Sommet de l'Etat Tractations souterraines autour de Ouattara

Mardi 18 Février 2014 - 08:12


Hamed Bakayoko, Ministre de l'Intérieur du régime Ouattara
Hamed Bakayoko, Ministre de l'Intérieur du régime Ouattara
Selon les termes de l'article 53 de la constitution ivoirienne, "le Président de la République peut, par décret, déléguer certains de ses pouvoirs aux membres du Gouvernement. Le Premier ministre supplée le Président de la République lorsque celui-ci est hors du territoire national. Dans ce cas, le Président de la République peut, par décret, lui déléguer la présidence du Conseil des ministres, sur un ordre du jour précis. Le Président de la République peut déléguer, par décret, certains de ses pouvoirs au Premier ministre ou au membre du gouvernement qui assure l'intérim de celui-ci. Cette délégation de pouvoirs doit être limitée dans le temps et por- ter sur une matière ou un objet précis". Apparemment, c'est le ministre de l'Intérieur qui a les manettes de l'Etat en main et qui supplée Alassane Ouattara hors du territoire national pour cause de maladie. En son absence suite à une opération de la sciatique, le pouvoir est exercé officieusement par Hamed Bakayoko. Et non par le premier ministre Kablan Duncan. De fait, le premier policier de Côte d'Ivoire sup- plée donc le locataire du palais présidentiel, en violation des termes de la constitution ivoirienne. Samedi, selon des sour- ces introduites, il a été reçu en audience par les ambassadeurs des Etats-Unis et de la France. De quoi a-t-il été question? Rien, pour le moment, n'a filtré sur ces entretiens. Mais il est aisé de deviner que leur teneur est liée à la situation qui prévaut actuellement à la tête du pays où les rumeurs les plus fol- les circulent par la faute du pouvoir en place. En effet, depuis le communiqué officiel qui a été lu sur les antennes de la télévision natio- nale informant les Ivoiriens sur l'état de santé d'Alassane Ouattara, c'est le silence radio. Cette situation laisse libre cours à toutes les supputations. Mais pendant ce temps, le ministre Hamed Bakayoko multiplie les audiences avec des personnalités d'ici et d'ailleurs. Quant au premier ministre Duncan, il est complètement sous l'éteignoir, se contentant d'inaugurer les chrysanthèmes. De son côté, Guillaume Soro continue, comme si de rien n'était, ses missions à l'extérieur. Le président de l'Assemblée nationale se trouve en Iran où il s'est envolé, vendredi 14 février, pour une visite officielle, qui va durer jusqu'au 20 février, ce, à l'invitation de son homologue iranien, Ali Larijani. Cette visite, il faut le dire, vise à rassurer les Ivoiriens sur l'état de santé de leur chef d'Etat. Histoire de dire qu'il n'y a pas de feu en la demeure. Raison pour laquelle le dau- phin constitutionnel peut vaquer aux occupations liées à sa fonction, en quittant le territoire national. Mais il ne faut pas se laisser
abuser, car de violents courants contraires traversent le marigot de la case. Chacun affûte ses armes, pour ne pas se laisser surprendre. pour l'heure, c'est le ministre de l'Intérieur qui est en première ligne. Même si le président de l'Assemblée nationale joue les morts, il n'en demeure pas moins vigilant. Car en dépit des réticences de certaines puissances comme les Etats-Unis qui ne veulent pas le voir à la présidence, il n'en démord pas. "J'ai la constitution avec moi",répète-t-il, à l'envie, à ses proches.

 Sita Ouattara

 Source: LG infos N°663 DU LUNDI 17 FÉVRIER 2014





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !