WARI BÉMI* ?

Samedi 9 Novembre 2013 - 09:02


Avril 2011. Laurent Gbagbo vient d’être fait prisonnier. Alassane Ouattara peut enfin sortir de sa tanière du Golfe hôtel pour tenir son speech de « président reconnu par la communauté internationale ». Devant lui, une forêt de micros. Des flashes d’appareils photos, sans cesse, le mitraillent. Des journalistes accourus pour couvrir l’évènement se jouent des coudes afin de ne rater aucune de ses paroles. Des ruines encore chaudes de la résidence présidentielle, s’élèvent les fumées noires des bombes françaises. Flottent encore à nos narines, l’odeur insupportable de corps en putréfaction  jonchant les rues d’Abidjan. Une horde de rebelles tueurs vient de s’abattre sur la capitale. Nous assistons, spectateurs ahuris, au dénouement brutal et sanglant d’un contentieux électoral en Côte d’Ivoire.
Dans plusieurs quartiers d’Abidjan, c’est la stupeur totale. Les habitants sont encore tétanisés par la peur. Les hommes d’Alassane Ouattara contrôlent la ville. Par contre, dans d’autres quartiers, c’est la liesse. Les djembés* ont été sortis. Leurs sons sont assourdissants. Les quelques partisans d’Alassane Ouattara, sortis pour manifester leur joie, se trémoussent au rythme endiablé des djembés*. « Pissanci, Ado pissanci, a mâgni dêh* ! ». Peut-on entendre de la foule surexcitée et dont le champion vient de s’emparer du pouvoir.
Les premiers mots du chef du parti à la case sonnent encore à nos oreilles comme si c’était hier : deux cargos de billets de banque de la série ‘’A’’ en provenance de la BCEAO, sont en route. Le wari-fatchè* a parlé. Le pays sera inondé d’espèces sonnantes et trébuchantes. Si bien que ses partisans grisés par les paroles de leur champion, mirent en veilleuse leurs diverses activités économiques pour dresser ça et là des bâches, afin de s’adonner, des mois durant, à de pompeuses festivités, en l’honneur d’Alassane Ouattara, « l’homme qui sait chercher l’argent », « le prophète aux pluies de milliards »…, selon eux.   
Deux ans après, l’ardeur des premiers instants semble être retombée. Ces militants naguère enthousiasmés, sont revenus de leurs illusions. Le refrain « Ado la solution », sonnent désormais à leurs oreilles, comme une grave injure. « Ado pissanci », leur est resté en travers de la gorge, semble t-il. La réalité est que l’argent ne circule plus. Mais, il « travaille », soutien-ton, du côté du palais présidentiel. Pourtant, la situation socio-économique des ivoiriens vit ses heures les plus sombres. Rien ne marche ou, du moins, rien ne marche plus comme avant, constatent amers, de nombreux ivoiriens. Personne n’est épargné. Même du côté des supporters au slogan : « Ado solution ». La misère bat son plein. La pauvreté asphyxie ses victimes. Pendant que le (presque) nouveau chef prétend faire émerger le pays et prévoit une croissance à deux chiffres. Le panier de la ménagère reste désespérément vide et les poches, plus que jamais trouées. Le « chef » et son gouvernement recommandent la patience en nourrissant leurs pauvres concitoyens de promesses à n’en point finir. Rien que de promesses.
Au nombre des martyrs de la crise socio-économique, oh surprise, les fonctionnaires ! Qui l’eût cru ? La grogne a fini aussi par gagner cette frange de la population ivoirienne. On les croyait à l’abri. Que non.…
Chez les fonctionnaires de Côte d’Ivoire, les fins de mois passent, mais ne se ressemblent pas. En fait, chez ces braves serviteurs de l’Etat, la question du virement des salaires ressemblent plus à un jeu de loterie. Si bien que les moments de paiement des salaires sont attendus avec beaucoup d’appréhension. Sous Ouattara, il faut désormais attendre le tout dernier jour du mois ou le premier du prochain, avant de se hasarder au distributeur automatique ou se présenter devant sa caissière de banque. Les virements ne sont plus faits avec la même célérité et la même régularité que sous l’ancien régime. Encore que, d’une banque à une autre, les réalités différent.
A la SGBCI (société générale de banque en Côte d’Ivoire), par exemple, une banque qui, pour soutenir Ouattara, ferma ses portes aux ivoiriens, la crise est encore plus profondément ressentie. Or, la filiale de banque française revendique plus de 40% de la masse salariale, soit plus de 35 milliards de F CFA de salaires en Côte d’Ivoire. Spectacle de fin de mois à la SGBCI:
Au Plateau, une impressionnante foule a pris d’assaut le siège de cet établissement financier. Longues files. Des clients de la banque sont assis à même le sol, sur les marches, à l’entrée du bâtiment. Mines d’enterrement, agacements et colères se lisent sur les visages. Les guichets ne marchent pas, ou du moins, ils refusent de donner aux usagers leurs dus, commente un client. Depuis des heures, les plus courageux font le pied de grue. D’ailleurs, ont-ils le choix ? D’autres sont priés d’aller voir leurs gestionnaires, pour espérer toucher l’hypothétique salaire. Malheur à eux, si leurs comptes sont domiciliés hors d’Abidjan. Faudrait pouvoir assurer les frais du voyage.
Approchés, les responsables de ladite banque se cachent derrière un tas de raisons : un nouveau système en cours d’expérimentation occasionnerait les pannes des machines ; il y aurait un problème de réseau ; ou encore une grève des employés, en cours, etc.
Quelque soient les raisons évoquées, le constat qui s’impose d’emblée est le suivant : un manque criard d’argent. « S’il y en (l’argent, ndlr) avait suffisamment, nous n’en serions pas là », vocifère un habitué de la banque.
Les banques refuseraient-elles de payer les fonctionnaires, sous prétexte que l’Etat de Côte d’Ivoire, version Ouattara, leur doit de l’argent ? Peut-on se demander.
Toujours est-il que la rareté des billets de banque touche le pays tout entier. Ces sont les ivoiriens, dans leur ensemble qui, malheureusement, constatent que l’argent ne circule plus. Or, monsieur Ouattara et son clan soutiennent mordicus que : « l’argent travaille ». Mais où ? Ou alors, à quoi travaille cet argent pendant que souffrent les ivoiriens ?
Il est temps, grand temps que l’on demande à monsieur Ouattara de s’expliquer sur cette situation qui ne cesse de créer tristesse et désolation au sein des braves populations ivoiriennes. Bien évidemment, nous en laisserons le soin à ses suiveurs. Eux sauront surement trouver, à travers leurs déceptions et désillusions encore plus grandes que celles des autres, les mots justes pour le faire. On imagine leur toute première question. Elle sera certainement du genre : « Ouattara-tchè*, wari bémi ? ».
*****************************
*Wari bémi ? = où est l’argent ?
*Le djembé=instrument de percussion africain
* Ado pissanci, a magni dêh != La puissance d’Ado est terrible !
*Le wari-fatchè* =l’argentier
*Ouattara-tchè*=monsieur Ouattara
 
Marc Micael
Chroniqueur politique
marcmicael@yahoo.fr




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !