Selon La Lettre du Continent François Hollande exige la libération de Michel Gbagbo

Le fils aîné du président Gbagbo, otage et souffre-douleur d'Alassane Ouattara, pourrait bien être élargi dans les jours qui viennent. Dans la mesure où le président français, "boss" ultime du pays, a exercé des pressions sur l'actuel chef de l'Etat de Côte d'Ivoire...

Vendredi 3 Mai 2013 - 14:51


Selon La Lettre du Continent François Hollande exige la libération de Michel Gbagbo
La mobilisation des patriotes ivoi- riens et africains dans les rues de France ainsi que le travail de Maître Habiba Touré commencent-ils à payer ? En tout cas, après plus de deux ans de silence et d'inaction complice, la France officielle semble se souvenir de son "fils" Michel Gbagbo - Français par sa mère. Si l'on en croit La Lettre du Continent, sa "situation" a été évoquée lors de l'entretien Hollande-Ouattara le 11 avril dernier à l'Elysée, et constitue "un point de crispation" dans la relation entre Paris et Abidjan. Ouattara aurait promis "d'examiner" la situation... Selon la lettre confidentielle, Hollande rechignerait à se rendre sur les rives de la lagune Ebrié tant que la question ne sera pas réglée. Manifestement, la visite, en mars der - nier, à Bouna - lieu de détention de Michel - d'une délégation consulaire française (la première depuis le 11 avril 2011 selon La Lettre du Continent) a fait son effet. "L'équipe du consulat de France était accompagnée d'un médecin. Un check-up complet a été effectué en présence d'un médecin ivoirien mandaté par le procureur d'Abidjan. Un rapport médical a ensuite été adressé aux conseillers du président français, ainsi qu'au Quai d'Orsay. Selon nos sources, la santé du fils de l'ex-président ivoirien, 43 ans, nécessite un suivi. Il souffre de problèmes dentaires, cardiaques et digestifs. Ce rapport, allié aux pressions de Paris, serait à l'origine de son transfert, le 18 avril, de Bouna à la Polyclinique internationale Sainte Anne- Marie Anne-Marie (Pisam) d'Abidjan", écrit le périodique spécialisé. L'Histoire retiendra donc qu'Alassane Ouattara a réussi à dégrader profondément la santé de Michel Gbagbo, qui portera les séquelles, comme son père, de conditions d'enfermement indignes. Selon La Lettre du Continent, la plainte avec constitution de partie civile intentée par Michel Gbagbo pour "enlèvement, séquestration, traitements inhumains et dégradants" constitue une pression supplémentaire sur le régime Ouattara. Et la juge Sylvia Zimmermann, qui est chargée du dossier, pourrait venir en Côte d'Ivoire pour enquêter. Il est dans l'intérêt du régime qu'elle trouve le plaignant dans un état de santé et dans des conditions de vie plus ou moins "acceptables". Pour ne pas aggraver son cas. En tout cas, les révélations de La Lettre du Continent permettent de mieux comprendre la dernière sortie du ministre de la Justice d'Alassane Ouattara, Gnenema Coulibaly, qui prétend être favorable à une mise en liberté provisoire des pro- Gbagbo. En réalité, pour certains d'entre eux au moins, le système judiciaire aux ordres pourrait bien y être contraint. Dans la mesure où le chef ultime - François Hollande - a parlé !

Par Philippe Brou

Le nouveau Courrier N°789 du Jeudi 02 Mai 2013




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !