Seconde marche pour la libération du Président Gbagbo: Ivoiriens, panafricanistes et français étaient encore mobilisés. Ils ont à nouveau exigé sa libération.

Lundi 18 Mars 2013 - 17:58


Seconde marche pour la libération du Président Gbagbo: Ivoiriens, panafricanistes et français  étaient encore mobilisés. Ils ont à nouveau exigé sa libération.
Quinze jours après l'audience de confirmation ou d'infirmation des charges contre le président Gbagbo, les patriotes ivoiriens sont résolus à maintenir la mobilisation. Ils étaient dans les rues parisiennes le 9 mars dernier. Au cours de cette manifestation, la décision avait été prise d'occuper à nouveau les rues parisiennes ce week-end. Ils ont tenu parole. Cette seconde mobilisation était quasiment du même  niveau que la précédente. Ils étaient des centaines à occuper encore une fois les rues parisiennes. A leurs côtés se trouvaient des panafracanistes et des français, très attachés à la souveraineté des peuples, à  la démocratie et au respect des droits de l'homme.  L'objectif des manifestants n'a pas changé, qui nétait rien d'autre que d'exiger de la CPI et de la communauté internationale la libération de Laurent Gbagbo.
C'est par une marche qu'a débuté la manifestation. Les manifestants sont partis de la place saint Lazare  à la place de l'Opéra. Animation musicale et interventions de leaders d'Associations et de parti politique ont marqué la marche. Une marche également marquée par des manifestants criant et scandant "Libérez Gbagbo! Freedom Gbagbo!". Pour l'occasion, certains manifestants étaient munis de pancartes portant l'effigie du Président Gbagbo. Ceux qui occupaient le premier rang portaient quant à eux un grand drapeau national.
"Les ivioiriens et les africains marchent pour exiger la libération de Gbagbo Laurent. Et nous disons à tous nos frères, à tous nos parents qui vivent en Europe  que la marche est un instrument puissant pour se faire entendre. Faire entendre au monde entier que Laurent Gbagbo est innocent et que les criminels sont à Abidjan. Libérez Gbagbo! (...) Oui, nous marchons et nous parlons pour dire au monde entier qu'il faut libérer Gbagbo Laurent.", a soutenu Willy Bla, porte-parole du Cri-Panafricain. Il a par ailleurs soutenu que la résistance patriotique ne pouvait avoir autre cadre d'expression que les manifestations publiques, soulignant qu'elle ne pouvait être confinée dans des salles de conférence.
Blaise Pascal Logbo, président du NPR, a rappellé encore aux patriotes ivoiriens la necessité de rester toujours mobilisés car "le serpent n'est pas encore mort".
Franck  Lutté, président de l'Association  "Les enfants de Côte d'Ivoire", a rappelé " les raisons" pour lesquelles Gbagbo  a été victime de la rébellion et du coup d'Etat du 11 avril 2011. Selon lui, les deux principales raisons de sa chute sont les questions du foncier rural et de la nationalité. Gbagbo n'a pas voulu cédé aux volontés des impérialistes et de certains pays de la sous- région ouest africaine sur ces deux questions. Son réfus a été l'élément déclencheur de sa chute, dont la crise post-électorale et ses conséquences n'ont été que des alibis.
Le Responsable du CODESCI, évoquant une source "très crédible", a quant à lui critiqué Alassane Ouattara sur ses capacités d'économistes. Selon, lui Ouattara doit sa promotion au Fond monétaire international à ses relations douteuses.
Une troisième manifestation est prévue le dimanche 24 mars pour exiger encore une fois la libération du Président Gbagbo.

Zéka Togui.




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !