Séminaire sur la gestion du pouvoir d'Etat par M. Alassane Dramane Ouattara

Mardi 17 Avril 2012 - 06:15


Séminaire sur la gestion du pouvoir d'Etat par  M. Alassane Dramane Ouattara
RAPPORT DE SYNTHESE DE LA COMMISSION III SUR L'ECONOMIE  
Amélioration de la politique fiscale
10 nouveaux impôts et taxes ont été créés nous dit-on pour le renforcement des moyens de l'Etat. Cette mesure visant à améliorer la mauvaise santé financière des caisses de l'Etat suscite déjà des grincements de dents chez les contribuables.
 
Rendre les ports compétitifs
Les résultats 2011 du Port autonome d'Abidjan (Paa) ne sont pas reluisants. Le trafic est en basse de 26% par rapport à 2010.
Bonne performance du trésor public
 
Le gouvernement ivoirien n'a pas respecté ses engagements par rapport à la dette intérieure. Un « bras de fer » se poursuit entre le syndicat des fournisseurs de l'Etat et
 le Trésor. Ce qui conduit de nombreuses entreprises à mettre la clé sous le paillasson. Le rôle régalien du trésor sur le recouvrement des recettes fiscales et non fiscales n’est pas encore effectif sur l’ensemble du territoire.

Recouvrement total des frais douaniers

La douane ne dispose pas de l’entièreté du territoire national. Le dédouanement des marchandises dans les ex-zones centre-nord-ouest n'est toujours pas effectif. En 2011, la douane a pu collecter de mai à novembre la somme de 549.87 milliards de francs Cfa sur un objectif de 578 milliards qui lui a été assigné par l’Etat. Une contre-performance par rapport aux années antérieures.
 
Atteinte du point d’achèvement de l’Initiative PPTE

Le point d'achèvement dans le cours terme est devenu une frénésie psychédélique du pouvoir Ouattara. L'instauration de nouvelles taxes et les licenciements massifs abusifs pour économiser de l'argent ne parviendra pas à solutionner l'asphyxie économique et financière de la CI du point de vue de nombreuses questions qui ne sont pas encore totalement réglées, notamment celles liées à la réforme des finances publiques, au secteur agricole, à la gestion des dépenses publiques, aux infrastructures, au secteur privé.
Tous les déclencheurs de l'initiative PPTE ne sont pas encore respectés. Il s'agit notamment du code des investissements qui est au stade d'avant-projet alors qu'il doit être validé en conseil des ministres, soumis au parlement avant d'attendre sa mise en oeuvre pour appréciation. Le code des communications doit être révisé, le code de l'électricité également. Le plus gros morceau est celui de la reforme café-cacao dont la réforme ne satisfait pas entièrement les autorités américaines. En effet, cette filière est outrageusement dominée par la France à travers Armajaro au détriment des sociétés pionnières telles que Cargill, ADM et autres d'obédience américaine.

Amélioration de la trésorerie de l'Etat
 
La position nette du gouvernement (PNG), c'est-à-dire les fonds propres de l'Etat dans les banques se dégrade. Elle a replié de 184 milliards de Fcfa en 2011 et la dégradation va se poursuivre en 2012 de 5,7% selon les prévisions budgétaires.

 
Utilisation efficiente de l'argent du contribuable
 
Nombreux voyages de M. Ouattara à l'étranger mettant ainsi en péril l'argent du contribuable. Les grandes décisions concernant la vie de l'Etat de CI sont annoncées depuis l'étranger, montrant ainsi que le pays est gouverné de l'étranger, et aucun compte rendu réel des visites d'Etat et voyages présidentiels n'est fait au peuple.
40 ministres au gouvernement au lieu de 20 promis
. M. Ouattara l'avait annoncé technocrate mais celui qui nous est servi est purement politique dont le but est de récompenser ceux qui l'ont aidé à accéder au pouvoir mais également de renflouer les caisses des partis politiques qui la composent. Pis, le niveau académique des ministres laisse à désirer.

Ouattara s'offre une sécurité dite XXL

Plus de neuf entités armées assurent sa sécurité (1- le GSPR, 2- des éléments des forces spéciales françaises LICORNE, 3- des éléments du Service de Protection des Hautes Personnalités SPHP qui dépend du ministère français de l'intérieur, 4- la garde républicaine de CI, 5- des éléments burkinabés du Régiment de Sécurité Présidentiel RSP, 6- des éléments de la CRS, 7- un hélicoptère de type apache pour la surveillance aérienne de son cortège, 8- des éléments jordaniens des forces tactiques d'intervention régiment d'élite des Nations Unies, 9- des casques bleus béninois, togolais et sénégalais.
Liquidation des banques nationales alors que les établissements de crédit se disent prêts à jouer pleinement leur partition dans le financement de l'économie dans le cadre du processus de reconstruction et de relance économique. Sans oublier les conséquences de la privatisation sur les emplois.

Réduction des dettes et instauration d'un climat de confiance avec les fournisseurs internes et les institutions de bretton woods
 
La CI est un pays lourdement endetté et appauvri. En quelques mois de gouvernance Ouattara, la dette des entreprises et des ménages est passée de 700 milliards de Fcfa à 1000 milliards Fcfa et la dette publique a plus que doublé de 4000 milliards de Fcfa à 10 000 milliards de Fcfa. Atteinte d'une forte croissance économique et amélioration du revenu substantiel des populations Au niveau macroéconomique le taux d'inflation se situerait au-dessus de la norme communautaire; Il serait de 4,9% avec un niveau de plus de 10% pour les produits alimentaires. Les denrées alimentaires et autres produits de première nécessité ont presque triplé alors que les salaires subissent des baisses constantes et les travailleurs licenciés.

Réforme de la filière café-cacao, hausse du prix bord champs
 
Dégringolade sans cesse des prix d'achat aux paysans. Une reforme qui a du mal à décoller avec une part belle faite aux sociétés proches des barons du régime Ouattara.

 
Accra du 02 au 07 avril 2012

Par la Coalition des patriotes ivoriens en Exil (COPIE)





Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !