Société secrète/ Pourquoi les rosicruciens font-ils si peur ?

LE CONTEXTE: Nous poursuivons notre plongée dans les sociétés secrètes par la Rose-croix
L’ENJEU: Nous avions certes publié le témoignage d’un ex-rosicrucien mais nous n’avions pas encore ex- posé une telle étude de la Rose-croix.

Jeudi 26 Décembre 2013 - 00:05


Société secrète/ Pourquoi les rosicruciens font-ils si peur ?
Bien qu’il ne s’agisse que de la Rose–Croix (AMORC) dans cette étude, elle pourrait s’appliquer, quant au fond et en ses conclusions à n’importe quel autre ordre ésotérique (Eckankar, Mahikari, Nouvel Age, etc.). En lisant et en méditant le présent article, gardez en esprit ce qui suit : « Toute doctrine ou toute voie qui éloignerait du Christ ou n’y conduit pas serait une doctrine fausse ou une voie suspecte » (cf. P. Marie Eugène de l’Enfant Jésus in « Je veux voir Dieu », éd du Carmel ,1988»). Moins une secte religieuse qu’un syncrétisme d’origine gnostique et alchimique, de type initia- tique, faisant la synthèse de la connaissance de la nature, du secret des forces cosmiques, du mystère du temps et de l’espace, avec les pouvoirs mystiques des religions ou sagesse d’Egypte, de Babylone, de Grèce et de Rome. L’ancien et mystique ordre de la Rose-Croix (AMORC) s’inspire aussi du Christianisme. Doctrine Selon les rosicruciens, ce que Jésus a révélé n’était destiné qu’à un petit nombre. Les Eglises l’ont caché ou laissé de côté. Seuls les rosicruciens en sont dépositaires. «Le but est de prendre le relais de l’Eglise. L’intellect réclame une explication logique. La terre est une grande école à laquelle nous retournons en nous réincarnant » (cf. Dictionnaire des religions). L’astrologie est une part importante de l’enseignement donné, car elle permet de disposer de pouvoirs. Une large tolérance est admise : tout rosicrucien peut s’adresser au dieu de sa religion ou de son cœur. Le savoir est conféré de manière confidentielle et privée dans la tradition des grands initiés. Le but de la Rose-Croix est d’initier chacun de ses membres aux lois et aux forces secrètes qui régissent l’homme et l’univers. Ceci
est supposé permettre au rosicrucien d’acquérir une « maîtrise de la vie » grâce à laquelle il pourra diriger sa vie comme il vaudra avec efficacité et suc- cès. Afin de dissiper toute inquiétude à son sujet, l’ordre rosicrucien se définit autrement : « Il n’est ni une religion, ni un mouvement philosophique et traditionnel mondial. Il s’interdit ouverte- ment toute discussion, activité ou programme de nature religieuse et précise que son enseignement n’est aucun égard dogmatique » (Maitrise de la vie, p31) .Ce qui fait conclure par l’ordre rosicrucien que son enseignement est parfaitement compatible avec toute religion, y compris avec la foi chrétienne. Sa devise est « la plus large tolérance dans la plus stricte indépendance ». Bien des rosicruciens prétendent faire preuve d’un réel et légitime désir de vérité, et de beaucoup de dynamisme dans leur quête spirituelle. Sommes-nous obligés d’aller chercher ses valeurs en dehors de l’Eglise ? Il s’avère alors légitime de se poser certaines questions sur l’ordre de la Rose- croix. Que penser de la Rose -Croix ? Répondre à cette interrogation est un droit et un devoir pour tout esprit soucieux de vérité et de sagesse, pour tout chrétien. Il ne s’agit ici nullement d’ être intolérant, mais d’ être intelligent. Quatre questions se posent à nous face aux déclarations rosicruciennes précitées : 1- La Rose-Croix n’est-elle pas une religion ? 2- Peut-on être chrétien et rosicrucien? 3- La Rose-Croix n’est-elle pas une secte ? 4- Quel est le vrai but de la Rose-Croix?

1 - LA ROSE-CROIX N’EST-ELLE PAS UNE RELIGION ?

Non, prétendent les rosicruciens. Selon eux, leur mouvement n’est pas une religion et n’est « à aucun égard dogmatique.» Nous avouons quant à nous ne pas bien comprendre. Car la doctrine rosicrucienne repose sur de véritables dogmes, sur une profession de foi, la- quelle commence toujours ainsi : « Je sais que Dieu est conscience cosmique » « Je sais que la création est ainsi composée » « Je sais que l’homme est segment de la conscience cosmique » De telles affirmations sont typiques d’une croyance. Elle n’est rien de philosophique ou scientifique, car la science ne peut rien affirmer sans l’avoir démontré à partir de l’expérience humaine. L’enseignement rosicrucien n’est donc pas, à proprement parler une véritable philosophie, son syncrétisme est aux antipodes de la démarche philosophique, laquelle n’affirme rien sans l’avoir d’abord démontré à partir de l’expérience du réel. Or l’enseignement rosicrucien repose sur des traditions et sur de véritables dogmes, sur une profession de foi qui commence toujours par « je sais que… ». (Profession de foi de San José, 1930) Un enseignement secret, et hermétique refusant toute confrontation ouverte Enfin, la Rose-Croix ne cache pas qu’elle a des temples et des pratiques pour entrer en contact avec les plus grandes instances spirituelles (conscience cosmique, sanctum céleste, etc.). Difficile d’admettre ensuite que la doctrine rosicrucienne est philosophique, et qu’elle n’a rien d’un mouvement religieux ! Le caractère prétendument non-religieux de la Rose- Croix n’est qu’un leurre destiné à endormir toute méfiance.

1- Peut – on être Chrétien et Rosicrucien ?

Oui, nous répondent inlassablement les rosicruciens. Mais voyons plutôt. Dans leur revue la Maîtrise de la vie, il est af- firmé que : « le surnaturel n’existe pas. Tout résulte de lois cosmiques et naturelles. Il n’y a pas de mystère, sauf ce que notre ignorance et notre incompréhension nous font considérer comme tel. Il n’y a pas de plus grand bonheur que celui éprouvé à explorer la nature de notre être et l’univers dans lequel nous vivons » (éd. 1983 p 15). Une pareille négation du surnaturel et des mystères divins, ainsi que cette conception païenne du plus grand bonheur, tout cela est en fragrante contradiction avec la révélation biblique, révélation du mystère de Dieu et de notre éternel bonheur en lui.  Dans la confession rosicrucienne, Dieu est réduit à une force vitale : c’est la « Vie Universelle », la « conscience Cosmique », la « Grande Ame Universelle ». Le Dieu rosicrucien n’est fina- lement qu’une énergie diffusée dans l’univers, anonyme, impersonnel. C’est là du pur panthéisme. Dieu et l’univers finissent par se confondre. Cela revient à nier le Dieu créateur et Père tel qu’il s’est révélé à nous dans la Bible et l’his- toire Sainte. Jésus Christ : selon les ro- sicruciens, sa divinité, sa résurrection, son ascension, etc. ne seraient pas réelles, mais symboliques. Celui – ci ne serait pas vraiment mort sur la Croix : il aurait tout simplement été réanimé après sa crucifixion. Il serait ensuite parti en Inde s’initier jusqu’à 70 ans à la mystique rosicrucienne pour en devenir Grand Maître. De pareilles fables (où sont les preuves historiques ?) ne sont qu’une grossière mascarade de la foi chrétienne et une aberration face aux recherches scientifiques et historiques sur les Evangiles. Le péché : pour les rosicruciens, il n’y a pas de faute morale : le péché se réduit à la simple ignorance des « mystères cosmiques ». Notre seul péché, c’est notre ignorance. Ils affirment qu’en faisant de nous rosicruciens nous nous sau- verons nous-mêmes ! Plus besoin d’un Sauveur ni d’une rédemption ! Ø La ré- surrection : chez les rosicruciens, celle- ci est remplacée par la réincarnation, une croyance ici encore en parfaite contradiction avec la foi chrétienne et avec une lecture de la Bible (Hébreux 9, 27). Face à ces croyances rosicru- ciennes, il est impossible d’être à la fois chrétien et rosicrucien. Ø La Bible ré- cupérée : bien de rosicruciens se réfè- rent encore à la Bible. Attention ! Ils interprètent celle-ci d’une façon complètement étrangère à la lecture chrétienne et objective de la parole de Dieu, en se moquant des règles les plus élémentaires des sciences bibliques (exé- gèse, archéologie etc.). C’est ainsi, qu’ils récupèrent la Bible dans le sens de leur doctrine. DES PRETRES ET PASTEURS ROSICRUCIENS ? Cela reste à prouver. Car les rosicruciens cherchent à récupérer sans scrupule de grandes personnalités, des savants, des philosophes, des artistes et même de grands théologiens. Ils nourrissent l’ambition même de faire des Papes . . . et pour finir de Jésus Christ lui-même rosicruciens ! Où sont les preuves ? Et même s’il se trouve réellement quelques prêtres ou pasteurs rosicruciens, cela ne prouve seulement que leur désolante naïveté ou pire leur mensonge et leur trahison. Des traîtres dans l’Eglise, il en a toujours existé depuis Judas. Ce dernier était pourtant l’un des douze Apôtres choisis par le Christ ; mais j’espère que vous n’allez pas me le citer comme exemple à suivre ! De même pour nos hommes d’Eglise « rosicruciens » ou appartenant à des sociétés ésotériques comme la franc – maçonnerie. Bref, tout le monde a droit à ses opinions. Mais pour ce qui est de la prétendue compatibilité entre doctrines chrétiennes et rosicruciennes, laissez l’Eglise en juger ! Cela d’ailleurs est déjà fait. Les Eglises Catholiques et protestantes sont unanimes à dénoncer l’incompatibilité radicale entre les deux doctrines (voyez par exemple la déclaration du souverain Pontife le Pape Jean-Paul II sur l’incompatibilité entre l’appartenance à l’Eglise et la Franc- maçonnerie publiée à Rome au Siège de la Congrégation pour la Doctrine de la foi, le 26 novembre 1983).

 2- La Rose-Croix n’est-elle pas une secte ?

Non, répondent les rosicruciens. Pourtant la Rose-Croix répond bien aux caractères de la secte. A savoir : un groupe d’adeptes suivant un maître et des enseignements, fermés sur eux-mêmes, réfutant tout dialogue et toute critique rationnelle, fondés sur le secret le plus rigoureux et contraires à la foi chrétienne. Pourquoi le secret ? Réponse de la Rose-Croix : pour accéder à un enseignement supérieur, il faut y être préparé, invité ; il faut en devenir digne (c’est le « ne jeter pas vos perles aux pourceaux » selon l’interprétation rosicrucienne de Matthieu 7,6). L’accès au secret lie donc l’adepte dans une « consécration » à un enseignement, à des pratiques et à des pouvoirs auxquels il doit se soumettre. C’est ainsi que les rosicruciens se disent des « élus », des « consacrés ».

3- Quel est le vrai but de la Rose-Croix ?

La Rose-Croix prétend offrir une connaissance philosophique et scientifique supérieure. Mais attention aux apparences ! En réalité cette doctrine n’est pas vraiment philosophique et scientifique. Car elle est secrète et refuse la confrontation. Ce qui est une attitude anti-scientifique et surtout elle mélange les domaines scientifiques, mystiques et ésotériques (alchimie …) ce qui lui in- terdit de revendiquer sérieusement le label de la rationalité scientifique. Il en résulte un amalgame de spéculations « métaphysiques » qu’on appelle une « gnose » c’est-à-dire un prétendu « savoir absolu », sorte de panacée de tous les mystères de l’univers. Cette « connaissance supérieure » apparemment très sérieuse attire ainsi les esprits avides de mystère de révélation « illu- mination ou simplement d’élitisme intellectuel ». La « maîtrise de la vie » Comme nous l’avons dit, le but de la Rose-Croix est la « maîtrise de la vie ».
L’ordre veut introduire ses adeptes dans la connaissance suprême ; celle des « mystères de l’univers » pour ainsi acquérir la maîtrise des forces vitales et des pouvoirs secrets qui nous régissent. Exemple de ces pouvoirs : le développement du magnétisme personnel, la télékinésie, la vibroturgie, la visualisation, la télépathie et le « contact » avec les maîtres, la projection du corps psychique hors du corps physique, etc. …. (Voir Maîtrise de la vie, 1988, p 25, sous les auspices de la Rose-Croix un message, p 11). De telles capacités permet- traient au rosicrucien de diriger sa vie comme il le veut, et d’exercer un puissant ascendant sur son entourage. Tout ceci est très séduisant, mais mérite la plus extrême prudence. Car tout en professant son rationalisme philosophique et scientifique, la doctrine rosicrucienne s’enfonce curieusement dans les « sciences » secrètes, telles l’astrologie, la géomancie, la numérologie,… le satanisme ou l’occultisme c’est-à-dire l’ensemble des connaissances et pratiques occultes (=cachées) qui mettent en jeu des forces secrètes issues du monde des ténèbres et des esprits mauvais. Entre autres : spiritisme, magie, divination, la Rose-Croix fait appel à d’étranges rites recourant à des mystérieux symboles : miroirs, triangles, formules cabalistiques… Voilà bien la grande tentation de l’« antique serpent » qui depuis toujours, nous invite à l’orgueil et à la domination : « vous serez comme Dieu, grâce au « savoir suprême » qui donne la puissance et la maîtrise de la vie » (cf. Gn 3). ROSE-CROIX ET FRANC-MA- CONNERIE : quelle différence ? La Franc-maçonnerie naquit de la Rose- Croix au 18e siècle et hérita de son ca- ractère gnostique et occultiste. Un ancien franc-maçon et rosicrucien affirme « avec le recul, je perçois que le chrétien est beaucoup plus en danger dans la Rose-Croix que dans la Franc- maçonnerie où conventions métaphysiques et spirituelles sont laissées à la libre appréciation de chacun. Chez les rosicruciens, c’est toute la foi chrétienne qui est contestée par l’enseignement du Maître » (Dr M. Caillet, Famille chré- tienne du 30 septembre 1993 p 51).

ROTARY ET ROSE-CROIX


Le Rotary est une association de membres issus des milieux d’affaires ou des professions libérales se consacrant à l’action humanitaire. A ne pas confondre avec la Rose-Croix … quoique le Rotary fut fondé par un rosicrucien ! Et comme il rassemble des personnes influentes de notre société, il est amplement imprégné de la Rose-Croix, au point de devenir un milieu prospère au recrutement d’adeptes. Ceci n’empêche que de nombreux rotariens n’ont rien à voir avec la Rose-Croix. Gardons de tout mélanger, encore moins de tout diaboliser.

CONCLUSION

Derrière l’apparente innocente de la Rose-Croix, nous avons constaté que : Sa prétendue tolérance religieuse cache une perversion de la foi chrétienne Elle est sectaire dans ses secrets et son élitisme Par son caractère initiatique, elle s’enfonce dans l’occultisme Que dire des prétentions « fraternelles » et « humanitaires » de la Rose-Croix, quand cette dernière ne vise qu’à l’efficacité, la réussite et la domination d’une minorité de privilégiés, le grand nombre étant jugé indigne de ses enseignements. La Rose-Croix serait-elle une « échelle » vers le pouvoir et la domination ? Que penser enfin du sérieux de la Rose-Croix quand celle-ci se fonde sur des faits historiques (Ex : les prétendues personnalités rosicruciennes et les fables sur Jésus Christ ? Que penser du sérieux de la Rose-Croix quand celle-ci professe une doctrine pseudo-scientifique et une philosophie très discutable ? La Rose-Croix perd toute crédibilité. Elle verse dans l’obscurantisme (refus de rationalité).

Que faire ?

Puisque doctrine rosicrucienne et foi chrétienne sont foncièrement inconciliables et même opposées, les chrétiens ‘’rosicruciens’’ sont instamment priés de se décider entre l’un et l’autre. C’est avant tout une question d’honnêteté intellectuelle et de courage. Oui, ami lecteur, c’est à toi de choisir. Choisis le (s) Maître (s) que tu veux suivre et servir : - Ou bien les grands Maîtres rosicruciens (ou d’autres Maîtres suprêmes) - Ou bien JESUS – CHRIST, Source d’eau vive et Lumière du monde. - « Nul ne peut servir deux maîtres : ou il haïra l’un et aimera l’autre ou il s’atta- chera à l’un et méprisera l’autre » (Matt 6, 24). A toi de choisir entre le pouvoir et la richesse à tout prix, ou la Vérité et la Vie éternelle. Ce choix est le plus im- portant de ton existence. Ta vie entière en dépend, surtout ton éternité, ainsi que la vie des tiens que tu peux influencer pour le meilleur ou pour le pire. Ne crois pas que ce choix te condamne à l’échec, et que sans l’appui de la Rose- Croix tu ne pourras percer dans la vie et dans la société. Beaucoup de gens importants et haut placés suivent leur conscience et réussissent sans s’assujettir à la Rose-Croix, à la Franc-maçonnerie ou autres sociétés secrètes. Et surtout n’oublie pas : les avantages matériels et les autres promotions obtenues par des moyens ténébreux sont des cadeaux empoisonnés qui se paient tôt ou tard. « Que sert-il à l’homme de gagner le monde entier s’il perd son âme ? » (Mt 16,26) Dieu ne te promet pas la facilité, mais bien plutôt la paix, la liberté, la joie en abondance ici bas (Mc 10, 18- 30), avec l’éternité bienheureuse. A condition que tu Le choisisses avant tout comme le Seigneur et Sauveur de ta vie et Lui en restes fidèle.■

Cyriaque SOUNOU

Sources : Brochures de la Rose-Croix : - Maîtrise de la vie, éd 1988 - Revue Rose-Croix Documents sur la Rose-Croix - Pourquoi je dis non à la Rose-Croix, Jean Benoît Casterman - Revue Buisson ardent N°9 - Le Chrétien face à la Rose-Croix, P. Meinrad Hegba, 1986 - Paul POUPARD, Dictionnaire des Re- ligions, Paris, 1985
Aujourd’hui / N°536 du Mardi 24 au Mercredi 25 Décembre 2013




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !