Toujours gardé en «résidence protégée» Ce que Ouattara réserve à Blé Goudé

Extradé par le Ghana en janvier dernier, Charles Blé Goudé s’est vu notifié de nombreux chefs d'ac- cusation, entre autres, de crimes de guerre, d'assassinats, d'atteinte à la sûreté de l'Etat et de vols de deniers publics en réunion. Une dernière note du procureur de la République, à propos de Charles Blé Goudé, démontre la précipitation du régime dans la traque aux pro-Gbagbo.

Mardi 13 Août 2013 - 19:02


Toujours gardé en «résidence protégée» Ce que Ouattara réserve à Blé Goudé
«Réquisitions : Nous, Adou Richard Christophe, le procureur de la République près le tribunal de première instance d’Abidjan Plateau ; vu les articles 33 et 74 de la loi n°60-366 du 14 novembre 1960 portant institution d’un code de procédure pénale ; vu l’urgence ; prions et, au besoin, requérons Monsieur le directeur général des Impôts ; à l’effet de : bien vouloir nous communiquer sans délai une copie de tout fichier ou extrait des impôts relatif à la situation fiscale de Charles Blé Goudé ; pour ensuite nous faire un rapport écrit sur ces constatations», écrit le parquet au DG des impôts, le 25 juillet 2013. A son tour, le DG des impôts, par le biais de son adjoint Claver N. N’Cho, adresse une note de service, le 2 août 2013, aux différentes directions rattachées, notamment à leur premier res - ponsable, le directeur des Opérations d’assiettes, à celui du Cadastre, du Domaine, de la Conservation foncière, de l’enregistre - ment et du timbre, pour leur exiger la «situa - tion fiscale de Charles Blé Goudé.» A cet effet, il écrit : «Par réquisitions n°905/CF/PR-AP/TPI du 25 juillet, le procu - reur de la République près le tribunal de première instance d’Abidjan Plateau nous a saisi à l’effet de lui communiquer une copie de tout fichier ou extrait des impôts relatif à la situation fiscale de Charles Blé Goudé, et lui faire un rapport écrit sur ces constatations. Aussi, vous voudriez bien me faire parvenir en toute diligence les éléments requis.»   Charles Blé Goudé inculpé et placé sous mandat de dépôt, après son extradition, la justice ivoirienne qui, jusqu’à présent ne donne aucune précision sur son lieu de détention, cherche inlassablement des preuves à charge pour justifier son maintien en captivité. Le juge d’instruction en charge du dossier passe au peigne fin les différents chefs d’accusation. Les enquêtes s’enchai- nent sans donner, selon des sources crédibles, de résultats probants. La dernière trouvaille, c’est désormais le motif de crimes économiques. Se basant sur des allégations de journaux proches du régime Ouattara, selon lesquels Charles Blé Goudé se faisait grassement entretenir par la présidence de la République, des sociétés d’Etat à hauteur de centaines de millions Fcfa, et se serait également rendu coupable de «vols de deniers publics» durant la crise post-électorale, le procureur de la République Adou Richard Christophe espère y trouver de la matière. Sur ce coup, il n’est pas à sa première réqui- sition. La première, selon une source proche du dossier, n’avait pas suscité d’intérêt au niveau de la direction générale des Impôts. En outre, le président du Cojep, ayant côtoyé le monde des affaires, notamment avec son entreprise Leader’s team sous le régime du président Laurent Gbagbo, certaines indiscrétions révèlent également que cette réquisition du procureur de la République sur la «situation fiscale de Charles Blé Goudé» vise à faire l’inventaire de la régularité fiscale de cette structure et bien d’autres s’il en possédait encore. Dans le cadre d'une procédure judiciaire qui a été ouverte contre lui, le régime Ouattara tente également d’inculper l’ancien ministre Charles Blé Goudé de «crimes économiques».  

Par Gilles Naismon

Le Nouveau Courrier N° 850 Du Lundi 12 Août 2013




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !