Situation des droits de l’homme en Côte d’Ivoire: Près d’un millier de patriotes ivoiriens dénoncent la complicité de l’ONU et manifestent leur indignation à Genève devant le HCDH.

Ils étaient près d’un millier de patriotes ivoiriens, panafricanistes et défenseurs des droits l’homme, ce week-end à Genève pour manifester. Une initiative du NPR (Nouveau Parti pour le Rassemblement), présidé par Blaise Pascal Logbo, en Association avec la Représentation du FPI en France, dirigée par Brigitte Kuyo.

Lundi 8 Octobre 2012 - 01:20


Situation des droits de l’homme en Côte d’Ivoire: Près d’un millier de patriotes ivoiriens dénoncent la complicité de l’ONU et manifestent leur indignation à Genève devant le HCDH.
La manifestation de ce week-end avait pour but, selon les organisateurs, de dénoncer toutes les violations des droits de l’homme qui ont cours en Côte d’Ivoire sous le régime d’Alassane Ouattara avec la complicité de l’ONU à travers l’ONUCI. Plusieurs témoignages font mention d’existences de camps de concentration et de torture dans le pays, tenus par les FRCI (Forces républicaines de Côte d’Ivoire) d’Alassane Dramane Ouattara. Ces mêmes soldats, aux pratiques dignes de la Gestapo, procèdent régulièrement à des enlèvements d’individus dont les parents restent sans nouvelles. Pour le moins qu’on puisse dire, les libertés et les droits individuels sont dissoutes dans le feu de la terreur du régime. A tout cela s’ajoutent les tortures et exactions commises dans les villages par les FRCI et leurs supplétifs dozos (Chasseurs traditionnels originaires du nord du pays, et transformés pour la plupart en rebelles puis en miliciens ou agents de sécurité). Dans ce ténébreux et nauséeux décor, il faut aussi mentionner le génocide des Wê. Un génocide dont les coupables jouissent de la protection du régime. Des faits qui suscitent indignation et révolte de toute personne pourvue de conscience morale. Et c’est bien de cela qu’il a été question à Genève. Ce fut un rendez-vous d’expression de l’indignation et de la révolte.
Venus pour la grande majorité de France et d’Italie, les manifestants ont opéré un premier rassemblement au parc des Cropettes. Ce fut le lieu de départ de la marche qui devait les conduire à la place des Nations devant le siège du Haut Commissariat au Droit de l’Homme des Nations Unis.
Comme prévu la marche à pu débuter dès 12h30, sous escorte de la gendarmerie genevoise. Une marche en couleurs orange, blanc, vert et , particulièrement rouge pour les militants et sympathisants du NPR.
Sur les banderoles, notamment celles du FPI et du NPR, l’on pouvait respectivement lire «Nous exigeons la libération immédiate et sans condition de Simone et Laurent Gbagbo, d’Affi N’Guessan, et de tous nos camarades illégalement détenus par les ennemis de la démocratie», «Non au massacre du peuple ivoirien. Libérez Gbagbo!». Sur une autre banderole, l’on pouvait lire ce message: «Gouverner ce n’est pas tuer.» En plus des messages des banderoles, il y avait ceux des pancartes et des tee-shits.
Sur les pancartes de quelques manifestants étaient inscrits ces messages: «27 avril 1848: abolition de l’esclavage. 11 avril 201: renouvellement de l’esclavage en Côte d’Ivoire.», «Stop killing my people. I love my country.» (Traduction: arrêtez de tuer mon peuple. J’aime mon pays), ou encore «Gbagbo président, véritable origigi; c’est ça qui est la vérité.», «Haute trahison de l’ONU en Côte d’Ivoire. Honte!!», «L‘ONU est une tueuse en Côte d‘Ivoire.». Sur certains tee-shits, l’on pouvait lire: «Libérez Gbagbo» « Tchoco, tchoco, Gbagbo hors barro» 
 

Situation des droits de l’homme en Côte d’Ivoire: Près d’un millier de patriotes ivoiriens dénoncent la complicité de l’ONU et manifestent leur indignation à Genève devant le HCDH.
C’est en scandant « Ouattara assassin», «libérez Gbagbo», que les manifestants ont marché pendant moins de trois quarts d’heures pour regagner la place des Nations où devait se tenir le meeting. L’honneur a été donné au président du NPR d’ouvrir la série des interventions. Blaise Pascal Logbo a remercié tous les participants d’avoir répondu positivement à l’appel de son parti, à l‘appel de la résistance patriotique, tout en les exhortant à plus de détermination pour la poursuite du combat politique. A sa suite Brigitte Kuyo est intervenue pour saluer les manifestants pour leur exemplaire mobilisation. Docteur Boga Sako Gervais a longuement interpellé madame Niva Pillay, Haut Commissaire au droits de l’homme des Nations Unies. Sous un ton d’indignation et de révolte Docteur Boga, a dénoncé le silence complice de l’Institution onusienne, particulièrement de Mme. Navi Pillay, sur les violations des droits de l’homme en Côte d’Ivoire depuis le 19 septembre 2002, notamment celles commises par la rébellion (MPCI de Soro Guillaume) et par les FRCI.
La présidente des Femmes patriotes ivoiriennes de France, Topo Léontine a fustigé Alassane Ouattara, et dénoncé les crimes commis sous son régime. Les crimes commis par son régime sont si nombreux que les Femmes Patriotes lui promettent des jours très difficiles à travers un ultime Kodjo rouge dénommé «Kodjo rouge Terminator», prévu pour le samedi 20 octobre. D’autre intervenants, dont Martine Kéi Vao (Présidente de l‘ARDEF), Alain Toussaint, Willy Bla, porte-Parole du Cri panafricain, Zap Krasso (Cojep-France), Abel Naki (Cri-Panafricain), etc.. sont passés à la tribune pour délivrer différents messages. Tout cela dans une ambiance artistique assurée par des artistes ayant effectué le déplacement pour soutenir la cause de la résistance patriotique.
Il faut par ailleurs noter un couac dans l’organisation. Il y avait non seulement trop d’intervenants pour peu de temps disponible, mais aussi la mauvaise gestion du temps par certains intervenants. Cette situation n’a pas permis le second passage prévu de Blaise Pascal Logbo et Brigitte Kuyo pour délivrer l‘essentiel de leurs messages.
Dans l’ensemble, la manifestation de ce 6 octobre fut une réussite par son objectif, par l’importante mobilisation qu’elle a connue et par «le travail remarquable des organisateurs pratiques qui, malgré tout, sont à féliciter pour le travail abattu», selon le président du NPR.
La manifestation de ce 6 octobre 2012 est la seconde du genre à Genève. Le 11 novembre 201, à l’initiative du NPR (ex-COPACI) les patriotes ivoiriens avaient manifesté dans le même but.

ZEKA TOGUI

N.B: Voir les 213 photos de la manifestation en se rendant sur la page facebook du site dénommée "Civox Infos".

Communiqué de la rédaction de civox.net
 
Suite à une défaillance technique survenue lors des enregistrements vidéos de la manifestation du 6 octobre à Genève, nous sommes au regret de vous annoncer que nous ne pourrons pas vous présenter les vidéos de ladite manifestation.
Nous tenons à présenter nos sincères excuses à tous nos lecteurs qui espéraient voir des vidéos de cette manifestation sur notre site.
Recevez l’assurance de notre gratitude.
 
La Rédaction.

FPI-France: La Représentante Brigitte Kuyo
FPI-France: La Représentante Brigitte Kuyo

NPR: Le Président Blaise Pascal Logbo
NPR: Le Président Blaise Pascal Logbo

Femmes Patriotes: La présidente Topo Léontine
Femmes Patriotes: La présidente Topo Léontine

Cri Panafricain- Willy Bla, Anicette Mépi et Marie T
Cri Panafricain- Willy Bla, Anicette Mépi et Marie T




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !