Sassandra. La liste des victimes des Frci et des dozos s’allonge

Samedi 21 Septembre 2013 - 04:00


Image d'archives: des FRCI en action
Image d'archives: des FRCI en action
Tabeu Agoly César est mort le samedi 7 septembre 2013 à Adébem, son village natal. Comme bien d’autres avant lui, il a été emporté par les multiples séquelles inguérissables des sévices qu’il a subies, lorsque les Forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci) et leurs supplétifs officiels dozos et consorts ont massacré, en mai 2011, les Godiés des villages d’Adébem (60 morts), Godjiboué (63 morts), Niégrouboué (14 morts), Gobroko (08 morts) et Trikpoko de la sous-préfecture de Sago, dans le département de Sassandra. Les bourreaux ont incendié ces villages après les avoir pillés.
A Adébem, la liste des rescapés qui n’ont pu survivre à leurs blessures multiformes est déjà bien longue  : Gnakouri Babo Célestin, Tabeu Gnamban Adèle, Dabéhi Dahonnon, Trépolou Zékè, Bayéré Lobohonnon, Dakouri Lagan, Ollopo Oppoh, Liéblo Léonie, épouse Zilihoré Félix, épouse Zahi Albert, Avvalo Gbalé François, etc. Dans les quatre autres villages, les funérailles se succèdent. Les cimetières ne désemplissent pas. Chaque mort ravive les douleurs et les sentiments d’injustice.
Les appels de détresse lancés au chef de l’Etat Alassane Dramane Ouattara et aux élus de son régime du département de Sassandra se sont, jusqu’à ce jour, heurtés à un mur. Les Godiés sont inconsolables et continuent à vivre dans le dénuement, sous la menace des dozos dont le chef sanguinaire, le Burkinabé Ouattara Bamory, terrorise quotidiennement Adébem où il a élu domicile, en toute impunité.
En dépit des nombreuses tracasseries, une mission du Front populaire ivoirien (Fpi) composée de Libi Koita Vincent, Koné Boubacar et Wayou Claude a pu, à nouveau, découvrir l’horreur le 2 août 2013  : les fosses communes d’Adébem où des dizaines de corps ont été jetés à la sauvette, les blessés à vie, les vestiges de domiciles pillés et incendiés, etc. La délégation du Fpi a pris la mesure des attentes pressantes des Godiés sinistrés qui sont, entre autres, l’exhumation et des sépultures dignes pour les corps entassés dans les fosses communes, la restitution des terres occupées, l’arrestation des assassins dont certains sont dans les villages, le dédommagement des rescapés, même si rien ne peut remplacer les pertes causées par la barbarie des Frci et des dozos au service du régime.

Dans la région, tous les regards restent tourner vers le Fpi, le parti du président Laurent Gbagbo dont le premier responsable, Pascal Affi N’Guessan, est sorti des goulags du régime le 5 août 2013.

Koukougnon Zabril

Source: Notre Voie du vendredi 20 septembre 2013




Politique | Economie | Société | Vidéo | Agenda | Religion | Culture | Santé | Diaspora | Contact





WWW.ABIDJAN.ME
UN SITE A VISITER ABSOLUMENT !