Tortures dans l’enfer des camps de la mort au Nord : Le silence coupable de l’Onu et des «grandes démocraties»

Mercredi 15 Mai 2013 - 14:56


Affi Guessan, Michel Gbagbo et les autres, en séance de torture à Bouna
Affi Guessan, Michel Gbagbo et les autres, en séance de torture à Bouna
«Michel Gbagbo et son Epouse du Président Gbagbo, le Dr. Simone Ehivet Gbagbo dans des camps de concentration, dans des conditions si inhumaines qu’elle a honte ou peur de laisser découvrir le caractère inhumain de leur détention par le monde». Ainsi sonne la révolte du politologue africain Ocabo, dans la contribution qu’il nous a adressée. Dans laquelle il confirme que les conditions inhumaines de détentions des pro- Gbagbo dans les goulags de la moitié Nord du Pays ne sont plus à démontrer. Le traitement déshumanisant dont l’Ex-Première dame de Côte d’Ivoire, Mme Simone Ehivet Gbagbo, a été l’objet d’Odienné où elle est emprisonnée à la Polyclinique Sainte Anne-Marie (Pisam) d’Abidjan, nous a fourni la preuve que les proches de Gbagbo et les cadres du Front populaire ivoirien enchaînés dans les goulags de Ouattara sont bel et bien en danger de mort. Le mardi 30 avril 2013, les Ivoiriens apprenaient - par voie le transfert de Mme Simone Ehivet Gbagbo de sa «résidence surveillée» d'Odienné, à la polyclinique Pisam d'Abidjan pour «un bilan de santé». Une semaine plus tard, à la stupéfaction générale, elle était enlevée sous anesthésie, pour être conduite «vers une destination inconnue», par des Frci qui ne s’embarrassèrent guère des procédures légales. Plus tard, l’on apprenait que Simone Gbagbo a été reconduite dans des conditions qui rappelle le transport de bétail. Un triste scénario survenu au moment où les inquiétudes sur la détérioration de la santé de Michel Gbagbo ne cessaient de préoccuper les démocrates. Et le pire peut survenir à tout moment, dans ces camps. Il n’y a plus de doute sur le fait que l’état de santé des détenus pro-Gbagbo dans les goulags du Nord s’est considérablement dégradé. Affi N’Guessan et les autres ne se portent pas mieux. Et le drame se joue sans que l’Onu et les «grandes démocraties», donneuses de leçons ne lèvent le petit doigt pour interpeller le régime Ouattara. Les pro-Gbagbo se meurent lentement dans des camps de détention qui rappelle l’époque nazie et les souffrances qu’elle a fait endurer à la France et aux alliés. La démocratie, les libertés et les Droits de l’Homme ne sont bons que pour les Occidentaux. En Afrique, tout dictateur peut torturer ses opposants et martyriser son peuple, tant qu’il brade les richesses de son pays aux maîtres colons.

K. Kouassi Maurice



Publié le mercredi 15 mai 2013  |  Le Temps




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !