2015 : année de tous les défis « Arrêtons de pleurnicher et faisons de la politique »

Vendredi 2 Janvier 2015 - 23:38


 Abel Naki, président fondateur du Cri-panafricain
 Abel Naki, président fondateur du Cri-panafricain

En ce jour de la Saint Sylvestre, et pendant que nous vivons les dernières heures de l’année 2014, l’honneur est pour moi de souhaiter une bonne et heureuse année 2015 à tous mes proches, à mes amis, à ma famille biologique et politique. 

Quelqu’un me disait : « la politique, elle te fera même si tu ne la fais pas ». J’ai voulu comprendre ce que ce bout de phrase cachait. Et voilà que je découvre au cours de ma formation cette autre phrase si concise mais dense : « La politique, c’est avoir des idées pour répondre aux problèmes des populations et pour faire progresser la société ». Voilà qui me réjouit. « Avoir des idées ».  

Pour la plupart des gens, la politique se résume à un combat des chefs que l’on tranche de temps à autre ou, à un négligent bulletin de vote. Et après, on s’étonne que le petit peuple se désintéresse de la chose publique. Mais la politique va bien au-delà.  

Se lever tôt est déjà un acte politique. Ce que l’on mange est politique : malbouffe industrielle, produits de saison…L’air que l’on respire et l’incinération des déchets par exemple dépendent de décisions politiques. Quand je me déplace, quel est le moyen de transport le plus efficace et le plus cohérent pour la société ? Toutes ces choses relèvent de décisions politiques. Chaque moment de notre vie, chaque décision que nous prenons ou que nous laissons à d’autres le soin de prendre pour nous, sont des actes politiques. 

Qu’est-ce qui aura le plus de sens dans mon rapport avec mon pays ? Dois-je rester dans mon coin derrière mon clavier d’ordinateur pour critiquer, vilipender ou calomnier ceux qui essaient de faire avancer les choses ? Dois-je laisser à d’autres le soin de gérer les affaires collectives? Dois-je me désintéresser de ceux qui pillent les ressources et plongent notre pays dans un endettement insupportable ? Dois-je laisser ce même groupe de personne maintenir nos frères dans les prisons de tortures et en exile ou dans la pauvreté ? 

Non ! Nous devons sortir de chez nous, de notre petit confort égoïste et planter allègrement les deux mains dans le gouffre que vit notre pays.  

La politique, c’est l’action citoyenne, chaque jour, tout le temps. Aujourd’hui, l’essentiel de la force politique est utilisée à nous convaincre de notre impuissance en tant que citoyen et de la nécessité indépassable de nous soumettre au dictat du régime en place. 

Nous pouvons pérorer sans fin sur les qualités et défauts supposés de tel ou tel personnage politique, commenter les paroles de l’un, les écrits de l’autre. Nous pouvons nous extasier ou nous indigner des manœuvres de tout ce petit monde pour approcher notre chaise de la table de discussion. Qu’on soit dans la fonction publique, dans le privé ou qu’on ne travaille pas, se mêler de ce qui nous concerne c’est intervenir dans ce qui nous regarde ! Faire de la politique c’est faire du syndicalisme, faire de la politique c’est militer, faire de la politique c’est de ne pas gober tout ce que l’on nous dit à la télé. Faire de la politique, c’est exister ! ».C’est donc mon choix de faire de la politique, et c’est ce à quoi je me suis engagé pour le restant de ma vie.  

La Côte d’Ivoire est belle et je n’ai pas le droit de trahir ma mission afin de léguer aux futures générations un monde meilleur et plus juste. Pour cela, on peut me vilipender, me lapider, me cracher dessus, me vomir, voire m’éliminer, mais on ne peut jamais m’enlever cette conviction : Celle d’avoir des idées pour faire progresser la société, celle d’être convaincu de la renaissance de l’Afrique qui passe par un panafricanisme fort et engagé en vue de l’Unité Africaine. Avoir des idées, n’est pas forcement se répandre dans la presse, étaler ses compétences ou ses incompétences sur la place publique. C’est aussi respecter les règles de la vie, les principes de l’autre et enfin construire un monde plus meilleur en posant des actes de citoyenneté comme celui que mes camarades et moi avons posé en allant sur le terrain en Côte d’Ivoire pour s’acquérir des réalités de notre pays. Ayons des « idées » et laissons les biceps aux Dozos de M. Ouattara.  

Dans notre pays, au moment où j’écris ces mots, tous les voyants sont au vert pour que s’installe une vraie démocratie avec l’avènement d’une alternance au régime de M. Ouattara : 

- La chute lamentable de M. Blaise Compaoré, l’hébergeur de la rébellion qui a détruit notre pays. 

- La récente révolte des militaires et mercenaires de M. Ouattara réclamant leur soldes.  

- La scission du PDCI en deux : le PDCI-RDR qui est pour l’appel de Daoukro et le PDCI-RDA qui est contre cet appel. 

- Le RDR lui-même ne mobilise plus avec la grogne de sa base qui se dit laissée-pour-compte. (On se souvient du fiasco de la célébration de l’anniversaire des 20 ans de leur parti au stade de Bouaké) 

- Les propres amis de M. Ouattara viennent de lui interdire de modifier la constitution ivoirienne. 

Au vu de ces éléments, et pour cette nouvelle année, le CRI-Panafricain appelle à l’union de l’opposition ivoirienne afin de prendre en compte ces voyants et mettre fin aux différentes querelles qui visent à diviser les différentes formations politiques de l’opposition pour que le vrai débat national s’installe : 

- Celui de l’éligibilité de M. Ouattara en 2015,  

- Celui du départ de M. Youssouf Bakayoko à la tête de la CEI. (Souvenons-nous qu’il n’est pas encore minuit dans notre pays…) 

- Celui du retour massif et sécurisé des exilés pour favoriser l’inscription de tous sur les prochaines listes électorales. 

- Enfin celui de la réconciliation nationale qui passe nécessairement par la libération du président Laurent Gbagbo, de la première Dame Simone Gbagbo, du ministre Charles Blé Goudé et de tous les prisonniers politiques en Côte d’Ivoire. 

Bonne et heureuse année à tous ! 

Dieu bénisse la Côte d’Ivoire ! 

La lutte du CRI-Panafricain continue ! 


  Abel Naki, président fondateur du Cri-panafricain

 





Tags : Abel Naki

Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact