Udpci, Mfa et Pdci comme des valets ?

Dimanche 17 Mars 2013 - 09:18


Udpci, Mfa et Pdci comme des valets  ?
Ce n’est un secret pour personne, car cela est connu de tous. L’Udpci, le Pdci, le Mfa ne sont pas des alliés du Rdr. Leurs avis ne comptent pas. Ce n’est pas ensemble qu’ils gouvernent. C’est le Rdr seul qui gouverne la Côte d’Ivoire et les autres ne font que l’accompagner dans la pure soumission. Dans le Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp), l’Udpci, le Mfa et le Pdci ne sont pas considérés comme des alliés du Rdr. Ils sont plutôt traités comme des valets. Ces partis qui pensent avoir porté Alassane Dramane Ouattara au pouvoir n’ont véritablement aucun pouvoir. Leur rôle consiste essentiellement à  exécuter les ordres du Rdr et à s’exécuter quand le Rdr a fini de décider. Dans une alliance, on respecte les autres en les consultant avant de prendre toute décision. Ce n’est pas le cas au Rhdp. C’est ce qu’Alassane Ouattara veut qui est imposé aux autres. C’est à prendre et non à discuter. Les partis supposés alliés du Rdr ne sont pas traités comme tels par ce dernier. Qui les méprise et les considère comme ses valets. Pour former son premier gou - vernement, Alassane Ouattara n’a pas jugé utile de consulter Anaky Kobena pour que ce dernier lui propose au moins le nom de celui qui devrait siéger au gouvernement au nom du Mfa. Ouattara a désigné de façon solitaire Légré Philippe, lui confiant les rênes du ministère des Sports. Le bon sens recommandait à Ouattara de prendre au préalable attache avec Anaky Kobena, le président du Mfa, afin que le premier responsable de ce parti lui propose un nom. Ce qui n’a pas été fait. Ce manque de considération de la part de son “allié” avait vexé Anaky. Qui a démis Légré de son poste de secrétaire général du parti. A l’assemblée nationale, quand l’Udpci et le Pdci se sont opposés à la loi sur le mariage, Alassane Ouattara n’a pas attendu. Sans consulter ses alliés, de façon unilatérale et avec tout le mépris qu’on lui connaît, il a procédé à la dissolution du gouvernement. Le Mfa, l’Udpci et le Pdci ont été mis devant les faits. Comme de bons domestiques, ils se sont tout simplement pliés. A la formation du gouvernement, Ouattara n’a pas tenu compte de l’opinion des autres. Il a totalement écarté le Mfa. Ce parti ne siège plus dans le gouvernement. Et son président Anaky est toujours ignoré depuis que Ouattara a été porté au pouvoir. Ce dernier a eu le même mépris à l’égard de l’Udpci qui a vu son ministre Albert Flindé chasser du gouvernement. Le ministère de l’Economie et des Finances, qui était tenu par Charles Diby Koffi, a été remis à une militante du Rdr, Kaba Nialé. La grande majorité des ministères est revenue au Rdr.
Il en a de même pour la présidence des institutions de la République. Ce sont les seuls mili - tants du Rdr qui y ont été placés. La Grande chancellerie aux mains de Henriette Dagri Diabaté, secrétaire général du Rdr. La Médiature de la République à N’Golo Coulibaly. L’Assemblée nationale, qui était visée par le Pdci, lui a échappé pour être remise à Guillaume Soro. Seul le Conseil économique et social- non fonctionnel- est laissé au Pdci. La direction des entreprises d’Etat est confiée au seul Rdr dans le strict respect du concept prôné par Ouattara, le rattrapage ethnique. Alassane Dramane Ouattara méprise ses soi- disant alliés parce qu’il sait pertinemment que le pouvoir d’Etat lui a été offert par Nicolas Sarkozy et l’armée française, aidés de l’Onu, et non par le Pdci, l’Udpci, Mfa et l’Upci de Gnamien Konan.    

 B.K.

Notre Voie N°4368 du vendredi 15 mars 201 3





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !