Structure des prix du carburant en Côte d’Ivoire/ Les refondateurs nous grugeaient. Les républicains nous grugent encore plus.

Lundi 11 Février 2013 - 00:05


Structure des prix du carburant en Côte d’Ivoire/  Les refondateurs nous grugeaient. Les républicains nous grugent encore plus.

L’infernal quadrupède l’a raconté dans son édition N°124 du mardi 29 janvier 2013. L’augmentation de 18FCFA du prix du l’essence dite super à la pompe avait pour objectif initial de permettre au budget de l’Etat de continuer à supporter le coût de la subvention sur le gaz domestique. Mais le gouvernement en a profité, assuré de l’apathie de ce peuple qu’on peut tondre jusqu’à la peau sans qu’il ne bronche, pour faire d’une pierre, deux coups. Il a augmenté les prix des deux produits en même temps. On dit merci qui ? Mais le plus drôle dans l’histoire, c’est que le parti au pouvoir, le Rdr, avait permis aux Ivoiriens de comprendre, en 2009, lorsque le régime de Laurent Gbagbo avait aveuglément augmenté les prix des produits pétroliers à la pompe, combien ce gouvernement volait les Ivoiriens. Deux ans après la chute de Laurent Gbagbo et l’installation dans son fauteuil (pour parler comme Simone Gbagbo), du champion du Rdr, notre président Alassane Ouattara, « L’Eléphant » vient de réaliser, en comparant des documents inédits sur lesquels il a mis la patte avec ceux produits en 2009 par le Rdr, que l’actuel gouvernement n’a rien à appren- dre de celui de Gbagbo.

"Des mesures de simple bon sens"

C’est à croire que les dirigeants actuels manquent tout bonnement de « bon sens ». Parce que,  sous la plume d’une certaine Touré Maférima, présidente de la Commission Technique Mines et Energies, avait suggéré à Gbagbo, pour éviter d’étrangler les Ivoiriens avec son aug- mentation de l’essence à hauteur de 22%, du diésel à hauteur de 44%, de ré- duire les prélèvements (sauvages) de l’Etat, d’optimiser la structure des prix par ajustement du niveau de péréquation transport ;  de vérifier les montants collectés et la mise en œuvre des excédents collectés au titre de la péréquation transport ; de supprimer  le prélèvement pour Stock de Sécurité. Mais citons directement notre experte en Energie : « Les nouveaux tarifs vertigineux qui viennent d’être annoncés, ainsi que la structure des prix telle qu’elle se présente, indiquent qu’aucune de ces mesures de simple bon sens et de bonne gouvernance pour l’intérêt du plus grand nombre, n’a été prise en compte. En définitive, seul le consommateur paie. L’Etat n’a pas réduit la valeur absolue de ses prélèvements. Il n’a pas été tenu compte des « matelas » financiers constitués. La base taxable n’a pas changé (200 frs CFA par litre) indiquant que le niveau de prélèvement de l’Etat reste identique, en valeur absolue à 155,606 frs CFA. Ce qui offre une grande marge de réduction que l’Etat aurait pu consentir au profit du consommateur. Le prélèvement de péréquation n’a pas changé. Le prélèvement pour stock de sécurité est reconduit alors qu’il n’a aucune justification ou explication (…)» Dans sa volonté de défendre les pauvres ivoiriens, le Rdr n’avait pas manqué de se lamenter surtout sur l’impact que la décision de Gbagbo allait avoir sur la vie des travailleurs : « Au sujet de cette augmentation sauvage des prix du carbu- rant, le cas spécifique du Gasoil nous interpelle gravement (…)Le travailleur ivoirien qui voit son pouvoir d’achat di- minuer tous les jours (gel des salaires combiné avec une inflation endémique) devra désormais consacrer une part encore plus grande de ce salaire de misère au transport, pour se rendre à son lieu de travail…» Les grévistes qui sont en ce moment traqués, arrêtés, jugés et condamnés à des peines d’emprisonnement ferme apprécieront. Eux qu’on ose fouetter aujourd’hui parce qu’ils réclament une petite amélioration « de ce salaire de misère… » Et ce Gbagbo qui ne rendait aucun compte aux Ivoiriens sur la structure des prix du carburant. Il en avait entendu des belles : « Il est donc temps que le Minis- tre des Mines et de l’Energie et ses structures  compétentes sous tutelle en la matière, rendent compte à la nation sur la gestion de la structure des prix. Dans cette attente et à titre transitoire et conservatoire pour 90 jours, nous demandons que la hausse des prix à la pompe soit ramenée au niveau moyen des prix du Mali, du Burkina-Faso, et du Niger, pays frères de l’hinterland dont la majeure partie des produits pétroliers viennent de la SIR, notre raffinerie et de notre port, le Port d’Abidjan… »

Et le RDR ouvrit les yeux des ivoiriens.


Devant l’entêtement du régime Gbagbo de ne pas montrer aux Ivoiriens la réalité sur la structure du prix du carburant, le Rdr, par un acte citoyen, avait permis aux Ivoiriens de découvrir combien ils étaient volés. Dans un pays qui produit du pétrole et qui le vend à ses citoyens à un prix plus élevé que celui pratiqué dans les pays qui achètent ce même car- burant avec lui. (Voir tableau). Ainsi, le Rdr avait permis d’avoir une idée des nombreuses taxes appliquées sur le prix d’achat à la SIR (Société Ivoi- rienne de Raffinage). On retiendra de ce tableau que selon le Rdr, la TSU (Taxe Spécifique Unique) s’établissait à pratiquement 155,606FCFA pour le super sans plomb, 37, 490FCFA pour le gasoil, 2,8FCFA pour le pétrole. Taxes auxquelles il faut ajouter aussi pour l’essence, le droit d’entrée de 20FCFA, 10FCFA pour le pétrole, 20FCFA pour le gasoil. 2FCFA pour la redevance statistique pour les trois produits ; 67,969FCFA pour le super au niveau de la TVA cor-douanier, 38, 664FCFA pour le pétrole, 46,708FCFA pour le gasoil ; 1,250FCFA pour la redevance portuaire pour les trois produits ; 17,500FCFA de péréquation transport pour les trois produits (une taxe dont le Rdr ne voulait pas entendre par- ler en 2009), 6FCFA pour le stock de sécurité au niveau des trois produits ; 0,2FCFA redevance Sydam pour les trois produits ; 4,491FCFA de parafiscalité… Il suffit donc d’un acte de bon sens qui devait consister selon le Rdr, pour l’Etat, à renoncer un certain nombre de taxes pour que le prix à la pompe baisse automatiquement pour sauver les Ivoiriens. Il suffisait aussi de changer la base taxable soit 200FCFA, pour que les popula- tions poussent un ouf de soulagement. Mais (...) Gbagbo n’a rien voulu entendre et a laissé en l’état, ces nombreuses taxes jusqu’à sa chute.
La taxe spécifique unique sur les produits pétroliers (TSPP)
 Parvenu au pouvoir en 2011, le Rdr a posé, dès les premiers jours d’exercice du pouvoir, un acte historique. A la surprise générale, les nouveaux dirigeants ont laissé intactes les nombreuses taxes qui alourdissaient depuis 2009, le prix du carburant à la pompe. La Taxe spécifique qui était de 155,606FCFA en 2009 était, entre-temps passée à 220FCFA pour le Super, avant l’arrivée du Rdr qui, ignorait sans doute tout de cela.   Selon un document très instructif que « L’Eléphant » a pu consulter, ces 220FCFA se composent comme suit : 20FCFA par litre sur le Super pour le 3ème pont (et les Ivoiriens devront encore payer 700FCFA par passage sur ce pont, non de Dieu) ; 16FCFA par litre sur le Super pour le FER (Fonds d’Entretien Routier), 40FCFA par litre sur le Super pour la dette de la SIR (dit-on et nulle ne sait en quelle année les consommateurs finiront de payer cette dette alors que les créanciers ont été entièrement rembour- sés) ; 10FCFA pour le stock de sécurité de l’armée. La question est de savoir pourquoi continue-t-on à prélever ces 10FCFA si le stock en question a été constitué. A quoi sert l’argent qui est prélevé chaque année pour ce même stock ? Mais ce n’est pas fini. Les consomma- teurs payent encore 134FCFA par litre de Super pour le budget de l’Etat. En plus de toutes les autres taxes…souriez ! Pour le gasoil, les Ivoiriens payent au total 120FCFA. Soit, 20FCFA pour le 3ème pont (eh oui !) ; 16FCFA par litre pour le FER ; 40FCFA par litre pour la dette de la SIR ; 10FCFA pour la dota- tion de l’armée ; et 34 FCFA par litre pour le budget de l’Etat. Enfin pour le pétrole, essentiellement utilisé par les pauvres qui vivent dans les zones rurales pour s’éclairer, l’Etat prend 25FCFA par litre comme taxe spécifique. Juste pour la participation au bud- get de l’Etat. Ainsi, lorsque le planteur d’anacarde ou de cacao achète un litre de pétrole à 550FCFA, il verse 25FCFA au budget de l’Etat, en plus du droit unique de sortie qui est prélevé sur chaque kilogramme d’anacarde ou de cacao qu’il vend. Mais, non seulement le Rdr n’a pas osé diminuer ces prélèvement « sauvages » pour soulager les Ivoiriens, mais en plus, il a assisté sans broncher, à une énième augmentation du prix du litre du Super à la pompe. Sur l’échelle du mensonge politique et de l’inconséquence, il est difficile de faire mieux.
 

Le fonds d'entretien routier


 Cette structure qui était également dans le viseur du Rdr à l’époque, a reçu, de 2008 à 2010, la somme totale de 34.884.495 (trente-quatre  milliards huit cent quatre-vingt-quatre millions quatre cent quatre-vingt-quinze) FCFA. Argent collecté uniquement dans l’ex-zone gouvernementale et provenant des poches des consommateurs d’essence et de ga- soil pour l’entretien des routes. Quand on sait l’état dans lequel se trouvaient les routent ivoiriennes avant l’élection pré- sidentielle de 2010, on imagine l’am- pleur du travail abattu par les anciens dirigeants de cette entreprise. En raison sans aucun doute de la crise post-électorale, cette entreprise n’a pu recevoir que seulement 2,6 milliards de FCFA en 2011 (voir tableau). Maintenant que le pays est réunifié et que les prélèvements sont théoriquement faits sur toute l’étendue du territoire, on ima- gine ce qu’elle a obtenu en 2012. Surtout au rythme où les simples nids de poule sont bouchés… Depuis la dernière augmentation du prix du Super et du gaz, « L’Eléphant » tente de localiser l’experte en Energie du Rdr, Touré Maférima, pour une interview révolutionnaire. En vain. Mais, promis-juré, dès que « L’Eléphant » la localise, il lui posera une seule ques- tion. Alors, il volait, le gouvernement de Gbagbo ?

Daniel  sovy.

Source: L’éléphant déchaîné N°127 du vendredi 8 au lundi 11 février 2013
 





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !