« Un retour de Nicolas Sarkozy au pouvoir serait une menace pour l’avenir du Mali »

CIVOX.NET
Mardi 18 Octobre 2016 - 08:37


 
 

Kamissa Camara, chercheuse d’origine malienne, s’indigne des propos du candidat à la primaire de droite sur l’intervention française en 2013.

 

Aucune élection présidentielle française n’aura jamais été aussi cruciale pour le Mali  que celle de 2017. En septembre, Nicolas Sarkozy, candidat à la primaire de la droite, a indiqué qu’il n’avait pas compris la mission de la France  au Mali. En tant que Française d’origine malienne, les propos de l’ancien chef de l’Etat m’ont d’abord indignée. Analyste politique  spécialisée sur la région du Sahel, ses propos m’ont ensuite interpellée : l’avenir du pays est sous respirateur artificiel. Sans la France, plus de Mali, et si l’un des principaux candidats français ne comprend pas ce que son pays fait dans celui de mes ancêtres, cela signifie que l’existence même du Mali est maintenant tributaire du résultat de cette présidentielle.

En 2012, François Hollande a été élu parce que les Français ne voulaient plus de Nicolas Sarkozy. En 2017, il n’est pas impossible que Nicolas Sarkozy soit élu parce que les Français sont déçus du bilan de François Hollande. Et si cela arrivait… boum ! Le Mali pourrait s’effondrer.

Juppé et Sarkozy : deux visions divergentes du Sahel

« On a envoyé les soldats français au Mali. Peut-être était-ce nécessaire mais, sur un espace grand comme trois fois la France, envoyer  3 000 soldats français pour rétablir  l’ordre… Je me demande encore quelle est leur mission », a déclaré Nicolas Sarkozy. Et pourtant, en 2013, le jour où la ville de Tombouctou – située dans le nord du Mali – a été libérée de l’emprise djihadiste, François Hollande avait déclaré qu’il s’agissait sans doute de « la journée la plus importante de [sa] vie politique  ». Ce jour-là, je déclarais à mon tour, en cœur avec des milliers d’autres Franco-Maliens, que mon pays, la France, avait sauvé ma patrie, le Mali.

 

Interviewés vendredi 7 octobre par Le Monde  Afrique et RFI sur leur politique africaine au Sahel, et notamment au Mali s’ils étaient élus, Alain Juppé et Nicolas Sarkozy, tous deux favoris à l’élection primaire de la droite prévue en novembre, ont donné des réponses d’une divergence frappante. Alors qu’Alain Juppé considère la présence française au Mali et dans le Sahel comme une réussite de la politique étrangère du président François Hollande, Nicolas Sarkozy lui, se montre bien plus réservé. Il soutient qu’on assiste au Mali à un enlisement des troupes françaises, bien qu’il reconnaisse l’importance stratégique du Mali dans le Sahel.

 

Un retrait des troupes françaises serait catastrophique

Je tiens à souligner  que la France joue au Mali un rôle qu’aucun autre pays ne pourrait jouer, même à ressources égales. Et ce, en raison des relations historiques qu’entretiennent la France et le Mali, en raison de la connaissance du terrain, des acteurs locaux et, surtout, de la légitimité dont la France jouit en Afrique  occidentale francophone. Selon le général Moussa Sinko Coulibaly, ancien ministre de l’administration territoriale malien (2012-2014), la France joue même au Mali le rôle qu’« aucun autre pays ne VEUT jouer ». Un retrait des troupes françaises à court ou moyen terme serait donc catastrophique pour le Mali : recrudescence des actes terroristes à Bamako, multiplication des djihadistes sur tout le territoire. Les pays voisins seraient menacés et la bande sahélienne pourrait alors tomber  dans le filet des salafistes.

 

Les 3 000 militaires français déployés au Mali n’ont pas pour mission de contrôler  chaque kilomètre carré, me confie Moussa Sinko Coulibaly. Leur mission est bien de contrôler les axes principaux, surtout dans le nord. A l’inverse de Sarkozy, le général s’exclame : « 3 000 soldats français dans cet espace, c’est déjà beaucoup ! » Il ajoute que la Commission économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cedeao) n’a pas du tout les moyens de faire  ce que fait la France, en raison d’un manque de compétences et de la crise financière  à laquelle elle fait face depuis quelques années. Au Mali, la France assure la fourniture de matériels militaires de pointe, la logistique militaire, la formation  et le renforcement des compétences des soldats maliens. L’Union européenne  vient en appui, mais la France reste le leader dans ces efforts.

 

Stabilité de la région cruciale pour la France

Depuis la rébellion touareg et le coup d’Etat de 2012, la crise politique et sécuritaire qui secoue le Mali et déstabilise toute la région du Sahel n’a toujours pas trouvé de dénouement politique durable. Il est toutefois indéniable que l’intervention militaire française de janvier 2013, qui, pour la forme, répondait à une demande du président par intérim Dioncounda Traoré, a permis au Mali de continuer  d’exister. Parfois taxée d’« impérialisme vertueux », cette intervention a permis de réaffirmer  toute la légitimité de la France dans son ancien pré carré colonial.

 

Dans les cercles politiques maliens, que je fréquente pour mon travail, l’assurance est totale : le Sahel fera toujours partie des priorités de la France, quel que soit le nouveau président élu en 2017. La stabilité de la région serait cruciale pour la France en raison d’enjeux énergétiques ou miniers, ou de questions migratoires. Mais, après 2017, si mon pays décide de sacrifier  ma patrie alors que l’un n’a pas beaucoup de sens sans l’autre, la chute serait brutale. La communauté malienne installée en France, l’une des diasporas africaines les plus importantes de l’Hexagone, dépense au Mali une grande partie des revenus qu’elle gagne ici. Du pays dépend la patrie, de la patrie dépend le pays, du point de vue économique, militaire et géopolitique.

Kamissa Camara est vice-directrice des programmes Afrique de l’Ouest et Centrale au National Endowment for Democracy, à Washington.

 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !