Tous les Juifs qui travaillent pour Israël ne résident pas à Jérusalem ou à Tel Aviv

Mercredi 28 Octobre 2015 - 01:28


Jean-Claude DJEREKE
Jean-Claude DJEREKE
L’abbé Augustin Obrou a accordé une interview au quotidien abidjanais “L’Inter”. L’interview, réalisée par Charles d’Almeida, a été publiée dans le même journal, le 21 octobre 2015. Sur certains sujets abordés dans l’entretien, je me sens en accord avec Obrou. Ainsi, je partage avec lui l’idée que quiconque donne de l’argent à l’Église catholique ne devrait pas penser qu’il pourrait la faire taire ou l’empêcher de dire ce qu’elle pense. Car, comme l’a bien perçu Mgr Paul Ouédraogo, la mission de l’Église “ne se limite pas à annoncer la Bonne Nouvelle et l’Évangile sans se soucier des conditions dans lesquelles vivent les populations. L’Église a non seulement le droit, mais aussi le devoir de regarder toujours le politique, de lui rappeler sans cesse que l’autorité n’est pas une fin en soi mais un service. L’Église a donc un devoir de vigilance” (cf. “La Croix” du 5 octobre 2015). Ce devoir de vigilance, les évêques catholiques du Burkina et de la RDC s’en sont admirablement acquittés en 2014 en s’opposant clairement et publiquement à une modification de la constitution qui, si elle avait eu lieu, aurait permis à Blaise Compaoré et à Joseph Kabila de briguer un 3e mandat présidentiel. Il en va différemment en Côte d’Ivoire où aucun évêque n’a trouvé à redire sur l’élection du 25 octobre 2015 dont tout le monde sait qu’elle était truquée et gagnée d’avance par Dramane Ouattara, le sous-préfet d’une France colonialiste, affairiste et raciste.
Un autre point sur lequel je donne raison à Augustin Obrou, c’est que le prêtre a le droit (et même le devoir) de célébrer l’Eucharisitie partout où se trouvent des fidèles catholiques. Par conséquent, les prêtres qui sont allés dire la messe à l’hôtel du Golf et à l’hôtel “la Pergola” n’ont commis aucun crime et ne devraient pas, pour cela, être soupçonnés de rouler pour le RDR ou pour le FPI. Tels sont nos points de convergence. Il existe, néanmoins, des points de divergence entre nous et ils sont au nombre de 3. Les voici: 1) Les évêques et Ahouanan; 2) L’Église catholique et le criminel embargo sur les médicaments; 3) Les visites qu’Obrou aurait effectuées avec Jean-Pierre Kutwã à Bouna et à Katiola.
                                                               
Pour Obrou, les évêques catholiques de Côte d’Ivoire ne se sont pas désolidarisés d’Ahouanan mais se sont contentés d’expliquer comment l’Église fonctionne. Il ajoute que la conférence épiscopale n’a pas refusé de “soutenir Ahouanan dans la mission que le pouvoir venait de lui confier”. Avant d’en donner ma propre interprétation, je voudrais que le lecteur lise ou relise avec moi le communiqué rendu public par les évêques au terme de leur 101ème assemblée plénière. “Le mercredi 25 mars 2015, écrivent les évêques ivoiriens, Mgr Paul Siméon AHOUANAN DJRO, Archevêque métropolitain de Bouaké, a été nommé Président de la Commission Nationale pour la Réconciliation et l’Indemnisation des victimes (Conariv). Les Archevêques et Evêques de Côte d’Ivoire tiennent à informer les membres du clergé, les religieux, les religieuses et les fidèles laïcs qu’ils n’ont été associés ni de près ni de loin par leur confrère à cet engagement. C’est pourquoi dans l’esprit du Canon 285 du Code de Droit Canonique de 1983, ils tiennent à préciser qu’ils ne sont pas comptables des actes qu’il posera dans l’exercice de sa nouvelle charge à la tête de la Conariv.
Fait à Taabo, le 10 mai 2015. Les Archevêques et Evêques Catholiques de Côte d’Ivoire”.
Le verbe “soutenir” apparaît-il une seule fois dans le communiqué des évêques ivoiriens?  Quand les prélats déclarent qu’ils “n’ont été associés ni de près ni de loin par leur confrère à cet engagement [la nomination d’Ahouanan à la tête de la Conariv] et tiennent à préciser qu’ils ne sont pas comptables des actes qu’il posera dans l’exercice de sa nouvelle charge”, comment doit-on interpréter cela? N’est-ce pas un cinglant désaveu?


 2)    L’Église et la question de l’embargo sur les médicaments


Obrou estime que “l’Église a évoqué le sujet” et que, de l’avis de Kutwã, il était “inconcevable de bloquer les médicaments”. Mais où et quand ce sujet a-t-il été évoqué par la conférence épiscopale? Quand on sait que l’Église catholique a coutume de mettre par écrit et d’archiver ses déclarations, communiqués et lettres pastorales, parce que “verba volant, scripta manent” (les paroles s’envolent, les écrits restent), il est tout de même curieux qu’on ne trouve, sur le site web des évêques, aucun texte condamnant le criminel embargo sur les médicaments. Obrou, qui a en charge la communication de l’archevêque d’Abidjan et qui est prompt à s’adresser à la presse nationale et internationale sur des sujets de moindre importance, pourquoi ne nous a-t-il pas fait savoir plus tôt que son “patron” ne voulait pas que les malades ivoiriens soient privés de médicaments? Pourquoi les radios et journaux catholiques et non-catholiques n’ont-ils jamais fait cas de ce sujet?  Obrou nous prend-il pour des imbéciles confondant vessies et lanternes?


 3)    Les visites que Kutwã et Obrou auraient effectuées à Bouna et Katiola


Obrou mentionne également que Kutwã et lui-même ont rendu visite aux prisonniers politiques de Katiola et de Bouna et que, lors de ces visites, ni la télévision ni les journalistes n’étaient avec eux. Raison pour laquelle personne n’en fut informé. Sauf erreur de ma part, quand Mgr Paul Dacoury-Tabley rendit visite à Simone Gbagbo à Odienné, il n’y avait non plus ni télé, ni journalistes pour l’accompagner. Et pourtant, la nouvelle de cette visite parvint aux oreilles de la nation entière. À supposer que les visites d’Obrou et de Kutwã aient été vraiment effectuées et à supposer que l’Église n’ait pas voulu divulguer cela parce qu’elle ne trouvait pas nécessaire de le crier sur tous les toits, pourquoi juge-t-elle important aujourd’hui de mettre sur la place publique ce que seuls Dieu, l’Église, les prisonniers et leurs geoliers devraient connaître? Le silence sur les bonnes actions de l’Église peut-il être observé à certains moments et pas à d’autres moments?
Je ne peux terminer ce droit de réponse sans réagir à ce que dit Obrou sur ma personne. Obrou fait remarquer que j’aborde “de trop loin la réalité”. Le chargé de communication de Kutwã veut-il dire par là que seules les personnes vivant et travaillant en Côte d’Ivoire sont aptes à en parler avec justesse et compétence? Peut-il disqualifier les paroles du pape François sur l’Église en Côte d’Ivoire parce qu’il vit au Vatican? J’étais au pays entre 2009 et 2012 et n’en suis parti que le 12 avril 2012, c’est-à-dire après les violences de 2010-2011. Qu’on ne raconte donc pas que je n’étais pas là quand les Ivoiriens étaient bombardés par les avions franco-onusiens. Je suis retourné en Côte d’Ivoire chaque année entre 2003 et 2009 pour les recherches liées à ma thèse sur l’Église catholique et la Politique en Côte d’Ivoire. Les gens qui m’informent sur la Côte d’Ivoire, via les mails, le téléphone ou les journaux, ne vivent-ils pas en Côte d’Ivoire comme Obrou? La Côte d’Ivoire d’Obrou est-elle si différente de celle de mes informateurs? Quoi qu’il en soit, le nouveau curé de Saint Jacques des Deux Plateaux devrait comprendre que point n’est besoin de vivre nécessairement quelque part pour savoir ce qui s’y passe vraiment. Je trouve donc déplacé et insensé qu’il me compare à “certains journalistes occidentaux qui sont chez eux et qui se disent de manière prétentieuse spécialistes de l’Afrique, du Moyen-Orient”. Je ne suis certainement pas un spécialiste du Moyen-Orient mais ce n’est pas Obrou qui pourrait me dire ce qu’est la Côte d’Ivoire et pourquoi elle est malade depuis 1990. À lui et à d’autres personnes qui croient à tort que ceux qui sont restés au pays seraient plus courageux que ceux qui ont pris le chemin de l’exil, je voudrais répondre ceci: Quand on est chargé de communication du conseiller de Dramane Ouattara, on ne risque évidemment rien; on est plutôt protégé et on peut même vivre aux frais de la princesse. On ne peut donc pas songer à s’exiler. Ce que je voudrais souligner ici, c’est qu’on ne quitte jamais son pays de gaîté de cœur et que, si certains sont obligés de partir, la mort dans l’âme, c’est parce que leur vie est en danger et/ou parce que certaines personnes au pays refusent de leur faire de la place. Lui, Obrou, que ferait-il s’il recevait plusieurs fois des menaces de mort parce qu’il pense autrement que ceux qui sont au pouvoir, si l’archidocèse d’Abidjan était dirigé par un évêque et des prêtres krous et si ces derniers lui fermaient les portes des paroisses et presbytères d’Abidjan, uniquement parce qu’il est Akan? Si j’étais à la place d’Obrou, au lieu d’accuser facilement et injustement ceux qui sont partis d’être déconnectés de la réalité, d’avoir fui et de se la couler douce à l’extérieur, je me serais posé les questions suivantes: qu’ai-je fait pour que X, Y et Z ne quittent pas le pays? Ai-je reconnu leurs talents et leur ai-je donné l’opportunité d’exercer ces talents et de participer ainsi à la construction de l’Église et du pays? Le désir de travailler chez soi après avoir étudié plusieurs années à l’étranger n’a jamais manqué. Ce qui manque, dans nos pays, c’est la capacité d’accueillir celui qui pourrait faire mieux que nous, celui qui est compétent mais n’est pas de notre ethnie ou ne pense pas comme nous.
La dernière remarque que je voudrais faire, c’est que vivre en exil ne signifie pas nécessairement qu’on y mène une vie douillette ou qu’on s’y tourne les pouces matin, midi, soir. Contrairement à maints prêtres du pays qui n’ont plus rien à faire après la messe du matin et ne peuvent vivre sans la dîme, les dons, quêtes et rackets des fidèles, je suis obligé de me battre, de travailler nuit et jour comme Saint Paul (2 Thessaloniciens 3,7-8), pour gagner ma vie et ne dépendre de personne. En d’autres mots, et sans chercher à me mettre en valeur, j’enseigne dans deux Universités et il m’arrive parfois de me lever à 4h pour préparer mes cours, corriger les devoirs/travaux de mes étudiants ou écrire des articles. Et écrire sur la Côte d’Ivoire est une manière de participer au combat pour que notre pays retrouve sa souveraineté. Ce combat, ce n’est pas uniquement à Abidjan qu’il doit être mené. Car tous les Juifs qui travaillent pour Israël ne résident pas à Jérusalem ou à Tel Aviv.


Jean-Claude DJEREKE
 
 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !