Toulépleu/ frontière Liberia-Côte d’Ivoire: Deux postes des Frci attaqués

Mardi 14 Août 2012 - 05:34


Toulépleu/ frontière Liberia-Côte d’Ivoire: Deux postes des Frci attaqués
La nuit est tombée le lundi 13 août, sur une ville fantôme de Toulépleu, qui s’est totalement vidée de ses quelque 25.000 habitants. C’est qu’à la frontière avec le Liberia, située à une vingtaine de kilomètres, des combats opposaient les Forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci) à des assaillants sans visage, venus, selon des témoins, de la ville de Toé-town, la première ville libérienne qui abrite de nombreux refugiés, dont des chefs de guerre.
Selon le commandant Aboubakar Sangaré alias « Grand-père », patron des Frci dans le département de Toulépleu, au moins deux postes frontaliers, notamment ceux de Pékan-Barrage et du village de Séhibly, dans la sous-préfecture de Bakoubly, ont été pris pour cibles par ces assaillants. L’assaut a été lancé, peu après 10 h, ce lundi 13 août.
Les assaillants ont progressé par deux colonnes avant de prendre en tenaille le poste de Pekan-Barrage que commande le caporal Adamo. L’une s’est infiltrée par le village de Pekan et par Séhibly. Ce sont assurément des assaillants qui connaissent parfaitement la zone. Au niveau de Séhibly, il y a cette large langue de forêt qui sépare les deux pays, avec de nombreux passages clandestins. « Oui, nous avons été attaqués par surprise. Nous avons fait un repli tactique avant de nous organiser. Nous avons pu stopper la progression des assaillants ».
Lorsqu’à 14 h, nous joignions le commandant des Frci, « Grand-père », les « combats faisaient rage », selon ses propres termes. « Nous sommes en train de nous tirer dessus. Ils sont de l’autre côté de la frontière et tirent sur nous », a-t-il indiqué avant de nous raccrocher. Une colonne d’assaillants qui a pu franchir la ceinture de feu faisait mouvement vers le village de Ouloto-Zrêbly avant de buter sur des renforts venus, notamment de Zouan-Hounien et de Daloa.
En milieu d’après-midi, des témoins que nous avons joints ont fait état de la présence, dans les airs de Toulépleu, d’hélicoptères de combat. Les villages de Klobly, Klaon, Ziouebly, Paoubly, Kouarho, qui bordent les fleuves Nuon et Cavaly, frontières naturelles entre les deux pays, ont été bouclés par les Frci et le ratissage se poursuivait en fin d’après-midi, nous a signalé un habitant de Nézobly.
Le préfet de Toulépleu, Karim Diarra a lancé, sur Radio-Toulépleu, un appel au calme aux populations dont la majorité a pris la route du Liberia voisin quand d’autres ont trouvé refuge dans la brousse. Le bilan de ces affrontements n’était toujours pas disponible hier en début de soirée. Mais, une source médicale, qui a requis l’anonymat, a fait état d’au moins deux éléments des Frci, grièvement blessés admis à l’hôpital général de Toulépleu où, selon elle, ils recevraient des soins.


Armand B. DEPEYLA
 
 
Source:Soir info du mardi 14 août 2012
 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !