Soutenance de thèse: De la bonne gouvernance en Côte d'Ivoire en question.

Mardi 12 Mars 2013 - 08:15


Docteur Jonas Zadi et les Membres du Jury
Docteur Jonas Zadi et les Membres du Jury
Le 18 février dernier, l'Université de Paris Est a enregistré dans ses annales une nouvelle thèse de doctorat de droit public. Une thèse sous la direction de Madame Sylvie Ciabrini, Professeur de droit public à l'Université de Paris-Est, soutenue avec brio par Jonas Zadi, enseignant de droit public dans la même université. "La question de la bonne gouvernance et des réalités sociopolitiques en Afrique: le cas de la Côte d'Ivoire", tel était le thème de sa thèse, résultats d'un long chemeninement intellectuel marqué d'embuches et de sacrifices consentis par l'impétrant.
Devant un jury de cinq professeurs, présidé par le Professeur Fereydoun Khavand de l'Université Descartes, et un public composé de parents, camarades, amis et étudiants, Jonas Zadi a présenté les résultats de ses travaux.
Dans son exposé, l'impétrant a procédé à une analyse sémantique et conceptuelle de la notion complexe de Bonne Gouvernance, afin d’ éclairer son sens qui remonte à des origines lointaines.
s'originant dans le monde des entreprises, la bonne gouvernance, a été transposées, au fil des années dans la sphère des affaires publiques, pour satisfaire au mieux les affaires de l'Etat. "En tant que thérapie, mise en place par les institutions internationales à la fin des années 80 pour sortir les Etats africains, souvent corrompus, du tunnel de la misère et du sous-développement, elle s’est révélée inefficace.", a soutenu Jonas Zadi.
Exliquant les causes de cet échec, il les a imputées à au "jeu politique influencé par des liens claniques, familiaux, tribaux… qui mettent l’intérêt des groupes au dessus de l’intérêt général, engendrant une déliquescence de l’Etat, avec une absence d’éthique , de responsabilité , de clarté dans la prise de décision, dans des sociétés où la quête de la démocratie est marquée du sceau de la démagogie, avec une prime accordée à l’opacité dans la gestion des affaires publiques."
Cette quête d’efficacité,sous-tendant la notion de bonne gouvernance, est contrebalancée par le poids des traditions et des pratiques inhérentes au monde du tiers-monde, choses qui rendent la gestion des affaires publiques difficilement efficace, et instaure un cycle de prédation alternative des maigres richesses de l’Etat. Mais selon l'impétrant, les causes de l'échec de la bonne gouvernance n'émanent pas seulement des réalités endogènes aux Etats. Elles sont aussi d'origine exogène. En effet, le champ politique subit "l’emprise du monde extérieur, qui influence les prises de décisions, avec des acteurs publics souvent soumis aux injonctions de ce monde capitaliste, dans un monde aujourd’hui marqué du sceau de la globalisation et de la mondialisation, phénomène qui ont de nombreuses incidences sur le fonctionnement de nos Etats." Cette thèse a été également une critique de la gouvernance des gouvernements successifs de la Côte d'Ivoire depuis l'indépendance, qui n'ont pu réellement apporter le bien-être socioéconomique espéré par les ivoiriens.
Après sa brillante intervention, Jonas Zadi a été fait Docteur de droit public par les membres jury ayant apprécié la très bonne qualité du travail, qui n'a pas manqué d'apporter des réponses "satisfaisantes" à leurs questions et préoccupations.
Il y a de quoi à espérer que la question de la bonne gouvernance soit au coeur des préoccupations politiques du NPR, le jour où ce parti, dont Jonas Zadi est le porte-parole, parviendra à réaliser son ambition de quête du pouvoir.
Jonas Zadi, enseignant à l'université de Paris-Est, est par ailleurs titulaire d'un master en management public et gestion des collectivités territoriales, d'un DEA de philosophie politique et d'une Maîtrise d'Administration publique.

Marc de Sophia
 
 




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !