Soro Guillaume, un criminel qui doit payer.

Mardi 8 Décembre 2015 - 11:15


Secrétaire général de la FESCI ( Fédération estudiantine et scolaire de Côte d'Ivoire ) dans les années 90, Soro Guillaume apparaissait à mes yeux comme l'un des modérés de ce syndicat estudiantin engagé dans un bras de fer quasi - permanent avec le régime d'Henri Konan Bédié. Mais cela n'était qu'apparence, au sens de ce qui ne laisse pas transparaître le fond, l'essence, ce par quoi l'individu peut être défini, sans pour autant être figé ou choséifié dans une définition.
Cependant, il y a des circonstances qui laissent transparaître le fond, annonçant ainsi l'éclipse de l'apparence. C'est en ce moment que surgit la contraction ,parfois scandaleuse, entre l'être et ce qui, jusqu'ici, était dit ou pensé de l'être.
Pour Soro Guillaume, ce moment de rupture survint le 19 septembre 2002, lorsqu'il revendiqua urbi et orbi être le Secrétaire Général du MPCI (Mouvement patriotique de Côte d'Ivoire), cette rébellion qui venait d'attaquer le pays et saper les fondamentaux de la nation en opérant sa division, non sans avoir fait couler le sang de dignes et innocents citoyens. Depuis lors, les mains de Soro Guillaume étaient tachées de sang.
Pour qui a désappris à sacraliser la vie, tuer devient un jeu d'enfant. Et Soro Guillaume a bien pris plaisir à ce jeu. Il s'en délecte inlassablement. C'est, pour le moins qu'on puisse dire , ce qui ressort des écoutes téléphoniques de Soro Guillaume avec l'ex ministre des Affaires étrangères du Burkina Faso, Djibril Bassolé, démontrant clairement son implication dans le dernier coup d'Etat manqué qu'a connu ce pays. Le criminel Soro Guillaume y reconnaît sa responsabilité dans les assassinats en 2011du ministre Désiré Tagro et du chef rebelle Ibrahim Coulibaly.
Dans ces écoutes téléphoniques, Soro proposait aussi des assassinats de personnalités politiques Burkinabés pour non seulement faire réussir le coup d'Etat déjà en difficulté, mais aussi pour "assurer aux burkinabé une certaine paix perpétuelle".
L'accusé à la barre tente de nier les faits. Mais l'évidence est là saisissante et déconcertante.
L'homme est désormais cerné de toute part, il est temps, grand temps qu'il paie pour ses crimes. Soro Guillaume, l'homme dont la première fonction a été d'être ministre de la république, avant d'être premier Ministre, par la voie de la rébellion armée et des crimes organisés, est la honte de sa génération.
Il revient désormais à la justice de le neutraliser, afin qu'il paie pour tous ces crimes et projets criminels qui impliquent sa responsabilité.

Bobia Polinovici




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !