«Traite négrière» pour la guerre au Mali: Des ivoiriens enlevés par les FRCI et déportés au Mali pour combattre les Touaregs.

Mardi 21 Août 2012 - 07:17


«Traite négrière» pour la guerre au Mali: Des ivoiriens enlevés par les FRCI et déportés au Mali pour combattre les Touaregs.
Depuis quelques temps, plusieurs ivoiriens sont enlevés par les FRCI et déportés au Mali pour intégrer une unité de combat devant affronter les rebelles Touaregs de l’Azawad. C’est le site www.diasporaci-us qui rapporte ce phénomène stupéfiant dans une dépêche publiée hier lundi 20 août 2012. Sans employer le conditionnel le site affirme de façon très catégorique l’existence de ce phénomène bien curieux en se fondant sur «un témoignage authentique». «Un jeune ivoirien appelle une de mes connaissances à ABIDJAN (une veuve) et lui dit qu'elle ne peut pas imaginer d'où il l'appelle: du MALI! Il a été raflé par les FRCI à ABIDJAN et enrôlé pour le Mali. On lui a donné treillis et arme, une fois arrivé, et il est intégré dans une unité de combat pour l'AZAWAD (guerre contre les Toua regs). », rapporte le site d’information.
Si les faits sont avérés comme le dit le site diasporaci.us, ils sont indignes d‘un État sérieux et de l’Afrique peuvent être qualifiés, sans que les mots soient suffisamment forts, de « traite négrière pour la guerre au Mali. » en ce 21ème siècle. A la réalisation de ce projet sadique et inique répondraient donc toutes les rafles qui ont lieu en ce moment à Abidjan. C’est par ces moyens diaboliques qu’Alassane Ouattara compterait mener sa guerre au Mali contre la rébellion Touareg et les groupes islamiques armés y régnant, en présentant des raflés d’Abidjan comme des soldats ivoiriens devant intégrer une force officielle africaine mandatée par l’UA, l’ONU ou la CEDEAO. Les autorités maliennes, qui assurent la transition politique dans ce pays, ainsi que l’Union africaine et la CEDEAO, doivent se saisir urgemment de cette question pour éclairer l’opinion internationale et mettre fin à cette pratique honteuse et criminelle, si les faits sont avérés. A défaut, elles s’en feront complices. Ainsi va-t-elle la Côte d’Ivoire de Ouattara: envoyer des civils sur des champs de batailles, à l'étranger, pour les faire massacrer, à défaut de le faire en Côte d’ivoire par les FRCI? Tels que les faits se présentent, il ne saurait s’agir d’un trafique de mercenaires pratiquée par la haute hiérarchie des FRCI, à l‘insu de Ouattara, qui est lui-même le «chef suprême des armées». L’affaire est gravissime et doit interpeller toutes les Organisations sérieuses de défense des droits de l’homme.
 
ZEKA TOGUI.
 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !