Théâtre : SOS, Ignace Alomo se meurt !

Mardi 8 Juillet 2014 - 11:04


Ignace Alomo tenant une béquille
Ignace Alomo tenant une béquille
Aucune personne de raison, aucune âme sensible ne peut voir l’état dans lequel se trouve aujourd’hui l’artiste Ignace Alomo, sans être pris de compassion tellement la situation de l’homme est choquante. Déjà confronté à de gros ennuis de santé,-borgne et à moitié paralytique,- le comédien vient d’être victime de la furie des eaux de pluie qui s’abattent ces dernières semaines sur le pays et qui ont déjà occasionné de nombreuses victimes à Abidjan. Sauvé des eaux in-extrémis, Ignace Alomo, n’a pu, dans la nuit du 28 au 29 juin dernier, qu’épargner sa vie. A l’instar des autres habitants du quartier « Pays bas » d’Anonkoua-kouté, dans la commune d’Abobo, l’artiste a perdu tous ses biens matériels, pris au piège de l’eau. Recueilli depuis lors, par une âme charitable, l’auteur de la pièce à succès « Refusé par la mort », broie du noir et son physique se dégrade chaque jour que Dieu fait. On se souvient que c’est en décembre 2007, de retour, par la route, d’un voyage en Centra- frique, où l’avait conduit sa pas- sion de l’art dramatique, le comédien a été victime d’un grave accident de la circulation, à l’étape de Takoradi, au Ghana voisin, dont il s’en est sorti miraculeusement, mais avec de nombreuses fractures et surtout la perte de l’œil droit. Abandonné dans un état critique et sans soins, c’est grâce à la mobilisation des autorités et des artistes qu’Alomo est rapatrié à Abidjan où il reçoit les soins appropriés. A sa sortie d’hôpital, bien que physiquement diminué, Ignace reprendra du service sur les planches, en utilisant son handicap comme une nouvelle dimension de son talent. Poursuivi par la guigne, le comédien est une nouvelle fois freiné dans son élan, foudroyé le 2 décembre 2011 par un accident vasculo-célébral (Avc) qui lui vaut plus d’un mois d’hospitalisation. Il porte encore les signes tangibles du mal  avec notamment une hémiplégie du côté droit. Abandonné de tous et sans moyens, Alome a donc trouvé refuge au « Pays bas » d’Anonkoua Kouté, après avoir été expulsé de sa maison en 2012, pour loyers impayés. C’est ce créateur ingénieux qui a manqué de peu, d’être emporté par les eaux de pluie, fin juin dernier. Vivement que les autorités compétentes et les férus de l’art volent au secours du comédien pendant qu’il est encore temps, car chaque minute qui passe, le rapproche inexorablement de l’irréparable. Notons qu’Ignace Alomo a contribué à écrire les heures de gloire de la culture en Côte d’Ivoire. Sur les planches, il s’est brillamment illustré en introduisant avec le « Mono- théâtre », une nouvelle  esthétique dans le théâtre ivoirien..■

L.S
Source: Aujourd’hui / N°679 du Lundi 07 Juillet 2014




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !