Sauvegarde de leur patrimoine/ Des Intellectuels Wê créent une Union

Vendredi 13 Septembre 2013 - 12:00


Sauvegarde de leur patrimoine/ Des Intellectuels Wê créent une Union
«Quand sa nourriture, c’est-à-dire sa chair humaine commence à se faire rare, l’ogre, ce géant des contes de fées, envoie le frelon dans la ruche d’abeilles. Le frelon est une guêpe noire à piqure mortelle. Il ouvre dans la ruche une saison d’anomie, pour reprendre le terme de Wolé Soyinka. C’est-à-dire une parenthèse de désordre où il injecte le principe de ruine en corsetant la reine-mère et en dispersant l’essaim au vent. Après la forfaiture, il investi tranquillement tous les compartiments de la ruche et s’empare de tous les trésors, notamment le miel, la gelée royale, le pollen, etc. » La création de l’Union pour la sauvegarde du patrimoine Wê (USPWê) tire tout son sens de cette image que le président du comité d’organisation de l’assemblée générale, Dr Alphonse Tousséa Oulaï, a bien voulu partager avec l’assistance le dimanche dernier, à la fondation Rose-Marie Guiraud, à Cocody- Palmeraie. Né des cendres du Comité pour la sauvegarde du patrimoine Wê, cette Union s’engage à recenser tous les biens meubles et immeubles pillés durant ces dix dernières années marquées par une barbarie sans précédent dans les deux régions (Guémon et Moyen- Cavally), à mener des actions de restauration et de sauvegarde du peu qui a survécu à la guerre et à mobiliser partout dans le monde entier et à tout moment l’opinion sur la tragédie dont est victime le peuple Wê. Le bilan des atrocités subies par les populations Wê à cette assemblée ressort, entre autres les massacres de Guitrozon et Petit-Duékoué (141 morts), de Duékoué-Carrefour (plus de 800 morts), de Nahibly (plus de 230 morts). «Tout le monde se rappelle les villages entiers, campements, enclos sacrés vandalisés, pillés, détruits. Les Ong humanitaires dénombrent aujourd’hui encore plus de 100.000 Wê sous des tentes en exil au Liberia. Pendant ce temps, des cars de transport organisent chaque jour le repeuplement de l’ouest par les populations de la sous-région, notamment du Burkina Faso », a révélé Jacques Gnaé dans le discours d’orientation de l’Union.  « Le peuple WÊ ne veut pas vivre la situation des aztèques, peuple amérindien du plateau central du Mexique, contraint à la disparition en 1521 par la conquête coloniale du conquistador espagnol Hernan Cortès. Le peuple Wê ne veut pas connaître le sort des aborigènes de la Tasmanie, île proche de la Nouvelle Zélande. Peuple contraint à la disparition par la colonisation anglaise (1803) et dont la dernière survivante Truganini est éteinte en 1876 », déclarait Me Vergès en 2006. Voici la principale raison pour laquelle, les filles et fils Wê, de Sémien à Toulepleu en passant par Facobly, Kouibly, Bangolo, Duékoué, Guiglo, Taï, Blolequin, ont porté sur les fonds baptismaux l’USPWê. Son tout premier président, Robert Naï Doho, candidat unique, a été élu à mains levées à la majorité absolue des cadres présents à l’assemblée générale. «Nous invitons, ici et maintenant, à l’extrême prudence et à la transformation de notre douleur collective en élixir de régénération à travers l’Union pour la sauvegarde du patrimoine Wê, avec comme seule arme le rameau d’olivier porté par la colombe en signe de paix », a indiqué le nouvel élu, avant de rappeler que la création de cette union tire sa source dans le manque déficit de confiance vis-à-vis de l’actuel régime. Selon Robert Naï Doho, le peuple Wê a le sentiment que les autorités actuelles travaillent à l’expropriation de son patrimoine. «Des Wê sont tués, des organisations internationales de défense des droits de l’homme produisent des rapports qui identifient les auteurs, mais aucune enquête n’a encore été faite. Nous nous dresserons contre tous ceux qui ont un agenda dont l’objectif vise la spoliation du patrimoine du peuple Wê. Si tant est que notre disparition est planifiée, nous disons non », a conclu le président de l’Union.

Par Saint-Claver Oula

Source: Le Nouveau Courier N° 875 Du Mercredi 11 Septembre 2013




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !