts de se servir de la maison du parti pour égorger le parti, ils y ont été copieusement bastonnés, il n’y a pas eu de condamnation. Hier, les mêmes jeunes sont allés s’enquérir des nouvelles d’un de leurs députés, ils ont rencontré la fureur et la barbarie. Que veut le RDR de Ouattara ? En plus, on nous parle de ce député qui aurait porté main sur une policière, où sont les images, de cette gifle ? Nous sommes à l’heure des réseaux sociaux où les portables sont devenus plus meurtriers à la chasse des faits divers, pourquoi, depuis lors, aucune image ne nous est parvenue ? Rien n’est vraiment pas clair. On ne prend jamais du vinaigre pour attraper des mouches, que le RDR le sache. Ils se sont servis avec la complicité du PDCI RDA pour détruire le pays, nous n’allons plus les laisser faire.

Ce que le RDR de Ouattara répugne, va arriver à coup sûr, soit poliment soit par l’union sacrée de toute cette jeunesse qui voit son pays partir en lambeau. Si cela qui l’effraie, alors là, qu’il fasse sa valise parce que ça arrivera.

Le PDCI RDA a les clés de la porte du bonheur du pays et de tous les ivoiriens. Si le président Bédié veut que les ivoiriens s’en sortent, ce n’est qu’à la minute près. Mais à l’allure où, nous allons, s’il s’est mis dans des compromissions, nous serons désolés de lui dire que trop c’est trop. Rien ne pourra arrêter la détermination de la jeunesse ivoirienne toute tendance confondue. Si c’est pour protéger leur projet macabre de parti unifié qu’ils se comportent de la sorte, c’est un projet dont personne n’en veut, même dans le camp du PDCI RDA et du RDR. Et si le président Bédié n’entend pas tous ces murmures, on n’est pas loin devant sa porte et pour une fois, il aura cette jeunesse, dans son extrême colère. Alors, qu’il donne de la voix pour dire stop à son allié et qu’on en finisse.

A tous nos frères et sœurs ivoiriens, même si les conditions élémentaires ne sont pas réunies, qu’ils se fassent enrôler car ce n’est pas par des discours qu’on remplit les urnes, c’est par des bulletins.

Autant, nous condamnons l’acte qui a été posé sur le député Yah et les responsables de la jeunesse du PDCI RDA, il faut reconnaître que nous n’avons pas été solidaires de nos frères du FPI à qui, je demande pardon. Mais en même temps, si le président Bédié aime ce pays, s’il veut du bien de ses compatriotes, Ouattara lui montre qu’il n’a plus besoin de lui et que l’heure du divorce a sonné. Dans tous les cas, le RHDP n’a causé plus de torts, de morts, d’injustice que du bonheur aux ivoiriens.

C’est qu’une minorité qui se réjouit des fruits des richesses de ce pays et de leur croissance à plusieurs chiffres. Si le président Bédié a reçu Affi N’guessan, il est où le problème, pour que le RDR s’en prenne à la jeunesse du parti ? D’ailleurs, nous exigeons au président Bédié de rencontrer le camp Sangaré, pour faire la parité et les rapprocher afin que de cette union, nous allons à ces élections futures. Ils sont déjà en campagne le RDR, et le PDCI RDA est attentiste, statique. On est où là ? Quand un ami pleure, c’est toujours le voisin qui vient le consoler et pendant que le FPI souffrait, on n’a point levé le petit doigt et ce n’est pas normal, c’est une injustice.

Joël ETTIEN

Président du Mouvement Ivoirien, pour la Recherche de la Paix et de la Réconciliation

 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact