Survie du Rhdp : Bédié appelle le Rdr à se ressaisir

Samedi 25 Mai 2013 - 07:05


Henri Konan Bédié, président du PDCI RDA
Henri Konan Bédié, président du PDCI RDA
Un avertissement solennel, le deuxième du genre, après celui du 7 février 2012 où, au lendemain des élections législatives, le président du Pdci avait parlé, pour la toute première fois, de "petits réglages" à faire pour relancer la machine Rhdp. L’on se rappelle qu’à l’occasion de ces élections du 11 décembre 2011, de nombreux actes de violences et même des morts d’hommes avaient été déplorés par les militants du Pdci qui ne comprenaient pas comment une élection entre alliés politiques puisse déchaîner autant de passion et susciter tant de violence et de haine. Le 2 juin 2012, lors du Bureau politique annoncé comme celui de tous les dangers en raison de la grande colère des militants du Pdci, Bédié parvient tant bien que mal à contenir ses cadres mécontents.
Malheureusement, son appel ne sera pas entendu par ses alliés. Les "petits réglages" ne seront pas opérés, encore moins la main tendue du Pdci qui invitait déjà en 2012 le Rdr à aller aux futures élections locales en Rhdp. Ce n’est qu’à quelques semaines du scrutin que les états-majors politiques se sont mis à se bousculer pour constituer à la hâte et aux forceps des listes d’union. Au finish, ce fut moins qu’un demi-échec. Les alliés allèrent aux élections locales en rangs dispersés.
Et les mêmes causes produisant les mêmes effets dans les mêmes conditions, on assiste encore à des tensions, à des violences et à des actes de vandalisme lors du scrutin du 21 avril dernier. Au cours de ces élections couplées des municipales et régionales, des propos que l’on n’aurait jamais imaginé sortir de la bouche d’un allié sont proférés, des actes de violence de toute nature. Les militants du Pdci qui font une fois de plus les frais de la violence des extrémistes du Rdr sont plus qu’exténués, ils ne supportent plus de vivre dans une alliance qui est mise à rude épreuve sur le terrain politique par les alliés. Pour eux, il ne reste plus qu’à tirer le rideau sur le Rhdp et faire le deuil de cette alliance qui est piétinée sur l’autel des ambitions partisanes. Jeudi dernier, Bédié a encore procédé comme il y a un an. Il a essuyé les larmes de ses militants, compati à leur peine et à leur douleur légitime, il a expliqué qu’il comprenait leur colère mais a tenu à rappeler que le comportement de quelques extrémistes du Rdr ne devrait pas conduire le Pdci à renier sa parole donnée. Que même si le Rhdp ne fonctionne pas comme il devrait, il ne fallait pas s’empresser de jeter l’eau du bain avec le bébé.
C’est certain, Bédié est un homme d’honneur et de parole, mais le Rdr doit comprendre, aujourd’hui plus qu’hier, le sens de sa responsabilité dans la survie de cette alliance. Les militants du Pdci respectent leur chef, ils acceptent parfois dans la douleur de faire des sacrifices et d’écouter leur président. Mais on se marie à deux, le Rdr doit faire sa part de sacrifice. Sinon demain risque d’être difficile, Bédié risque d’être mis en difficulté si le Rdr ne met pas de l’ordre dans ses rangs.
Il faut parfois se mettre à la place de l’autre pour comprendre sa peine.

AKWABA SAINT CLAIR



Publié le samedi 25 mai 2013  |  Le Nouveau Réveil




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !