Universités: Cissé Bakongo échappe à un lynchage par des étudiant

Mardi 14 Mai 2013 - 07:40


Universités: Cissé Bakongo échappe à un lynchage par des étudiant
Co-présidant la cérémonie d’ouverture des assises du "colloque international sur le Pr. Henriette Dagri-Diabaté", Grand Chancelier de l’Ordre national de la République de Côte d’Ivoire, à l’Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody, avec son homologue de la Culture et de la Francophonie, le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Cissé Ibrahim Bakongo, a échappé, de peu, lundi, en fin de matinée, à un lynchage en règle par des étudiants forcenés.

Informés de sa présence à la présidence de l’Université, des étudiants se sont attroupés, comme s’ils avaient été alertés, pour exprimer leur mécontentement à l’endroit de leur autorité de tutelle. L’attroupement et les vives clameurs se faisant grandissant, le ministre est sorti pour une adresse aux mécontents afin de les calmer, et s’enquérir de leur mouvement d’humeur, mais mal lui en a pris, et il essuya des huées et jurons.

Faisant ainsi connaître leur hostilité à l’endroit de leur autorité de tutelle, ces hordes d’étudiants ont même essayé d’attenter à son intégrité physique, n’eut été la vigilance de sa garde rapprochée qui a réussi à l’extirper des lieux et le mettre à l’abri.

" C’est vrai que c’est notre Ministre, mais il ne fait rien pour nous rendre les conditions d’études meilleures", a exprimé, remontée, Modesty Gnagne, une étudiante à l’UFR de Sciences économiques et de Gestion, estimant que "c’est de leurs droits d’extérioriser leur mécontentement". Un autre, Didier Bléou, à l’UFR des Sciences juridiques, politiques et administratives, lui aussi ne va pas de mains mortes.

Ne décolérant pas, celui-ci fustige le fait que "le gouvernement leur fasse miroiter des choses qui n’existent pas en réalité", dénonçant "le manque de professeurs pour les cours, les difficultés rencontrées pour se nourrir et de transport ainsi que le manque de salles pour travaux dirigés".

Les forces de l’ordre, alertées, interviennent prestement pour l’exfiltrer du campus, sous le jet de projectiles, pendant que son véhicule quittait la zone. Ces dernières ont procédé à la dispersion des étudiants par des gaz lacrymogènes.

Fermée, près de 12 mois, pour réhabilitation après la crise postélectorale, l’Université Félix Houphouët-Boigny a rouvert ses portes, le 03 septembre 2012, sous le sceau du "départ nouveau". Pour son plan de développement des universités publiques, le gouvernement ivoirien a mobilisé près de 106 milliards de francs CFA.

Ont bénéficié des travaux de lifting de modernisation à cet effet, les universités Félix Houphouët-Boigny de Cocody, Nandjui Abrogoua d’Abobo-Adjamé, Alassane Ouattara de Bouaké, les unités régionales d’enseignement supérieur de Daloa et de Korhogo. Dans le cadre de ce plan, sont annoncées, pour 2014, la construction des universités de Man, Bondoukou et San Pedro, prévues par ledit plan, signale-t-on.
(AIP)
gk/nf


Publié le lundi 13 mai 2013  |  AIP




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !