Situation gravissime en Côte d’Ivoire/ Le NPR (ex-COPACI) saisit François Hollande et exige un gouvernement de transition.

Vendredi 24 Août 2012 - 07:23


Situation gravissime en Côte d’Ivoire/ Le NPR (ex-COPACI) saisit François Hollande et exige un gouvernement de transition.
INSECURITE ET GRAVES VIOLATIONS DES DROITS DE L’HOMME EN CÔTE D’IVOIRE DU RHDP: LE NPR SAISIT FRANCOIS HOLLANDE ET EXIGE UN GOUVERNEMENT DE TRANSITION


A son excellence Monsieur François Hollande Président de la République Françaises
S/C de Monsieur le Ministre des Affaires Etrangères
Excellence Monsieur le Président,
Le Nouveau Parti pour le Rassemblement (NPR) ex-COPACI, Parti politique Ivoirien qui se veut le creuset de la diaspora Ivoirienne vous a adressé ses vives félicitations lors de votre brillante élection à la tête de la République Française. Au delà d'une simple formalité d'usage, nous avions exprimé notre sincère admiration pour votre noble vision pour la France, guidée par votre sincérité qui rompt avec la politique politicienne. Pour nous, votre accession à la tête de l'Etat Français sous le thème du changement, traduit l'espoir d’un véritable changement dans les relations entre la France et l’Afrique en général, et entre la France et la Côte d'ivoire en particulier. Ce changement pour nous, suppose la fin du néocolonialisme légendaire honteusement baptisé " la Françafrique" dont le triste bilan s’illustre par des guerres, des génocides et un processus d'appauvrissement toujours croissant des populations. Le respect des institutions et de leurs titulaires, si imparfaites soient-elles, constitue le socle de vos démocraties, principes auxquels l'Afrique aspire. Ceci étant, le vrai changement, c'est d'abord et surtout la rupture avec le soutien aveugle apporté aux rebellions sans foi, ni loi dont les atteintes meurtrières à l'autorité des Etats ont déjà fait assez de morts et endigué le développement du continent. Le vrai changement c'est la fin du soutien apporté aux ennemis des instituions et de leurs chefs, sous le fallacieux prétexte qu'ils combattent des dictateurs qui exterminent leurs populations. C'est pourquoi le vrai changement disons-nous, c'est la fin de cette supercherie qui consiste à faire croire que les démocrates sont des dictateurs, afin de faire la guerre aux chefs d'Etats qui osent dire non à l'exploitation des ressources de leurs pays et refusent la complicité avec les puissances occidentales . En Côte d'ivoire, la France a capturé le Président Laurent Gbagbo , commis en complicité avec la rébellion de nombreux crimes de guerre et de nombreuses violations de droits de l’Homme , ce, par son armée , aidé les rebelles en leur facilitant l'accès de la résidence du Président Laurent Gbagbo, participé aux arrestations de son épouse, la député Simone Gbagbo , son fils Michel Gbagbo, et participé à l’assassinat de l'un de ses ministres Désiré Tagro . Le fait pour la France de ne jamais condamner ces crimes, ni les dénoncer, constitue pour nous un acte de complicité. Dans ces conditions, nous disons que le vrai changement dans les relations Franco-africaines, c'est la renonciation de la France à ces tristes desseins en Afrique dont le bilan en perte de vies humaines est très lourd. Aussi, avons-nous l'intension de faire de ce second courrier, un moyen de vous interpeller sur l’épineux dossier ivoirien.

Nous savons que ce dossier demeure certainement l'un des plus sensibles et délicats dont vous avez hérité de votre prédécesseur en matière de politique étrangère. Excellence Monsieur le Président, le NPR (ex-COPACI), voudrait d'abord rappeler la grave situation face à laquelle la Côte d'Ivoire se trouve confrontée, et le chaos que votre prédécesseur a installé. Devant cette réalité, notre Parti voudrait exprimer sa farouche opposition au régime dictatorial et illégal de Monsieur Alassane Dramane Ouattara, en Côte d’ivoire, personnage monstrueux pour son peuple, que vous avez récemment reçu à l'Elysée, en l'absence d'informations justes sur les conditions antidémocratiques et anticonstitutionnelles de son accession au pouvoir, ainsi que sur son bilan catastrophique en matière de démocratie et de droits de l’Homme. Pour finir le NPR (ex-COPACI), aimerait vous faire part de ses propositions voire de ses exigences pour une sortie de crise que certains croient acquise, quand bien même le pouvoir en place compte chaque jour ses lots de morts et de violations de droits de l’Homme, de prisonniers et d'exilés politiques, dont le tort consiste à être des partisans du Président déchu par la force des armes. Excellence Monsieur le Président, après l'avènement d'une rébellion armée soutenue par la Communauté Internationale sous l'impulsion de la France, la Côte d'ivoire offre l’affreux spectacle de viols collectifs, de chasse à l’Homme, de crimes impunis et de nombreuses arrestations arbitraires, sur les partisans du Président Gbagbo, qui viennent de voir le siège de leur parti incendié , spectacle quotidien auquel l’on assiste depuis le coup d'Etat du 11 avril 2011 . Afin d’ouvrer pour un retour à un véritable Etat de droit, et mettre fin à l’aventure d’un régime ethno- tribal, qui s’illustre par l’occupation de la totalité des appareils de l'Etat par des personnes issues d’une même région, et d’éviter que l'horrible scenario entre les Hutu et les Tutsi au Rwanda se produise, nous proposons : Premièrement, un traitement judiciaire du contentieux post-electoral. Deuxièmement, la mise en place d’une justice internationale pour la Côte d'ivoire. Troisièmement, un véritable processus de réconciliation nationale comprenant tous les acteurs majeurs de la politique ivoirienne et le retour des réfugiés en Côte d’ivoire en garantissant leur sécurité. Quatrièmement, la fin des exactions sur les populations civiles par les partisans de Monsieur Alassane Dramane Ouattara. Cinquièmement, la démission du gouvernement en place en Côte d’ivoire. Sixièmement, la dissolution de l’Assemblée Nationale, qui n'est pas représentative du peuple Ivoirien. Enfin, le désarmement effectif des milices et des chefs de guerre, qui traumatisent les populations civiles. Excellence Monsieur le Président, ce qu'il reste aujourd'hui de la Côte d'Ivoire, résultat de la politique de votre prédécesseur en violation de la charte de l'Organisation des Nations Unies qui consacre la non-ingérence dans les affaires intérieures des Etats, est une triste réalité. Par conséquent, le NPR exprime son opposition à ce régime et vous saurait gré de refuser toute coopération avec un régime dont les graves entorses faites à la démocratie, au droit international, et aux droits de l’Homme restent aussi patentes. En revanche le NPR a l'honneur de solliciter votre médiation pour la formation d'un gouvernement de transition issu d'une table ronde de tous les partis politiques et de la société civile.
-Le règlement du contentieux judicaire en matière de crimes de guerres, de violations de droits de l’Homme.
-La coopération avec le Tribunal Pénal International pour la Cote d'Ivoire.-L'organisation de nouvelles élections libres et transparentes.
Excellence Monsieur le Président, croyant fermement en votre capacité et en votre sagesse politique, le NPR espère que vous contribueriez à la remise de la Côte d'Ivoire sur les rails de la démocratie et que vous saurez imprimer à l'amitié entre la France et la Côte d'Ivoire votre sincérité.
Le NPR souhaite que sous votre impulsion, la communauté internationale agisse maintenant pour prévenir de nouvelles violences dont les signes annonciateurs sont déjà perceptibles. Dans cette attente et en comptant sur votre sens aigu de l'humanisme, le NPR vous prie excellence Monsieur le Président de croire en l’expression de sa plus haute considération.

Pour le NPR,
Le Président.
Blaise Pascal LOGBO
Paris le 23 août 2012.
 




Tags : COPACI, Logbo, NPR

Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !