Vive la justice sélective

Jeudi 4 Octobre 2012 - 07:22


Ange Kessy, Commissare du Gouvernement
Ange Kessy, Commissare du Gouvernement
Secouer le tamis, récupérer les fins grains, en faire des matières pleines de protéines, et les montrer au monde. A côté, les mauvais grains, les plus gros, rustres et vils reçoivent un traitement spécial. Ils sont trainés dans la boue, jetés à la poubelle parce qu’ils sont nuisibles. Les grains fins ressemblent bien aux anciens chefs de guerre ivoiriens. Ils sont tellement bien fins que les médecins les conseillent à leurs patients. Vous voulez bien grandir? Marchez avec les fins grains. Vous grandirez et apprendrez à vos enfants comment réussir sans tuer, comment devenir Ministre sans prendre des armes, comment devenir démiurge sans égorger des gendarmes.
A l’opposé se trouvent les grains rustres sans éclats, tous là pour ne servir à rien. Ce sont les pro-Gbagbo. Ils sont infréquentables parce que capables de transmettre aux jeunes générations, la flamme de la résistance. Vite, vite, ils faut les empêcher de corrompre les esprits fragiles. Et ce jeu se passe très très bien. Vous voyez donc comment se fait la sélection ? Une sélection naturelle les plus forts mangent les plus faibles. Lorsque cette sélection se présente devant Thémis, alors elle prend la forme de justice sélective ou encore justice des vainqueurs. De façon pratique, ceux qui ont les menottes, qui ne sont pourtant pas innocents, traînent les grains rustres devant les tribunaux et dans une procédure extraordinairement pipée d’avance, ils emprisonnent ces gueux.
Ils sont donc nombreux ces gueux qui traînent dans les prisons du régime dictatorial d’Abidjan. Pendant que le chef des gueux est en prison à la Haye, certains de ses proches, sont dans les geôles d’Abidjan où du nord. Et ça se passe comme si de rien n’était. Dans le silence, ces personnes meurent à petit feu. Et au fur et à mesure que la mort approche, les charges contre elles grossissent au gré des humeurs du pouvoir.
Aujourd’hui, c’est le temps des militaires pro-Gbagbo. Ils sont dans le box des accusés, des généraux, officiers etc. Tous sont accusés d’avoir tué des partisans de du guide suprême de la justice sélective. Ils ont commis un génocide, arrestations arbitraires, séquestrations, assassinats, crimes graves... Sûrement qu’ils seront condamnés à vie. Pour cela, ils peuvent compter sur les hommes du pouvoir, les anciens rebelles devenus les nouveaux exemples. Ils peuvent aussi compter sur des mercenaires en cravate comme Jean-Marc Simon ancien ambassadeur de France en Côte d’Ivoire. Dogbo Blé, Séka Séka, Vagba Faussignaux et d’autres sont tous des perdus c’est pourquoi, ils moisiront en prison. Comme l’a dit le petit mercenaire Jean-Marc Simon, Dogbo Blé est « un soldat perdu ». Il aurait dû se comporter comme un soldat félon, corrompu qui abandonne son pays aux mains d’indélicats pour devenir par la suite, un ambassadeur, chef d’État major adjoint. Il serait devenu un héros s’il avait fait allégeance au guide suprême de la justice des vainqueurs. Si Dogbo est un soldat perdu, c’est que tous les autres qui ont refusé de craquer devant le guide sont également des perdus. Ils méritent tous la potence. Il a eu tord d’être un « fidèle des fidèles » et de se ranger du côté des « autorités légitimes ».
La justice sera impitoyable comme le malheur qui s’est abattu sur la Côte d’Ivoire. Elle sera pire que les criquets pèlerins. Les vainqueurs frapperont leurs poitrines et banderont leurs muscles pour montrer aux autres qu’ils sont bien les maîtres. C’est parce qu’ils sont les maîtres du moment qu’ils protègent leurs enfants. C’est ainsi la règle dans l’univers de la justice sélective ou de la justice des vainqueurs. Pendant que les grains rustres et les gueux sont broyés, les grains fins prennent l’ascenseur de la réussite sociale. Qui ne les connait pas ces seigneurs de la guerre, dont l’âme est trempée dans le sang d’innocentes personnes. Comme le dirait le poète, « ils sont venus ce soir » avec à leur tête un certain Soro Kigbafori Guillaume en mission pour le pays de Jean-Marc Simon et du guide suprême de la justice sélective. Nombreux sont ceux qui ont tout perdu, perdu la vie, perdu l’espoir. Parmi les 3000 morts annoncés, la fameuse commission d’enquête affirme que certains ont été tués par les hommes à qui le très cher Soro Kigbafori donnait des ordres depuis le golf Hôtel. Malgré cela, il est confortablement assis au perchoir, il reçoit ses soldats d’hier pour leur donner des instructions. Il n’est pas à la Haye, il n’est pas à la Maca. Il est tantôt au Gabon pour faire croire que lui est un fair play (on est où là ?), tantôt au Burkina pour pourrir l’image de la Côte d’Ivoire. Normal, n’est-il pas le filleul du Burkinabé Compaoré ?
Le chef d’Etat major, anciennement chef d’Etat major des rebelles est devenu une poche de moralité au point où il a été fait Général de corps d’armées. Il n’est pas inquiété comme l’autre qui est devenu ambassadeur parce qu’il a embrassé le guide suprême de la justice des vainqueurs. Aucun des hauts dirigeants de l’ancienne rébellion devenue Frci n’est inquiété. C’est tout de même curieux ! Des seigneurs de guerre peuvent-ils devenir plus blancs que la neige ? Oui, cela est possible en Côte d’Ivoire. Des seigneurs de guerre devenus des hommes du pouvoir, peuvent être ignorés par la justice ? Oui, cela est possible en Côte d’Ivoire.
C’est au nom de la justice sélective que Ben Laden (Ousmane Coulibaly) peut être nommé Préfet militaire. Vous savez au moins que Ben Laden fut le chef de l’organisation terroriste Al qaïda. Il a fait des émules dont Coulibaly Ousmane. Il n’est point besoin de préciser qu’il partage les prouesses criminelles de feu Ben Laden. C’est à ce monsieur que le guide suprême de la justice des vainqueurs a fermé la voie de la prison pour lui ouvrir le boulevard de la promotion. C’est aussi au nom de la la justice sélective que le très cher Tuo Fozié, ancien chef rebelle a été nommé Préfet militaire. Un vrai administrateur qui n’aura pas besoin de scribes. Koné Messamba, un autre ex chef de guerre est devenu Préfet militaire dans cette Côte d’Ivoire couramment humiliée par des décisions impopulaires. Tous ces messieurs sont invisibles, le colonel Ange Kessy ne les voit pas. Il ne les sent pas. Il ne sait même pas s’ils ont une seule fois existé. Et il parle d’Etat de droit. Sans honte, il charge les grains rustres, les pro-Gbagbo. Belle mission, triste Côte d’Ivoire.
Il y a encore d’autres gueux, d’autres grains rustres, d’autres damnés, d’autres indésirables de l’autre côté qui attendent de subir le sort qui leur est réservé : la mort ou la prison. Sur le chemin de leur triste destin, des ex chefs de guerre les huent. Ceux-ci ont la protection de la justice. Rien ne leur arrivera. Ils nargueront les ivoiriens et ça n’ira nulle part. Ils brimeront ceux qui voudront jouer les récalcitrants et le mercenaire Jean-Marc Simon ne dira rien parce que sa mission est de détruire les pro-Gbagbo. Ne garde-t-il pas le silence sur la mort de Philippe Rémond ? N’est-il pas insensible à la séquestration de Michel Gbagbo ? Ces gens sont des gens perdus. Ils ne sont pas avec le guide suprême de la justice des vainqueurs. C’est pourquoi, la justice sélective s’abattra sur eux.
L’artiste a dit : «Aujourd’hui c’est temps de mangue, demain temps de goyave » prions que le temps des mangues demeurent éternellement.
Que le tout puissant veille sur nous.

 
Alain Bouikalo
 
 




Résistance patriotique | Pensées politiques | Droit/Justice | Historique





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !