Violation des libertés en Côte d'Ivoire: La mise en garde du FPI à Alassane Ouattara

Lundi 15 Juin 2015 - 07:34


Koné Boubakar, Le Secrétaire Général Adjoint, Porte-parole par intérim du Front Populaire Ivoirien
Koné Boubakar, Le Secrétaire Général Adjoint, Porte-parole par intérim du Front Populaire Ivoirien
               FRONT POPULAIRE IVOIRIEN
               LE SECRETARIAT GENERAL



DECLARATION DU FRONT POPULAIRE IVOIRIEN (FPI) RELATIVE A L’ENLEVEMENT DES RESPONSABLES
 DE LA JEUNESSE DE LA COALITION NATIONALE POUR LE CHANGEMENT (CNJC)


  La Coalition Nationale de la Jeunesse pour le Changement (CNJC) a organisé une journée de protestation, le mardi 9 Juin 2015. Il s’agit pour les responsables de cette coalition, de faire des marches pacifiques éclatées dans des villes identifiées avec remise d’une motion de protestation aux préfets. Cette motion exige la libération de tous les prisonniers politiques, dénonce le recul de la démocratie en Côte d’Ivoire, la violation des libertés individuelles et collectives, la confiscation du pouvoir par la mise en place d’une Commission électorale Indépendante(CEI) à la solde du candidat du RHDP et les conditions de vie misérables des Ivoiriens.
    Les organisateurs de la manifestation ont respecté, suivi et  exécuté la procédure administrative d’information préalable en direction des autorités administratives du pays comme l’exige la loi.
    Ce 9 juin 2015, la marche pacifique éclatée a effectivement eu lieu sur l’ensemble des localités retenues, à savoir Abidjan, Bonoua, Gagnoa Agboville, Guiglo, Daloa…. Les médias et les organisateurs ont constaté la mobilisation exemplaire et le succès total de cette manifestation, malgré la forte  pluie  dans beaucoup de villes et la répression sauvage orchestrée par le régime, avec ses FRCI, chasseurs traditionnels (Dozos) et les militants fanatisés du Rassemblement des Républicains (RDR), le parti politique que dirige toujours Alassane Ouattara, le chef de l’Etat, au mépris de la Constitution de notre pays.    
   Le Front Populaire Ivoirien note la énième violation de la loi fondamentale du pays que constitue cette autre atteinte aux libertés démocratiques par le régime liberticide et ethno-génocidaire imposé à la Côte d’Ivoire par les armes. Le bilan de la manifestation pacifique des jeunes de la coalition fait état, en plus des nombreux blessés et des personnes arrêtées, d’un mort à Guiglo et de trois bébés tués à Gagnoa.
    Le mercredi 10 juin 2015, alors que des responsables de la coalition des jeunes étaient tranquillement en réunion dans les locaux du siège de l’ONG «  Solidarité pour Gbagbo  », des agents de police, sans aucun mandat, ont fait irruption pour enlever, armes au poing, trois responsables de ce mouvement.
Il s’agit de  :
⦁    Cissé Marie-France, membre du Secrétariat Général du FPI  ;
⦁    Zagol Alain, Secrétaire Général de la Jeunesse de l’Union des Nouvelles Générations (U.N.G)  ;
⦁    N’Guessan Leticia, jeune démocrate et internaute ivoirien.

Entre, depuis ce mardi 9 juin 2015, d’autres arrestations ont été perpétrées ailleurs et pouvant porter à plus d’une dizaine les jeunes mis en détention. Ce sont, entre autres  noms :
⦁    Gagnoa  : ZOBE Darius (SG de section JFPI)  ;
⦁    Yopougon  : Mimi OUALI  et GNAPI Gnonsoa Claude  ;
⦁    San-Pédro  : N’DRI, membre du Bureau JFPI  ;
⦁    Daloa  : ZORO Abel et BAHI Blé Denis  ;
⦁    Aboisso : KPELE Serge, N’GUETTA Amon, NANDO et GNAORE Claude;
⦁    Etc.
 Le Front Populaire Ivoirien, une fois de plus, s’incline respectueusement sur les dépouilles de ces autres morts du régime imposé à la Côte d’Ivoire  , exprime sa compassion à toutes les familles éplorées et exprime son soutien aux blessés et reste disponible pour toutes actions en faveur de toutes les personnes arbitrairement détenues  ;
    Le Front Populaire Ivoirien condamne fermement les violations de toutes sortes que le régime Ouattara fait subir à la Côte d’Ivoire depuis son avènement et bien avant  ;
 Le Front Populaire Ivoirien s’indigne de la barbarie des militants du RDR, le parti d’Alassane Ouattara, qui a introduit la violence avec mort d’hommes dans la vie publique ivoirienne  ;
 Le Front Populaire Ivoirien Profondément attaché à l’expression des libertés démocratiques, félicite et soutient fermement la Coalition Nationale de la Jeunesse pour le Changement, dans toutes ses initiatives s’inscrivant dans la manifestation de la démocratie  ;  
 Le Front Populaire Ivoirien met en garde le régime Ouattara contre les conséquences  dramatiques prévisibles de ces violations constantes des lois de la république et contre la barbarie des militants du RDR et autres supplétifs de toutes origines  ;
 Le Front Populaire Ivoirien exige  :
1    L’arrêt immédiat des répressions contre  les jeunes et le peuple de Côte d’Ivoire  ;    
2    La libération sans condition de tous les détenus   politiques civils et militaires  ;
3    Le démantèlement des réseaux de loubards et autres bandes armées constituées et utilisées par le régime pour réprimer les réunions et autres  manifestations démocratiques des partis politiques.
   Le FPI demande instamment à la population ivoirienne de se tenir mobilisée pour résister à la dictature sous toutes ses formes que le régime Ouattara impose à la Cote d’Ivoire.
    Fait à Abidjan, le 11 juin 2015
                                                                
Pour le Front Populaire Ivoirien
Le Secrétaire Général Adjoint,
Porte-parole par intérim
                                                                    
Koné Boubacar
 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !