Virginia Raggi, candidate du Mouvement 5 Etoiles, élue première femme maire de Rome

CIVOX.NET
Lundi 20 Juin 2016 - 07:26


Virginia Raggi
Virginia Raggi
L’élection de Virginia Raggi, dimanche 19 juin, dans le fauteuil de maire de Rome, est un événement historique mais ne constitue pas une surprise. Historique car c’est la première fois dans l’histoire plurimillénaire de la Ville Eternelle qu’une femme accède au Capitole, siège de la mairie. Selon les premiers résultats, donnés dans la nuit de dimanche à lundi, elle obtenait près de 67 % des suffrages face à son adversaire de gauche Roberto Giachetti dans un contexte de faible participation tout comme dans les 126 villes concernées par ce second tour de scrutin (53 %).

Lire le portrait :   Virginia Raggi, la candidate du Mouvement 5 étoiles qui brigue la mairie de Rome

Pour appréhender cette victoire, il suffisait d’écouter les conversations des Romains au bar le matin devant un espresso ou dans les transports en commun, pour comprendre qu’ils étaient à bout et prêts à porter leurs suffrages sur la jeune candidate du Mouvement 5 Etoiles dont l’inexpérience leur semblait la garantie de son honnêteté.

A bout d’une classe politique calamiteuse qui laisse à la ville, alternativement gérée par la gauche et la droite, avec 13,5 milliards d’euros de dettes cumulées. A bout d’un réseau de 40 % de chaussées défoncées. A bout de 60 000 fonctionnaires municipaux, véritables Etat dans l’Etat qui n’obéissent qu’à leurs intérêts. A bout de poubelles ramassées comme au petit bonheur. A bout des grèves des transports à répétition les veilles de week-end et le jour de matchs de l’équipe nationale de football. A bout des travaux sans fin de la troisième ligne de métro dont l’ouverture était prévue en… l’an 2000 ; à bout des vigiles municipaux qui se font porter pâles la nuit de la Saint-Sylvestre. À bout enfin des scandales comme celui de « Mafia Capitale », découvert fin 2014, vaste réseau de corruption mêlant élus de tous bords, entrepreneurs et mafieux.

L’expérience de la nouveauté

Face à ce désastre, Virginia Raggi s’est contentée de dénoncer cette gabegie. Il a suffi à cette avocate de 37 ans, mère célibataire d’un petit garçon, Matteo, d’apparaître pour ringardiser ses concurrents. Son slogan « coRAGGIo » lui a suffi pour prendre l’avantage dès le premier tour sur Roberto Giachetti, le candidat du Parti démocrate (centre gauche) soutenu par le président du conseil Matteo Renzi. Il a eu beau avoir un programme parfois proche du sien et n’avoir aucune « casserole », il n’a pas fait le poids en raison de son passé d’apparatchik de la politique romaine.

Si l’expérience du Mouvement 5 Etoiles à la tête des grandes villes qu’il dirige déjà (Parme et Livourne) n’est pas miraculeuse, les Romains ont voulu, eux aussi, tenter l’expérience de la nouveauté, ne serait-ce parfois que pour précipiter le pire : « Je vote Raggi, nous confiait une buraliste du centre historique. Elle sera incapable de tenir le coup. Comme ça, dans deux ans, il y aura de nouvelles élections avec, cette fois des candidats valables. » Nombreux sont ceux qui, à droite comme à gauche, font le pari de son échec pour se débarrasser une fois pour toutes du Mouvement 5 Etoiles en le mettant au pied du mur.

Trois piliers

La tâche qui attend Virginia Raggi est en effet à la hauteur des « tares » de la capitale de l’Italie. Son programme repose sur trois piliers – transports, déchets, et transparence – censés répondre aux urgences d’une ville grande comme 12 fois Paris et peuplée de près de 3 millions d’habitants.

Mais, prudente, la candidate s’est gardée de ne rien promettre. De la même manière, elle n’a pas dévoilé les noms de sa future équipe, à l’exception du rugbyman Andrea Lo Cicero qui devrait s’occuper des sports. Paradoxe, cet ancien international est favorable à la candidature de Rome au Jeux Olympiques en 2024 alors que la nouvelle élue y est opposée.

Dans ces intentions figurent également sa volonté de faire payer une taxe sur les immeubles à usage commerciaux appartenant au Vatican, l’autre puissance de la Ville Eternelle, et de renégocier auprès des banques la dette de la ville

Ces adversaires ont eu beau dénoncer le « flou » de ses propositions, ils n’ont pu lui faire barrage. De la même manière, les polémiques semblent avoir glissé sur elle comme l’eau sur les plumes d’un canard. Si elle dit avoir voté à gauche avant d’adhérer au Mouvement 5 Etoiles en 2009 après sa création, elle a fait ses classes d’avocate dans un cabinet appartenant à un des défenseurs de Silvio Berlusconi. Un détail qu’elle passé sous silence pour se faire désigner candidate par les militants du M5S.

De la même façon elle a négligé d’indiquer qu’elle avait eu des responsabilités dans une société liée à la régie des transports municipaux de Rome dont plusieurs dirigeants ont été limogés ou mis en examen. Enfin, elle n’a pas jugé bon d’inscrire sur son curriculum qu’elle avait travaillé comme avocate pour défendre les intérêts de la commune de Civitavecchia, sans déclarer la totalité de ses honoraires…

Le Mouvement 5 Etoiles, premier parti de l’opposition

Sa victoire relance le Mouvement 5 Etoiles comme premier parti de l’opposition à Matteo Renzi. Elle est d’autant plus éclatante que cette formation n’était jamais parvenue, sauf à de rares exceptions, à l’emporter dans des scrutins locaux. Elle intervient à un moment où le Mouvement doit se passer de son mentor idéologique Roberto Casaleggio, disparu en avril et de son fondateur Beppe Grillo qui n’a participé à aucun meeting de soutien, préférant reprendre son activité d’acteur de one man show.

Le parti est désormais aux mains d’un directoire de cinq membres dont émerge la personnalité de Luigi Di Maio, 29 ans, vice-président de la Chambre et probable candidat au poste de premier ministre aux élections législatives, prévues en 2018.

Pour Matteo Renzi, en revanche c’est une défaite personnelle amplifiée par celle du maire sortant de Turin, Piero Fassino, face à une autre candidate 5 Etoiles, tout aussi inconnu il y a quelques mois encore que Virginia Raggi, Chiara Appendino, 31 ans, chef d’entreprise et diplômée de la Bocconi, la prestigieuse université d’économie de Milan qui obtenait 54 % des suffrages. Même si la gauche semblait devoir conserver Milan avec Guiseppe sala (51,7 %), le second tour a amplifié les craintes du premier.

C’est en effet le chef du gouvernement qui, à Rome, a voulu la démission de l’ancien maire Ignazio Marino, issu de Parti démocrate mais abîmé dans une affaire plutôt bénigne de fausses notes de frais. M. Renzi lui reprochait surtout son impopularité et son manque d’autorité sur son administration, gage d’échec programmé en cas de renouvellement. C’est lui qui en a confié la gestion temporaire à un commissaire nommé par le gouvernement. C’est lui enfin qui a poussé Roberto Giachetti pour succéder à Ignazio Marino, en espérant que son passé d’ancien militant radical laïc lui permettrait de freiner l’avance de Virginia Raggi.

Autre souci pour le premier ministre : même si Rome n’est pas représentative de toute l’Italie, l’opposition au gouvernement a démontré qu’elle pouvait s’unir dans le simple but tactique de le faire trébucher. Virginia Raggi – qui n’a rien demandé – a reçu à l’occasion de ce second tour l’appui officiel de la Ligue du Nord, de certains membres de Forza Italia, le parti de Silvio Berlusconi, et de Fratelli d’Italia, issu du mouvement fasciste.

Les mêmes formations, augmentées de la gauche radicale, devraient reformer cet attelage hétéroclite en octobre pour dire « non » au référendum confirmatif sur la réforme de la Constitution prévoyant une réduction drastique du pouvoir du Sénat. S’il était désavoué, Matteo Renzi a promis de démissionner.
Le Monde Europe




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !