Traitée de xénophobe par son conseiller Franklin Nyamsi: Marie-Odette Lorougnon redresse guillaune soro

Mardi 4 Juillet 2017 - 03:41


Honorable Marie Odette Lorougnon,  Ex-députée d’Attécoubé , Vice-présidente du FPI
Honorable Marie Odette Lorougnon, Ex-députée d’Attécoubé , Vice-présidente du FPI

La Côte d’Ivoire, pays de l’hospitalité, n’a jamais eu de problème avec les étrangers. La Côte d’Ivoire a noué avec l’immigration depuis les années 1800. Nos arrières-parents ont accueilli les étrangers à bras ouverts. Nos parents les ont également accueillis avec beaucoup d’amour et de paix. Et nous, avec nos différentes générations qui se sont succédé, nous avons pris la relève. Pour preuve, un petit tour de nos régions, départements, sous-préfectures et de l‘ensemble de nos villages permet de trouverez de très grands quartiers, de gros villages et de gros campements appartenant à tous ceux qui sont venus à nous : Maliens, Burkinabés, Guinéens, Ghanéens, Sénégalais, Nigériens, Nigérians etc. Mais il y a également dans nos régions du Sud, nos parents du Nord de la Côte d’Ivoire : Senoufos, Tagbanas, Djiminis, Lobis, Mahoukas, Odiennekas, Koulangos, Abrons, etc auxquels nos parents ont donné des terres fertiles. Et n’y a jamais eu de problème de cohabitation en Côte d’Ivoire. C’est pourquoi il est facile de comprendre pourquoi il y a aujourd’hui des problèmes avec les étrangers dans notre pays. En effet, s’il n’y a pas de pays sans étrangers, il est notoirement établi que dans tous les pays du monde, les étrangers ont obligation de connaître leurs places dans le pays d’accueil. Fort malheureusement, en Côte d’Ivoire, ce sont des individus comme Francklin NYAMSI qui ignorent totalement l’histoire de notre pays mais qui sont en quête d’enrichissement sans le moindre effort, qui nous créent d’énormes problèmes. Parce qu’ils ferment les yeux sur les actes horribles de leurs différents mandants qui les ont recrutés en tant que mercenaires intellectuels. Ils se croient alors, tout permis. Ils oublient qu’un pays à des lois et des règlements. La loi la plus importante qui régule le fonctionnement d’un Etat, d’une République, c’est la constitution que le peuple souverain se donne en toute liberté. C’est pourquoi on l’appelle aussi la loi fondamentale, puisqu’elle fonde et réglemente le pays. Pour exemple, référeronsnous à la Constitution de 2000 en laquelle le peuple souverain de Côte d’Ivoire se reconnaît.

Et pour celui qui arrive, comme Franklin NYAMSI, dans un pays comme la Côte d’Ivoire, le tout premier comportement à avoir doit être le respect scrupuleux de cette loi fondamentale. Car, tout y est à savoir : 1-La place et le rôle des étrangers ; 2-La place et le rôle des nationaux qui sont propriétaires de ce pays. Aux termes de toutes les Constitutions dans le monde, n’importe quel étranger ne vient pas pour se mêler des affaires politiques d’un pays. C’est exactement ce principe que la Côte d’Ivoire, pays de l’hospitalité, a simplement appliqué sa loi fondamentale d’août 2000. Par de lugubres élucubrations dignes d’un apatride, M. Franklin NYAMSI, vidé de son propre pays, le Cameroun, généreusement accueilli par la Côte d’Ivoire et propulsé au rang de Conseillerl de l’ex-chef rebelle devenu président du Parlement ivoirien, Guillaume Soro, s’est autorisé à nous traiter de xénophobes, avec un certain nombre de partisans du président Laurent Gbagbo. Tout simplement parce que l’individu, Franklin NYAMSI, a de véritables problèmes pour faire passer le message du prétendu pardon et de la supposée réconciliation de son mentor, Soro Kigbafori Guillaume, ex-Secrétaire général du MPCI puis des Forces dites nouvelles, forcess armée exécutrice de la rébellion meurtrière de 2002, celui là même qui a piloté toutes les atrocités, massacre des populations Wê, tueries massives, viols, vols, casse des différentes succursales de la BCEAO dans les zones Centre, Nord et Ouest de la Côte d’Ivoire (CNO),après l’exécution de la charte du Nord. Alors qu’on les y attend en Côte d’Ivoire, c’est à Paris que le patron des chefs de guerre qui ont partagé la Côte d’Ivoire en plusieurs zones de commandements et qui ont créé des camps de concentration où ils ont fait périr des milliers d’Ivoiriens, des jeunes dans la grande majorité, envoie ses émissaires comme NYAMSI prôner la réconciliation et le pardon. Or, ces chefs de guerre qui ont planifié et commandité l’extermination et l’expropriation du peuple de Côte d’Ivoire sont tous connus. Ce sont : Issiaka Ouattara dit Wattao, Morou Ouattara, Konaté Losseni dit Loss, Coulibaly Ibrahim dit Ben Laden, Amandé Ourémi, Djagao, Cheérif Ousmane, Koné Zakaria, Touré Hervé dit Vetcho, Fofié Kouakou, etc. Ils sont tous à de hauts postes de commandement pour service rendu. Oui, le patron de ces experts spécialisés dans la destruction et la suppression de la vie humaine, c’est bien Monsieur Soro Guillaume. Oui c’est bien Monsieur Soro Guillaume le héros de la violente crise postélectorale qui a coûté la vie à plusieurs milliers d’Ivoiriens qui cherchaient seulement à protéger leur pays. C’est lui qui vient aujourd’hui exiger la réconciliation, et cela doit être un impératif aux yeux de son homme de main le sieur Franklin NYAMSI. Pour lui, cela doit se réaliser tout de suite, et à tout pris parce que son chef le veut, sinon nous allons voir ce que nous n’avons pas encore vu. N’est-ce pas ? Mais qu’est-ce que nous n’avons pas encore vu ? Et qu’est-ce qui nous reste à voir ? En Côte d’Ivoire, tout s’obtient sous Ouattara et Soro avec la force brutale. On nous gouverne par la force, on obtient les hauts postes de l’Etat par la violence. Donc nous avons intérêt à accepter ce que le chef BOGATA veut ! N’est ce pas ? C’est pourquoi, en lieu et place d’assumer ses responsabilités de crimes contre l’humanité Monsieur SORO trouve des bouc-émissaires, tels que Abou Dramane SANGARE, Marie Odette LOROUGNON, Koné KATINAN et Stéphane KIPRé qu’il tente de noircir, de traiter de xénophobes et de vas-t-en guerre pour couvrir ses propres crimes contre l’humanité. N’est ce pas ? Voilà, ils sont tout trouvé les bouc-émissaires, et parmi ces illustres personnalités, ils citent Marie Odette LOROUGNON qui veut, selon eux, l’extermination des étrangers. BRAVO! BRAVO ! BRAVO ! Il ne manquait plus que ça ! Quelle est donc cette question des étrangers en Côte d’Ivoire ? Nous croyons, pour notre part, qu’il faut un peu d’honnêteté intellectuelle et de lecture objective des évènements politiques en Côte d’Ivoire, de septembre 2002 à avril 2011, à monsieur Franklin NYAMSI. Car, parce que cela lui manque, il se croit obligé de faire plaisir à son chef, à son mentor monsieur Soro Guillaume, en tronquant l’histoire récente de notre pays. C’est pourquoi nous réaffirmons et répétons notre position et notre pensée sur la question des apatrides pour lesquels le régime ivoirien méprise le peuple de Côte d’Ivoire et ses enfants, à savoir que :

1-Nous ne croyons toujours pas à la notion d’apatridie ;

2-Nous ne croyons pas à l’existence d‘apatrides ;

3-Pour nous, il n’existe pas d’apatrides dans le monde ;

4-Il n’y a pas de citoyens du monde ;

5-Tout être humain est né d’un père et d’une mère qui ont eux mêmes des origines bien précises d’où ils viennent.

En effet, celui qui est né d’un père et d’une mère ne peut pas être un apatride, c’est à dire celui qui n’a pas de pays, parce que les deux parents viennent forcément chacun de quelque part, et donc d’un pays, d’une nation ou d’une patrie. Tout comme ses deux parents qui revendiquent une culture, une identité dont il est fier. Il est donc de l’origine d’un des deux parents. Il ne peut pas être un apatride tel que le pouvoir Ouattara veut nous le faire avaler. Il n’existe pas d’individu dans le monde qui n’ait pas de pays, de patrie ou de nation. Dans un tel principe, dire qu’il faut mettre fin à la question de l’apatridie ne signifie pas qu’il faut exterminer des étrangers tel que Monsieur Franklin NYAMSI veut le faire croire. Etre un étranger, c’est toujours venir de quelque part. Il est donc bon de noter que la démarche de Monsieur Franklin NYAMSI est commanditée par une complicité entre le régime ivoirien et le Haut Commissariat des Réfugiés, dans le but de changer et de modifier la composition de la populaire ivoirienne. Cela a déjà servi à donner un électorat à Monsieur Ouattara, à mettre à sa disposition une population qu’il peut manipuler à sa guise, comme c’est le cas aujourd’hui dans notre pays. Non Monsieur Franklin NYAMSI, vous n’allez pas cacher le soleil avec la main. Non, cette main que vous tentez de poser ne peut pas supporter les reflets brûlants de ce soleil ardent. Votre mentor, que dis-je, votre chef, Monsieur Soro Guillaume a trop tué et endeuillé tout ce pays en semant morts et désolations. Monsieur Soro Guillaume a fait trop de mal à la Côte d’Ivoire, y compris contre ses camarades de promotion et de génération qu’il n’a pas épargnés. Alors, cessez de distraire le peuple ivoirien, cessez de distraire la diaspora ivoirienne en France. La guerre que Monsieur Soro Guillaume a faite s’est passée en Côte d’Ivoire et non en France. De ce fait, votre chef, Monsieur Soro Guillaume connaît la voie du pardon et de la réconciliation. Seulement, se croyant toujours plus malin, il vient de réaliser aujourd’hui que le temps de la violence sauvage à ses limites. Alors, sans faux fuyants, nous invitons Monsieur Soro Guillaume et ses porte-voix à respecter la Côte d’Ivoire, à avoir un minimum d’égards pour les victimes causées par sa rébellion meurtrière de 2002, et sa violente crise postélectorale de 2010 -2011.

Honorable Marie Odette Lorougnon

Ex-députée d’Attécoubé

Vice-présidente du FPI

(In la voie originale N-200 du 02 juillet 2017 Page 8 )

 





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact




 

20 ANS DE MUSIQUE ES FILLES DE SAIOUA